four dead queens

Four dead queens de Astrid Scholte

Editions : Casterman

576 pages

Paru le 3 Juin 2020

Aperçu : Keralie, la plus habile voleuse des quatre royaumes, vole un jour ce qu’elle n’aurait jamais dû voler. En touchant l’objet dérobé, elle voit ce qu’elle n’aurait pas dû voir : les quatre reines de Quadara ont été assassinées. Mais la jeune fille compte bien tirer profit des informations qu’elle possède en les échangeant contre une récompense au Palais…

À condition d’y parvenir. De tromper Varin, le ténébreux (et séduisant) jeune Éonien auquel appartient l’objet volé. De semer Mackiel, le malfrat qui lui a tout appris avant de se retourner contre elle. Et surtout, d’arrêter le meurtrier.

Une course contre la mort commence pour Keralie.

Mon commentaire général : un roman plein de surprises !

Ma note : 9/10

La citation qui résume tout : « Les quatre reines, mortes. Toutes. Derrière mes paupières. A l’intérieur de ma tête. » (p.100)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Il y a peu de tomes uniques en fantasy. Pour moi qui ne suis pas fan des séries ultra longues, c’est un format inespéré. Par conséquent, avec un résumé aussi passionnant que celui-ci, il était certain que je succomberais à Four dead queens !

Bienvenue à Quadara. Cette île, divisée en quatre quadrants, est dirigée par quatre reines, originaires de chacune des régions. Chaque division a ses propres caractéristiques : l’agriculture et les méthodes ancestrales, la technologie extrême, le goût de l’aventure, le divertissement. Le pays est gouverné selon un ensemble de lois immuables, qui garantit l’équité de chaque quadrant.

Nous y faisons la connaissance de Keralie, voleuse professionnelle. Sous les ordres de Mackiel, la jeune fille vole les objets que son patron vendra aux enchères le soir même. Quand il demande de dérober un étui de communication à un émissaire d’un autre quadrant, elle s’exécute, sans savoir que cela va la lancer dans une course folle pour sauver les quatre reines, en danger de mort…

Four dead queens se distingue non seulement grâce à son univers, mais aussi par l’aspect course contre la montre qui est passionnant. Keralie est obligée de faire équipe avec Varin, qu’elle a volé, pour espérer sauver les reines, et donc le pays. Or, chaque quadrant a ses coutumes et il est parfois bien difficile de s’associer avec quelqu’un dont les traditions sont si différentes. Pourtant, ils n’ont pas le choix que de se faire confiance.

J’ai aussi apprécié qu’on découvre le point de vue des reines et les coulisses du pouvoir. Chacune a des secrets à cacher. Chacune se pose des questions sur sa fonction et la meilleure façon de gouverner en toute équité, tout en respectant les valeurs de son peuple. Elles n’interviennent que peu mais je me suis pourtant attachée à elles toutes. Qui a intérêt à les faire assassiner ? Voilà la question qu’on se pose tout au long du récit !

Si j’ai été estomaquée par les retournements de situation et que j’ai aimé les personnages, je regrette tout de même la rapidité de la fin et un manque de développement de l’univers. Il est vrai qu’il est compliqué de travailler en profondeur un nouveau monde (enfin, quatre !) et de densifier une intrigue, surtout comme celle-ci, en un seul roman. Une duologie aurait été le format idéal.

Malgré tout, je ne me suis jamais ennuyée. J’en redemanderai même !

En résumé, Four dead queens est un très bon roman de fantasy qui t’obligera à te poser tout un tas de questions !

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Evidemment, je suis restée estomaquée par le rôle de Keralie, même si les indices étaient présents et qu’on pouvait clairement douter de son implication.

La jeune fille est toujours la dernière à avoir vu les reines en vie, ou juste après leur mort. Elle se réveille avec les cheveux mouillés le lendemain de la mort de la reine Stessa. Elle intervient juste au moment où l’incendie de la chambre de la reine Corra débute. Elle est couverte de sang après l’assassinat de la reine Iris. Cela aurait pu me mettre la puce à l’oreille.

Sauf que la temporalité est volontairement vague, ce qui nous fait douter de la chronologie des évènements et que le lecteur n’a pas connaissance de ce nouveau type de jetons qui permet de prendre le contrôle de l’esprit d’autrui.

Il aurait donc fallu douter de la loyauté de Keralie pour envisager qu’elle puisse être la meurtrière, ce qui ne transpirait pas dans le récit.

C’est donc une bonne surprise.

Tout comme l’implication de Mackiel et de la princesse cachée, qui donnent un vrai motif à l’assassinat des quatre reines d’un coup.

Par contre, j’ai été surprise du pardon dont bénéficie Keralie, voire de la confiance que lui témoigne la reine Marguerite en la nommant conseiller. C’est quand même gros. Après tout, bien qu’elle ait été manipulée, elle reste un assassin… La fin me semble ainsi trop douce en regard du contenu du reste du livre.

Néanmoins, j’ai apprécié les personnages dans leur globalité. Ils ont été construits de façon réaliste, avec des défauts et des qualités. Le seul qui reste lisse est Varin, mais on peut imputer cela à ses origines Éoniennes.

Pour moi, Four dead queens est donc la preuve qu’Astrid Scholte est une excellente autrice de romans, surtout que c’est sa première publication.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Sauras-tu arrêter l’assassin ?

Dis-le moi en commentaire.

 

Acheter ce livre en soutenant le blog et les libraires indépendants* :

 

les libraires

amazon

 

* lien affiliés (en savoir plus)