everlessEverless de Sara Holland

Editions : Bayard

445 pages

Paru le 9 Mai 2019

Aperçu : Julie vit dans la misère avec son père. Pour pouvoir payer ses dettes, celui-ci va consulter l'extracteur de temps. Car au royaume de Sempera, tout se paie en temps. On peut en effet transformer en métal précieux le temps de vie contenu dans le sang...

Pour éviter que son père, déjà très affaibli, se condamne en procédant à une nouvelle saignée, Julie se fait engager comme domestique à Everless, la résidence des Gerling, la famille la plus puissante du royaume. On va y célébrer les noces de Roan, le fils cadet de la famille, avec la fille adoptive de la reine. Cette dernière est agée de plusieurs centaines d'années grâce à ses richesses (la monnaie créée à partir du sang peut aussi se consommer pour allonger la vie...)

Or, Julie est depuis toujours secrètement amoureuse de Roan. Car elle a vécu à Everless dans son enfance. Mais suite à un tragique accident, son père et elle ont dû s'enfuir. Et son père lui a toujours interdit de retourner à Everless...

Mon commentaire général : Bon sang !

Ma note : 8/10

La citation qui résume tout : « Les monstres qu’elle va croiser à Everless sont beaucoup plus dangereux que les Fées. » (p. 53)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Parlons tout d’abord de cette sublime couverture, rouge et argent, qui résume parfaitement l’histoire. Le sablier du temps, un visage de femme, une goutte de sang, du métal et le château d’Everless… Tout y est et c’est exactement cela qui m’a attirée vers ce roman fantasy qui met en scène un univers très original.

Imagine que la richesse se trouve dans ton sang… Plus précisément dans le temps qui court dans tes veines. Imagine maintenant qu’on sache comment extraire ce temps et le transformer en monnaie. On pourrait payer avec ce temps, mais aussi l’ingurgiter pour prolonger sa vie. Et c’est exactement ce qui se passe à Sempéra. Les pauvres se saignent aux quatre veines (c’est le cas de le dire) pour survivre, tandis que les riches profitent de leur temps et vivent des centaines d’années…

C’est dans ce contexte que vit Julie, seule avec son père qui n’a d’autre choix que de se faire saigner régulièrement pour payer leur loyer. Or son temps n’est pas infini et il n’est pas loin de l’avoir épuisé. Après, ce sera la mort. Julie ne voit pas d’autre solution que d’aller offrir ses services à Everless, même si son père lui a toujours interdit d’y aller depuis qu’ils ont fui le château des années auparavant suite à un incident avec les fils Gerling. Julie ne sait pas qu’elle y découvrira le secret de ses origines et la raison pour laquelle le temps semble parfois s’arrêter en sa présence

C’est avec une très jolie plume que Sara Holland nous emmène dans son univers fait de sang, de croyances et de faux-semblants. L’histoire est au final assez simple et les réactions des personnages, Julie en tête, incompréhensibles par moment mais le roman se lit vraiment bien et j’ai vraiment aimé la mythologie développée ici. Je regrette seulement n’en avoir pas découvert plus, ni davantage du royaume de Sempéra.

Je lirai évidemment la suite car la fin promet des évènements intéressants et que j’ai globalement bien aimé ce livre. En plus c’est une duologie et c’est un format que j’adore. J’espère donc une suite bien fournie qui réponde à toutes mes questions.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Si j’ai aimé l’univers, j’avoue que j’ai un peu plus de mal avec les personnages, surtout Julie dont je n’ai pas toujours compris les réactions.

Rappelons que son père, qui est en fait son oncle, lui a fait promettre à de nombreuses reprises et notamment juste avant sa mort de ne jamais approcher la reine. Que fait-elle dès qu’il est mort ? Elle se fait embaucher comme dame de compagnie de la reine en question pour chercher des réponses à ses questions au lieu de faire profil bas…

De même lorsqu’elle suit Liam dans les couloirs jusqu’à la chambre forte, en pensant qu’il ne la verra pas…

Je me doute que tout cela était indispensable pour faire avancer l’intrigue dans le sens voulu mais cela donne de Julie une image un peu naïve, voire carrément idiote, surtout lorsqu’on couple cela avec son amour pour Roan, vestige d’un crush qu’elle éprouvait à sept ans, doit dix ans plus tôt… Julie n’est jamais présentée comme la plus maligne du lot, mais en tant qu’Alchimiste, on pourrait lui supposer un peu plus de jugeote.

Julie n’est donc clairement pas mon personnage préféré. Roan apparait comme trop frivole, Ina est un peu transparente, la reine pas vraiment terrifiante. Reste Caro, que je n’avais pas du tout soupçonnée, ce qui est une bonne surprise, et Liam qu’on veut faire passer pour un méchant alors qu’il essaie simplement de protéger Julie (d’une façon bien maladroite à mon avis). J’ai toujours un peu de mal avec les personnes qu’on dit méchantes puis gentilles en leur trouvant des circonstances atténuantes. Je n’ai pas de mal à comprendre qu’une personne puisse agir d’une mauvaise façon avec des raisons qui lui sont propres, mais plus avec les personnes qui retournent leur veste quand ça les arrange.

Si Everless bénéficie donc d’un univers clairement novateur et attractif, les personnages ne sont pas assez travaillés à mon goût. Il est utile de se rappeler qu’il s’agit d’un premier roman et j’espère de tout cœur que ces défauts seront exempts du second tome de la série.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Donneras-tu de ton sang?

Dis-le moi en commentaire.