Cette chronique concerne le tome 3 de la série Delirium. Si tu n’as pas lu les deux premiers tomes, ça va forcément spoiler pour toi et ça serait dommage. Je te renvoie au besoin vers les chroniques des tome1 et tome2.

delirium 3

Delirium (tome 3): Requiem de Lauren Oliver

Editions: Hachette collection Black Moon

416 pages

Paru le 13 mars 2010

Aperçu : Après avoir sauvé Julian d’une condamnation à mort, Lena et ses amis regagnent la Nature. Mais celle-ci n’est plus un lieu sûr, des rebellions ont éclaté partout dans le pays et les Régulateurs sont postés à la frontière, à l’affût de toute transgression. Le gouvernement ne peut plus nier l’existence des Invalides et la menace qu’ils représentent. Tandis que Lena mène la Résistance prenant chaque fois plus de risques, sa meilleure amie Hana vit une vie sans amour au bras du jeune maire de Portland… Leurs récits se déroulent en parallèle, leurs voix alternent : quand les deux amies se retrouveront-elles ?

 

 

 

 

Mon commentaire général : Cette saga, c’est vraiment du délire !

Ma note: 8/10

Les citations qui résument tout : « C’est pour cette raison précise que nous avons refusé le remède : la liberté de choix. », « Faites tomber les murs. »

Mon avis (sans spoiler) :

Ce tome 3 est un concentré des deux premiers tomes : il y a à la fois de l’action (tout plein) mais aussi des sentiments (un peu moins que le premier tome mais tout de même) et c’est ce qui m’a plu. Autre bon point : l’ouvrage a été écrit selon les points de vue de Lena et de Hana (un chapitre chacune), ce qui nous donne des informations à la fois sur ce qui se passe à l’extérieur et à l’intérieur des villes. On plonge ainsi dans la Résistance, les tactiques d’attaque, la survie, les camps de réfugiés, les trahisons mais aussi dans l’environnement policé de Portland, la propagande, la répression et la façon de voir le monde après le Protocole. D’ailleurs ce dernier point était particulièrement intéressant : c’est la première fois qu’on pénètre les pensées de quelqu’un qui vient de subir le Protocole et c’est stupéfiant de voir à quel point ça peut changer les caractères...

Le style est toujours aussi fluide, les descriptions toujours aussi vivantes. Cependant, comme il y a deux points de vue, j'aurais aimé que les façons de parler soient différentes selon que le chapitre soit raconté par Lena ou Hana.

De façon générale, les 400 pages défilent à toute allure, il y a peu de temps mort. Je suis arrivée à la fin du livre, j'ai tourné la dernière page et je me suis dit: "Quoi? C'est tout?". La fin n'est pas mauvaise, elle est bien mais il y a tellement de points vagues, laisses à l'interprétation du lecteur, que je ne trouve pas ça très juste pour une fin de trilogie. C'est pour cette raison que je n'accorderais pas de Coup de coeur.

Globalement c'est quand même un très bon roman, une série exceptionnelle que je recommande chaudement.

 

Mes commentaires non censurés :

Il y a deux points que j’aimerais aborder avec toi : la fin et les relations sentimentales.

Commençons par la fin. Mais qu’est-ce que c’est que cette fin ? Pour moi, il manque un épilogue ou un chapitre, voire un tome complet. Alors certes le maire est supposé mort, les Invalides ont repris Portland et ils détruisent la clôture. Et le reste du pays ? Il y a quand même bien un gouvernement quelque part, prêt à riposter. Prendre Portland ne revient pas à libérer le pays... Il me manque des éléments pour pouvoir imaginer la suite...

Si on ne sait pas ce qu’il adviendra de la Résistance, on ne sait pas non plus où se situe le cœur de Lena. Son amour pour Alex est clair mais elle éprouve toujours quelque chose pour Julian... Alors qui? Tu sais bien que les triangles amoureux, ce n’est pas ma tasse de thé et j’appréhendais un peu cet aspect en entamant ma lecture. Pourtant, Lena m’a surprise en faisant un choix clair dès le départ : c’était Julian. Peut-être pour de mauvaises raisons (Alex a changé – ben oui, il s’est quand même fait torturer pendant un an dans les Cryptes, il ne va pas en ressortir le sourire aux lèvres –, Julian a tout quitté pour la suivre, Alex lui a dit qu’il ne l’avait jamais aimé – et elle l’a cru ! Non mais franchement ! J’aurais bien voulu entrer dans le livre pour la secouer par les épaules à ce moment-là !) mais au moins elle ne fait pas la girouette. Elle a choisi, elle s’y tient, même si elle est encore amoureuse d’Alex. J’ai cru que le livre se finirait avec les couples Lena/Julian, Alex/Coral mais heureusement non... Je n’ai rien contre Julian et Coral mais ils ne m’ont fait ni chaud ni froid. Julian était même moins horripilant dans ce tome, c’était plutôt l’attitude de Lena avec lui qui me faisait bondir : tu n’as pas remarqué qu’elle le traitait comme un enfant ? Julian ne peut pas se battre, ne peut pas faire l’éclaireur... Moi à sa place, je l’aurais larguée depuis bien longtemps... Bref, je m’égare.  Ce que je voulais dire c’était que Lena a conservé sa liberté d’aimer et qu’elle en profite pour aimer deux garçons à la fois. Ce n’est pas la conclusion à laquelle je m’attendais.

Les retrouvailles de Lena avec sa mère ne m’ont pas émue plus que ça. Pourtant il y avait matière à me faire verser ma larmichette, tu sais que je suis sentimentale... J’ai trouvé ça un peu mécanique, peut-être à l’image de la femme qu’est devenue Annabel. C’est dommage. J’ai été beaucoup plus touchée par la mort de Raven que j’avais appris à apprécier.

En résumé, une bonne saga qui méritait une fin un peu plus propre.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Dis-le-moi en commentaire.