alexAlex de Pierre Lemaitre

Editions: Albin Michel

392 pages

Paru le 2 février 2011

Aperçu : Qui connaît vraiment Alex ? Elle est belle. Excitante.

Est-ce pour cela qu’on l’a enlevée, séquestrée, livrée à l’inimaginable ? Mais quand la police découvre enfin sa prison, Alex a disparu.

Alex, plus intelligente que son bourreau. Alex qui ne pardonne rien, qui n’oublie rien, ni personne.

 

 

 

 

 

Mon commentaire général : les montagnes russes des émotions !

Mon avis simplifié (sans spoiler) :

Ami Lecteur, me voilà bien embêtée... Pourquoi te demandes-tu ? Si, si, je le sais... Eh bien, parce que je ne sais pas si j’ai aimé ou si j’ai détesté ce livre... C’est un sentiment assez étrange...  En tout cas, je ne l’oublierai pas de sitôt, ce qui veut certainement dire que c’est un bon livre puisque ça m’amène à réfléchir.

Parlons tout d’abord du style. Le livre est écrit au présent, du point de vue d’un narrateur extérieur. Le lecteur est directement plongé dans l’action puisque dès la première scène la jeune femme est suivie par son futur ravisseur. Par contre, l’auteur a fait le choix d’écrire comme on parle. Les virgules se suivent, les points s’éloignent de plus en plus, les apartés sont légions. J’ai trouvé ça désagréable. Cependant, j’ai réussi à m’en extraire pour plonger dans l’histoire.

Les personnages m’ont semblé un peu caricaturaux (j’y reviendrai plus en détail dans la partie non-censurée) : gentil flic/méchant flic, les personnages secondaires un peu simplets...

Par contre, l’histoire ne va jamais dans le sens qu’on croit. Je me suis laissée piéger et c’est un bon point. Les victimes ne sont pas tout à fait des victimes alors que les bourreaux ne sont pas non plus tout à fait des bourreaux... Impossible de deviner où ça va jusqu’à un moment très précis où j’ai parfaitement compris le dénouement et j’ai lu les dernières pages avec moins d’entrain puisque j’avais déjà deviné le « twist » final.

L’auteur nous emmène dans un dédale de sentiments contradictoires assez intéressants. On finit par ne plus savoir si tel personnage a ou non « mérité » son sort. Je me suis réjouie du destin terrible de certains personnages à cause d’autres horreurs qu’ils ont commis par ailleurs. C’est très dérangeant...

Pour finir, je dirai que ce livre me laisse quand même un sentiment de malaise. Pas pour le style ou l’histoire. Plutôt à cause de la trame de fond. Parce que les actes du personnage principaux sont expliqués par un drame qui me remue profondément en tant que mère. C’est propre à moi et je ne pense pas que tout le monde soit affecté de la même façon. Je ne pensais pas que le livre irait vers ce sujet et je ne sais pas si je l’aurais ouvert en sachant à l’avance.

Globalement donc, j’ai aimé l’action, les retournements de situation et les émotions contradictoires que j’ai éprouvées mais je n’ai aimé ni le style, ni le sujet de fond. Mitigée je suis...

 

Ami Lecteur, je ne peux que t’encourager à te faire ta propre opinion et à revenir en discuter dans les commentaires.

 

Allons-y maintenant pour mon commentaire non-censuré. Attention, si tu veux lire ce livre, il est important que tu t’arrêtes là sinon tu vas te gâcher la surprise.

Tu es sûr ? On y va, alors.

 

Mon avis complet (avec spoiler cette fois !) :

Comme dit plus haut, j’ai trouvé les personnages un peu caricaturaux. Notamment Camille, le petit flic hargneux qui ne lâche rien et qui en veut au monde entier. C’était un peu « too much ». Pascal Trarieux le niais, la mère d’Alex, son frère... Ils m’ont paru surjoués. Personne n’est tout blanc ou tout noir, ce n’est pas si simple...

Ce que je retiendrai de ce livre est que j’ai vraiment été déstabilisée par les retournements de situation. J’ai plains Alex depuis son enlèvement jusqu’à la découverte du corps de Pascal Trarieux. Là, je n’ai plus su quoi en penser. Elle avait clairement torturé un être humain, plusieurs même. Alors avait-elle mérité d’être enfermée dans une cage pour finir dévorée par les rats ? Je ne savais plus. C’était très dérangeant... Les cadavres s’accumulaient et je ne comprenais toujours pas. J’ai lu avec une fascination presque morbide pour cette fille, en essayant de deviner entre les lignes pourquoi elle faisait ça, à des hommes/femme que je pensais dénichés au hasard.

Puis elle se suicide et je me suis interrogée de plus en plus.

Les pièces se sont mises en place au début de l’interrogatoire de son frère. Et je ne sais toujours pas quoi en penser. Ceux qui l’ont torturées enfant méritaient cette mort affreuse ? Je ne sais vraiment pas. J’ai l’impression de devoir choisir entre la peste ou le choléra même si j’avoue m’être réjouie du tour qu’elle a joué à son frère en simulant son meurtre.

Cependant, le sujet me met profondément mal à l’aise. Parce que personne n’a voulu aider cette petite fille qui souffrait. Ni sa prof, ni son amie, et encore plus choquant, ni sa mère...

Ce livre m’aura procuré des émotions assez intenses. Malgré tout, je ne le relirai pas.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en as-tu pensé? Dis-le-moi en commentaire.