pandora project

Pandora Project de Yuna Minhaï Dekebat, éditions Blind Symphonia, 640 pages, paru le 1 juin 2014

Cette lecture compte pour le Challenge ABC 2015 (6/26), le Challenge ABC de l'Imaginaire (9/26), le Bingo Littéraire (case "Un livre offert") et le Challenge Littéraire de l'Imaginaire (15/24), soit pour tous mes challenges du moment!

ABC2015 ABC Imaginaire 2015 v2   909936BINGO1copie challenge de l'imaginaire

 

Aperçu :  Dans un futur proche. Ensaï débarque à Newport dans le New Hampshire complètement amnésique. Receuilli par Ienzo, le jeune homme découvre une société dirigée d'une main de fer par Sullivan, dont la peur est le mot d'ordre. Lorsque de douloureuses marques noires commencent à apparaitre sur les bras de Ensaï, le jeune homme n'a plus d'autre choix que de se souvenir de son passé.

Ekkar, désert du Nevada. Heather,meneuse d'un Clan de nomades, doit faire face à une guerre provoquée par des Opposants au sein même de son peuple. Mais comment gagner un affrontement contre des créatures surnaturelles?

Et surtout, quel est le lien entre Ensaï et Heather?

Mon commentaire général : Entrons dans une magnifique ronde endiablée! 

La citation qui résume tout : "Nomade du temps et de l'espace, aux confins du monde, caché aux yeux de tous pour un secret lourd à garder". 

Mon avis (sans spoiler) :

Il est très difficile de résumer Pandora Project. Il ne s'agit pas d'une histoire linéaire, dans laquelle on entre progressivement. Non, ici c'est une plongée brutale dans un tout nouvel univers, une expérience unique. Dès les premières pages, le lecteur est projeté dans la violence et la grisaille de Newport sous les yeux incrédules d'Ensaï, puis dans le paysage désertique d'Ekkar avec Heather, sans comprendre où est le lien entre ces deux histoires. 

La plume de Yuna Minhaï contribue largement à ce déracinement. Le style est fluide, malgré le langage plutôt soutenu, et on est transporté dans l'univers riche de cette auteure, auto-éditée grâce au label MyMajorCompagny. Les descriptions sont poétiques, les personnages bien travaillés. Il est même possible de s'immerger davantage dans l'univers de Pandora, grâce à une playlist suggérée par l'auteure. Personnellement, je préfère lire dans le calme, je n'ai donc pas testé cette fonctionnalité.

J'avoue qu'au départ, je n'ai pas tout de suite compris où on désirait m'emmener et il m'a fallu quelques dizaines de pages pour entrer dans le récit, le temps de se familiariser avec les personnages et les lieux. J'ai aussi été un peu déstabilisée par les changements de police qui interviennent au milieu du récit et qui "coupent" un peu le déroulement de l'histoire. Puis l'action se met en place et je voulais à tout prix dévoiler les mystères qu'on voit apparaitre petit à petit. D'où viennnent les marques sur le corps d'Ensaï? Pourquoi Ienzo l'aide-t-il? Qu'est en réalité Sullivan? Pourquoi Heather a-t-elle également perdu la mémoire?

Quoiqu'il en soit, il ne faut pas se laisser impressionner par la taille du pavé. Si les premières pages se tournent assez lentement, les dernières défilent à toute vitesse, pour un final en apothéose. 

Il faut aussi souligner que c'est un ouvrage superbe, d'une qualité rare, qui donne, à raison, l'envie de se plonger dans cette magnifique histoire de magie, d'amour et d'amitié. Un livre aussi beau à l'extérieur qu'à l'intérieur!

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers !

 

Mes commentaires non censurés :

Pandora Project est un roman à part, une lecture à laquelle on pense encore quand le livre est refermé. Comme je le disais plus haut, il est vrai qu'il faut quelques dizaines de pages pour se mettre en jambe, apprécier le style de l'auteur, appréhender l'univers bien particulier de cette histoire et admettre que nous n'aurons pas toutes les réponses tout de suite. Les premières pages sont donc un peu difficiles mais la récompense en vaut vraiment la peine.

Ce qui m'a fait tenir, outre ma curiosité, ce sont les personnages, Ensaï en tête. D'apparence inoffensive, ses transformations physiques indiquent qu'il n'est pas du tout ce qu'il parait. Je me suis vraiment sentie impliquée dans sa quête d'identité, car moi aussi je voulais comprendre ce qu'il lui arrivait et d'où venait cette voix qu'il était le seul à entendre. Il est à la fois fragile et déterminé. Par contre, j'ai eu un peu plus de réticences avec Ienzo, bien que très sympathique, car je ne comprenais pas pourquoi celui-ci aidait un parfait inconnu sans attendre de contrepartie. D'ailleurs son sacrifice dans la peau du loup noir est tout aussi obscur pour moi: pourquoi donc mourir pour une guerre qui n'est pas la sienne? D'autant que pour quelqu'un qui souhaite la liberté, accepter un esprit étranger en soi n'est pas franchement compatible. Même s'il est donc un personnage plaisant, je n'ai pas accroché avec Ienzo, parce que je ne l'ai pas totalement compris.

J'ai également eu du mal à m'attacher à Heather. Elle est présentée comme la meneuse de son clan mais la plupart du temps, elle reste bouder dans sa tente... Nate m'a semblé beaucoup plus disposé à tenir ce rôle de chef de clan, à la fois fort et porté vers les autres, même s'il est souvent décrit comme l'ombre d'Heather. Je pense qu'il aurait gagné à être plus développé.

D'autre part le thème des Akkaïs est intéressant. L'idée que les humains puissent être possédés par des entités surnaturelles n'est évidemment pas nouvelle mais la mythologie abordée ici est bien développée, des origines jusqu'au choix final des Ekkarates, qui continueront à vivre en harmonie avec leurs Akkaïs, dans un respect mutuel.

Je n'ai plus qu'une question en refermant ce livre: quel est donc le lien entre le titre et le contenu? 

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Dis-le-moi en commentaire.