Ami Lecteur, il s’agit de la chronique du deuxième tome de la série The Winner’s Trilogy. Si tu n’as pas lu le tome précédent, ça va forcément spoiler pour toi et ça serait dommage. Je te renvoie donc si besoin à mon billet sur The Winner’s Curse (tome 1).

 

the winner's crimeThe Winner’s Trilogy, book 2: The Winner’s Crime de Marie Rutkoski

Editions : Bloomsbury (VO), pas de date de VF

416 pages

Paru le 12 Mars 2015

Aperçu : Le deuxième livre de l’éblouissante série The Winner’s Trilogy est un combat à mort où Kestrel risque de trahir son pays par amour.

Les fiançailles de Lady Kestrel au Prince de la couronne Valorienne sont synonymes de célébrations sans fin. Mais pour Kestrel, cela signifie vivre dans une cage qu’elle s’est construite elle-même. Alors que le mariage approche, elle brûle de dire la vérité à Arin à propos de ses fiançailles… si elle pouvait lui faire confiance. Pour autant, peut-elle se faire confiance à elle-même ? Parce que, ce qu’Arin ignore, c’est que Kestrel maitrise de plus en plus la tromperie : elle est devenue un espion anonyme à la solde d’Herran, et est proche de découvrir un secret scandaleux.

Alors qu’Arin recrute des alliés dangereux dans la lutte pour conserver la liberté de son pays, il ne peut pas combattre le sentiment que Kestrel en sait plus que ce qu’elle montre. A la fin, ce n’est pas une dague dans l’obscurité qui le déchirera, mais la vérité. Et quand cela arrivera, Kestrel et Arin découvriront exactement combien leurs crimes vont leur coûter. [Traduction personnelle]

Mon commentaire général : Une suite à la hauteur de mes attentes !

Ma note : 9/10

La citation qui résume tout : «Quand on est en guerre, disait son père, la meilleure feinte est celle que à laquelle tu crois vraiment. Si tu veux distraire ton ennemi et lui faire manquer une manœuvre clé, tes ruses doivent être réelles. » [traduction personnelle]

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Nous voilà reparti dans le monde dangereux imaginé par Marie Rutkoski !

Oubliés les magnifiques paysages d’Herran, l’action se déplace maintenant dans la capitale de Valoria et aussi dans les contrées sauvages de l’Est, nous permettant de découvrir davantage cet Empire, ses machinations et coutumes.

Je dis « action » mais en fait « intrigue » est le mot exact car ce tome est plutôt tourné vers la politique, l’espionnage, les manœuvres cachées, sans qu’il n’y ait d’action à proprement parler. Pourtant, je ne me suis jamais ennuyée car la tension est vraiment présente, on tremble pour nos personnages préférés, de peur que leurs combines ne soient découvertes.

Autre fait marquant, même s’il y a très peu de scènes de romance, elle est tout de même au cœur du récit tant Kestrel et Arin pensent l’un à l’autre, agissent l’un pour l’autre sans même s’en rendre compte. Bizarrement, cette absence rend leur relation encore plus présente, plus forte. Je crois qu’il faut le lire pour vraiment le comprendre.

Portée par la plume et les magnifiques métaphores de Marie Rutkoski, j’ai tourné les pages sans relâche. J’ai été émue, énervée, j’ai tremblé, j’ai ressenti la trahison et l’injustice du sort qui attend les personnages. J’ai vécu cette lecture, comme plongée dans cet univers pensé dans ses moindres détails.

C’est une très bonne suite, avec une fin incroyable qui donne envie de se jeter sur le dernier tome qui promet des aventures mémorables.

Amateur de Young Adult et de Fantasy (politique, sans magie ou intervention divine), tu ne peux pas passer à côté de cette série qui mériterait réellement une traduction française !

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Si dans le premier tome on pouvait reprocher d’être loin de l’Empire, ici on est en plein dedans ! L’Empereur n’a rien d’un enfant de chœur. Il est retors et cruel, et ne pense qu’à l’extension de ses terres, sans vraiment de moralité. Du coup, il en est un peu irréel. Il lui manque une composante humaine, une passion autre que la collection de territoires. Mais il en reste tout de même réellement effrayant !

A côté de lui, Kestrel, pourtant brillante stratège, n’est qu’une débutante. Son manque d’expérience lui fait cruellement défaut malgré son intelligence. Et surtout, c’est l’amour qui lui fait commettre l’erreur qui la fera prendre, compassion dont l’Empereur est totalement dépourvu. Pourtant, j’avoue que j’ai parfois eu envie de secouer Kestrel par les épaules pour lui faire prendre conscience de ses erreurs. A deux, on est toujours plus fort et en s’alliant à Arin, ils auraient facilement pu découvrir tous les deux l’abominable sort réservé à Herran… Bref. J’avoue que j’ai été très touchée par ses relations avec son père, qui se révèle moins rigide que je ne le pensais, ce qui rend d’autant plus effroyable sa trahison. Entre son pays et sa famille, le général a clairement fait son choix…

De son côté, Arin nous dévoile une facette plus sensible de sa personnalité. Luttant contre son amour pour Kestrel, qu’il estime coupable de tous les maux, il se révèle un bon Gouverneur pour Herran. Il se laisse néanmoins convaincre un peu trop facilement par les mensonges de Kestrel.

En tout cas, la fin m’a laissée bouche bée. Nos deux héros réussiront-ils à se retrouver et à faire échouer l’Empire ? J’espère que oui et je compte bien découvrir la réponse dans The Winner’s Kiss !

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Entreras-tu dans les intrigues politiques de l’Empire Valorian ?

Dis-le moi en commentaire.

ABC IMAGINAIRE 2016