Ami Lecteur, il s’agit de la chronique du deuxième tome de la série Secret défense d’aimer. Si tu n’as pas lu le tome précédent, ça va forcément spoiler pour toi et ça serait dommage. Je te renvoie donc si besoin à mon billet sur le tome 1.

 

secret défense d'aimer T2Secret défense d’aimer, tome 2 d’Axelle Auclair

Editions : Autoédité

357 pages

Paru en décembre 2018

Aperçu : Un voyage de noces. Façon Condor.

Sabine en vacances. Vraiment ?

Des situations rocambolesques. Assurément.

 

 

 

 

 

Mon commentaire général : et ça continue !

Ma note : 8/10

La citation qui résume tout : « Ils ne maîtrisent pas tous les codes d’une vie normale. Moi qui les fréquente au quotidien, je peux t’assurer que ces hommes sont géniaux. » (p.122)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Après n’être pas passée loin du coup de cœur avec le premier tome, je suis légèrement moins enthousiaste concernant ce deuxième volet mais ça reste tout de même une très bonne comédie romantique.

Nous retrouvons Sabine et Condor immédiatement après la fin du premier volet, c’est-à-dire le jour de leur mariage, et les suivons dans leur quotidien mouvementé. Entre missions à l’étranger, nécessité de préserver l’anonymat de Condor, susceptibilité de Lynx et Cobra ou requêtes urgentes, leur vie n’a rien de commun et promet encore de beaux fous rires pour le lecteur !

Il est toujours très plaisant de voir les agents s’ouvrir à une existence normale, même si on peut légitimement s’interroger sur leur passé et leur capacité à être complètement à côté de la plaque quand il s’agit du monde civil. Pour le militaire, ils sont bien sûr toujours au top ! Le roman nous en dévoile d’ailleurs plus sur le travail des agents au fur et à mesure que Sabine est acceptée au sein de la cellule CCL et prend de l’ampleur.

Ce deuxième tome est toujours aussi bien écrit mais je l’ai trouvé un peu plus long à lire (sachant que je parle d’un roman lu en deux jours à peine, on pourrait trouver cela contradictoire…), ou peut-être que ça manquait de piquant ou de nouveauté. Les relations de couple prennent ici une dimension jamais vue mais on pourrait se lasser de l’aspect répétitif presque naïf de ces bêtes de guerre quand on les sort de leurs missions à haut risque.

Evidemment avec cette conclusion en cliffhanger, je n’ai pas d’autre choix que celui de me comporter en bon petit soldat et me précipiter sur le troisième tome, et au pas de course !

 

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Il est assez impressionnant de constater à quel point Sabine et Condor savent compartimenter leur vie : il y a mariage et travail, et les deux ne doivent pas entrer en conflit. Malgré tout, lorsqu’un problème touche à la fois les deux sphères, les disputes ne durent jamais longtemps, à cause du caractère rigide de Condor qui sait parfaitement agiter sa casquette de chef. Je crois que j’aurais bien aimé voir Sabine se rebeller un peu. Qu’est-ce qu’il peut être borné !

Pour moi qui avais réclamé plus de scènes du couple au Ministère, j’ai été gâtée et je constate que comme partout, Condor n’est pas du genre à se laisser surprendre ou décontenancer par un détail comme sa femme. En même temps j’aurais dû le prévoir.

Par contre, j’ai été quelque peu surprise du caractère de chien fou de Lynx. Même sur son lieu de travail, le plus jeune des agents se débride complètement, en témoigne son attitude avec Sylvie que j’ai trouvée lourde et plutôt malaisante. Son insistance, auprès d’une jeune femme qui ne souhaite à première vue pas le fréquenter – et c’est son droit le plus primaire – m’a plutôt rebutée. Je comprends son souhait de s’ouvrir à l’amour, mais pas celui de forcer la main de la première femme qu’il croise.

Je trouve également dommage de ne pas avoir assisté à plus d’interactions entre Sabine et Squale. L’attitude méprisante du nouvel agent apporte un vent de fraicheur bienvenu dans l’ambiance bon enfant de la cellule CCL et de ses trois agents qui ne m’impressionnent plus autant qu’avant. J’espère que le tome 3 fera plus de place à Squale.

En tout cas, la disparition de Cobra est tragique et nous rappelle que le travail des agents est à risque, ce qu’on a tendance à oublier facilement car ils reviennent toujours sains et saufs. Je crois qu’on a perdu la notion de dangerosité au fur et à mesure et que cet évènement tragique tombe à point pour nous remettre en mémoire la nature des missions de la cellule CCL.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Prêt à reprendre la mission ?

Dis-le moi en commentaire.

Acheter ce livre en soutenant le blog et les libraires indépendants* :

 

les libraires

amazon

 

* lien affiliés (en savoir plus)