Ami Lecteur, il s’agit de la chronique du troisième et dernier tome de la série Secret défense d’aimer. Si tu n’as pas lu les tomes précédents, ça va forcément spoiler pour toi et ça serait dommage. Je te renvoie donc si besoin à mon billet sur le tome 1 ou le tome 2.

 

secret défense d'aimer T3Secret défense d’aimer, tome 3 de Axelle Auclair

Editions : Autoédité

397 pages

Paru le 9 Janvier 2019

Aperçu : Un homme à l’identité secrète opère au sein d’une cellule du Ministère de la Défense. Asocial par choix pour se préserver, seul son travail donne un sens à sa vie. Toujours cagoulé, identifiable au logo sur son uniforme, son nom de code est : Condor. L’arrivée d’une nouvelle recrue dans l’équipe administrative vient perturber son équilibre. Aussi joviale qu’efficace, Sabine déstabilise l’agent revêche. Quand Condor ressent des sentiments inconnus jusque-là, il est trop tard pour les nier. Une nouvelle mission s’impose à lui : la conquérir. Mais l’opération s’annonce périlleuse.

Mon commentaire général : Repos !

Ma note : 8/10

La citation qui résume tout : « Vous êtes les meilleurs, mais vraiment trop cinglés parfois. » (p.62 )

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Rappelons-nous : nous avions laissé la cellule CCLS dans une situation intenable à la fin du tome 2. Cobra avait disparu en mission et il n’y avait que très peu, voire plus, d’espoir de le retrouver vivant. De plus, la nouvelle recrue Squale ne donnait pas vraiment satisfaction, aussi bien sur le terrain que dans ses rapports avec Sabine. La cellule des agents à la réputation légendaire se relèvera-t-elle de tous ces bouleversements ?

Bonne nouvelle : toutes nos questions trouvent une réponse dans ce tome ! Aussi bien sur le devenir de Cobra, que celui des agents en général. On en sait également plus sur eux et leur passé, ce qui explique bien des choses à leur sujet. Et puis leur futur se dévoile également, tout comme leur évolution. Bref, c’est un tome assez complet, qui a le mérite d’offrir une vraie conclusion à cette saga si originale.

Par contre, j’ai moins ri, les sujets abordés ici étant plus graves (et certains évènements m’ont même carrément agacée), et je me suis un peu ennuyée, ce qui ne m’était pas arrivée avec les deux tomes précédents. Les péripéties m’ont paru un peu convenues, voire forcées, et les conflits se résolvent très facilement. Evidemment, cette série se classe dans les feel-good, on s’attend donc à un happy end, mais pour une histoire basée sur les souvenirs de l’autrice, j’attendais peut-être plus de réalisme.

Ça reste, dans tous les cas, très bon et j’ai lu ce livre en deux jours, comme les autres, même si je suis restée un peu sur ma faim. Peut-être parce qu’avec tous les commentaires élogieux, j’attendais un coup de cœur qui n’est pas arrivé. Ça ne m’empêche pas d’avoir apprécié cette série qui m’a fait beaucoup rire et que j’ai conseillée largement autour de moi.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Condor étant Condor, il était impossible que le quotidien de Sabine s’écoule comme un long fleuve tranquille. De là, à lui imposer une grossesse, ça commence à faire beaucoup, et même trop pour moi. Etant particulièrement sensible au combat des femmes à pouvoir disposer de leur corps comme elles l’entendent, je n’ai pas vraiment ri avec cette péripétie. Je trouve que Sabine le prend plutôt bien au contraire, même si Condor finit par entendre ses arguments. Au final, elle accepte cette erreur impardonnable, en donnant l’impression à un lecteur peu attentif d’avoir boudé cinq minutes. Pour moi, c’est tout simplement trop à digérer.

Il y a aussi Sylvie qui finit par céder à la cour incessante de Lynx, alors qu’elle n’était pas forcément partante dans le deuxième tome (surtout parce qu’elle a, très justement, l’impression que Lynx l’a choisie par défaut). Or, on accepte les avances d’un homme parce qu’il nous plait, pas parce qu’il insiste.

Finalement, le plus normal de tous, c’est Cobra/Hector, qui se conduit comme un homme sensé. J’ai été surprise par la rapidité de son adaptation à l’absence de sa jambe. Même si c’est un agent surentraîné à la flexibilité, il me semble que n’importe quel être humain devrait éprouver des sentiments tels que la colère ou la tristesse à l’idée de perdre un membre. Ici cela ne se sent pas.

Je passe aussi sur l’amélioration fulgurante des rapports entre Sabine et Squale. Après les interventions des autres agents, il est compréhensible que Squale s’exprime avec plus de respect envers l’archiviste. Par contre, il n’est pas obligé de l’aimer, et il m’aurait d’ailleurs semblé plus naturel qu’ils ne s’apprécient pas au final. Personnellement je ne suis pas pote avec tous mes collègues de travail.

C’est l’impression qui me reste après avoir refermé ce roman : c’était bien, original, mais il m’a manqué du réalisme dans les relations humaines. Il ne faut pas oublier que les personnages sont des personnes à part entière, qui ne doivent pas servir une intrigue mais la faire vivre.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Partant pour un dernier combat ?

Dis-le moi en commentaire.

Acheter ce livre en soutenant le blog et les libraires indépendants* :

 

les libraires

amazon

 

* lien affiliés (en savoir plus)