Ami Lecteur, il s’agit ici de la chronique du troisième livre d’une série de cinq. Si tu n’as pas lu les deux premiers tomes, ça va forcément spoiler pour toi et ça serait vraiment dommage. Je te renvoie donc au besoin vers mes chroniques des premier et deuxième tomes.

4 filles et un jean 3Quatre filles et un jean : le troisième été de Ann Brashares

Editions: Gallimard jeunesse

372 pages

Paru le 14 avril 2005

Aperçu : Au cours de ce troisième été, les quatre filles se réunissent une fois de plus chez Gilda, après avoir dit adieu à leur lycée pour de bon, car cette fois, elles se sépareront toutes à la fin de l'été pour aller chacune dans une fac différente : Lena ira à l'école de design de Rhode Island pour réaliser son rêve, étudier l'art ; Bridget part à l'université de Brown en sport-études ; Carmen s'en va à Williams et Tibby se rend à New York pour étudier le cinéma. Cet été-là,Carmen reste à Bethesda, ainsi que Lena et Tibby. Carmen va vite découvrir que tout ne tourne pas rond du côté de sa mère, et va rencontrer quelqu'un sur qui elle pourra compter. Lena prend des cours de dessin, jusqu'au jour où son père découvre que le modèle est nu, et que sa fille doit le dessiner... Ce sera alors une véritable lutte pour Lena, pour qu'elle s'affirme enfin et se révèle au grand jour sous sa véritable personnalité. Bridget part comme monitrice dans un camp sportif, mais elle va y retrouver quelqu'un qu'elle connaît déjà très bien ... Tibby, quant à elle, vivra une grande frayeur et se rapprochera de Brian.

Mon commentaire général : Je ne m’en lasse pas !

Ma note: 8/10

Les citations qui résument tout : « L’amour est la meilleure protection contre les coups de la vie », « Essaie, tends la main, désire, tu risques de tomber mais, même si tu tombes, tu t’en remettras. »

Mon avis (sans spoiler) :

J’ai retrouvé pour la troisième fois avec un grand plaisir la bande des filles de septembre, comme s’il s’agissait de petites cousines, tant je me suis attachée à ces personnages. J’avais hâte de savoir ce qui leur était arrivé depuis le deuxième tome.

Ma première constatation a été que les filles ont grandi et avec elles, leurs problèmes ont pris une autre importance. Ce tome est celui des choix et des décisions : quel avenir ? Quelle université ? Quelle est ma place ? Qu’est-ce qui est important dans la vie ?

Le thème de la famille est largement abordé ainsi que les amours durables. Il ne s’agit plus ici d’amourettes d’été comme dans les tomes précédents mais bien de sentiments profonds, de questionnements sur le sens des choses.

J’ai bien évidemment mes petites préférées parmi la bande des quatre et j’ai quelque fois eu envie de distribuer quelques claques mais globalement les pages ont défilé à toute allure pendant que je riais ou que je pestais. Et pour une fois, pas de larmes !

Malgré une belle histoire d’amour, mon côté fleur bleue n’a pas été complètement comblé cette fois-ci et c’est pour ça que je n’attribue pas de coup de cœur mais on n’est pas passé très loin. C’est un demi-coup de cœur !

 

Mes commentaires non censurés :

Revenons en détail sur chacune des filles :

  • Carmen : pour elle, cet été est celui du choix entre Carmen-la-gentille et Carmen-la-méchante. J’avoue que j’ai eu beaucoup de mal à supporter ce personnage. Elle est agaçante, égocentrique et égoiste et semble incapable de se réjouir du bonheur des autres si cela doit interférer sur ses propres habitudes. J’ai trouvé son comportement puéril (je crois que changer de fac pour « embêter » sa mère est l’attitude la plus stupide qu’elle n’ait jamais eue) et je me demande si elle a vraiment évolué depuis le premier tome.  C’est celle des quatre que j’aime le moins, ce qui se confirme de tome en tome.
  • Tibby : pour elle, cet été est l’occasion de décider qu’elle a droit au bonheur. Je crois qu’inconsciemment la mort prématurée de Bailey l’a freinée dans sa vie, comme si elle s’en voulait de vivre et d’être heureuse alors que son amie est morte. Elle passe l’été à culpabiliser par rapport à l’accident de Katherine et à repousser Brian qui l’aime. J’aurais aimé pouvoir la secouer par les épaules pour lui montrer que justement, la mort de Bailey aurait dû lui faire prendre conscience que la vie est trop courte pour ne pas être vécue à fond. Et que parfois, il faut prendre son courage à deux mains et se jeter dans le vide pour attraper la pomme. Je suis contente qu’elle finisse par le réaliser.
  • Lena : pour elle, cet été marque le choix de son avenir professionnel. Soit elle écoute ses parents et choisit une université où elle apprendra un « vrai » métier, soit elle suit ses rêves et devient ce qui lui correspond vraiment. Pour Lena, il s’agit ici de définir sa propre identité, de lire en elle qui elle est comme elle sait si bien le faire en dessinant les autres. Je suis contente qu’elle soit allée au bout de ses convictions, convainquant son père par la même occasion.
  • Bridget : pour elle, cet été est le moment de se poser sentimentalement parlant. De réfréner ses désirs pour laisser parler la raison. J’ai été très touchée par ce personnage, elle a été ma préférée des quatre dans ce tome. On la sent encore très fragile malgré sa force et son charisme. Eric est un peu sa kryptonite tant il arrive à la toucher au plus profond d’elle-même. Leur histoire est vraiment émouvante, j’espérais qu’ils allaient finir par se retrouver tant il est évident qu’ils sont faits l’un pour l’autre.

Par contre, le jean ne m’a pas paru très présent dans ce tome. Je crois que les filles commencent à ne plus avoir besoin de sa « magie » pour puiser leurs ressources au fond d’elles-mêmes.

A voir ce qu’il nous réserve comme surprises dans les deux tomes qui restent...

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Dis-le-moi en commentaire.