cogitoCogito de Victor Dixen

Editions : Robert Laffont Collection R

544 pages

Paru le 29 Mai 2019

Aperçu : Un don du ciel...

Roxane, dix-huit ans, a plongé dans la délinquance quand ses parents ont perdu leur emploi, remplacés par des robots. Sa dernière chance de décrocher le Brevet d'Accès aux Corporations : un stage de programmation neuronale, une nouvelle technologie promettant de transformer n'importe qui en génie.

...ou un pacte avec le diable ?

Pour les vacances de printemps, Roxane s'envole pour les îles Fortunées, un archipel tropical futuriste entièrement dédié au cyber-bachotage. Mais cette méthode expérimentale qui utilise l'intelligence artificielle pour " améliorer " la substance même de l'esprit humain est-elle vraiment sûre ? En offrant son cerveau à la science, Roxane a-t-elle vendu son âme au diable ?

Demain, l'intelligence artificielle envahira toutes les strates de la société.

L'ultime frontière sera notre cerveau.

Mon commentaire général : Gare aux machines...

Ma note : 8/10

La citation qui résume tout : « Quel est le prix à payer pour tous les dons que vous nous offrez ? » (p.161)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Après avoir exploré le sujet de la surexposition médiatique couplée à la conquête spatiale, Victor Dixen s’attaque maintenant à l’abus de technologie avec Cogito.

Avant de parler du contenu, j’aimerais tout d’abord saluer la magnifique couverture en forme de carte imprimée. Sans même avoir lu le résumé, je savais que j’allais l’acquérir, juste pour tenir entre mes mains ce sublime objet-livre.

Puis, je l’ai lu, et je dois bien avouer que Victor Dixen a su stimuler ma réflexion autour de l’utilisation de la technologie, ses bienfaits et ses méfaits, de façon tout à fait pertinente. C’est précisément ce que j’aime chez cet auteur : il sait parfaitement décortiquer les sujets sociétaux actuels, les intégrer dans une intrigue qui fait non seulement travailler notre imaginaire, mais aussi notre réflexion.

Cogito s’inscrit complétement dans cette ligne directrice.

Nous y rencontrons Roxane, dite Rox, 18 ans, vivant dans l’un des quartiers les plus délabrés de Paris, après que ses parents aient perdu leur emploi, remplacés par des machines plus performantes. Rox est en colère, contre cette société qui la place au plus bas à cause du métier de ses parents, contre son père qui a sombré dans l’alcoolisme suite au décès accidentel de sa mère, et contre elle-même, trop peu concentrée sur l’école pour espérer décrocher un bon score au BAC (Brevet d'Accès aux Corporations) qui détermine son employabilité auprès des grandes entreprises qui régissent le monde. Alors quand on lui offre une place inespérée à un stage de programmation neuronale qui devrait lui permettre de remonter son score au BAC, et donc de trouver une porte de sortie à sa vie qu’elle trouve minable, Roxane embarque sans trop se poser de questions pour un archipel d’îles artificielles au large de la Floride pour une semaine de stage intensif. Mais qui sait ce qui peut arriver dès lors qu’on manipule les cerveaux ?

J’ai trouvé ce thriller YA très mûr et très bien documenté. De réflexions philosophiques en passant par les principes de fonctionnement de la mémoire et de la connaissance, on en apprend beaucoup. Et les nombreux schémas qui parsèment le roman sont juste parfaits pour illustrer le propos.

Les personnages sont nombreux, et chacun a son utilité pour faire avancer le récit. Roxane est bien évidemment mise en avant mais les personnages secondaires ne sont pas en reste non plus.

Cogito est donc un roman bien travaillé, bien écrit, qui t’entrainera dans des aventures haletantes de par son côté thriller et huis-clos, mais qui te proposera aussi des pistes de réflexion pertinentes sur l’emploi de la technologie dans le quotidien, histoire de savoir qui de l’humain ou de la machine est à mettre au centre de la société.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

J’ai retrouvé dans Roxane les caractéristiques habituelles des héroïnes féminines de Victor Dixen : forte et combattive, elle est partie du plus bas pour monter vers le sommet, à la seule force de son intelligence.

Peut-être parce que c’est un thriller technologique, la romance est ici moins mise en avant que dans Animale ou Phobos, et c’est juste parfait. J’ai trop lu de romans où les protagonistes s’arrêtent en plein milieu de l’action pour roucouler et ce n’est pas du tout le cas ici.

J’ai aussi apprécié d’être entrainée sur une fausse piste, en mettant en cause OmnIA, option la plus logique, avant de nous proposer une autre alternative, plus terrifiante encore : une évolution du programme informatique, qui utilise les cerveaux humains mis à sa disposition comme processeurs. L’idée est très bonne et ne fait que renforcer les peurs de l’être humain face à l’intelligence artificielle, concept déjà abordé à travers des œuvres comme Terminator, Matrix ou 2001, l’odyssée de l’espace, qui sont justement citées à travers la passion de Sinbad pour le cinéma. Je suis ravie car j’ai moi-aussi les mêmes références !

En résumé, j’ai trouvé ce roman très mûr, et le questionnement qu’il impose face à la généralisation de la technologie, les conséquences sur les emplois (ce qui a déjà commencé, il suffit de s’interroger sur les caisses automatiques) ou sur l’humain, est indispensable aux nouvelles générations. Ça tombe bien, c’est précisément le public cible du roman !

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Te laisserais-tu implanter des nanobots dans le cerveau ?

Dis-le moi en commentaire.