sweetSweet de Emmy Laybourne

Editions : Hachette

360 pages

Paru le 14 Septembre 2016

Aperçu : Madame, Monsieur,

J’ai l’honneur de vous inviter à une extraordinaire croisière de luxe à bord de l’Extravagance !
Au programme : découverte en avant-première d’un produit miracle qui vous débarrassera de vos bourrelets disgracieux. Et sans efforts !
Vous rêvez de retrouver votre taille de guêpe ? Le Solu est fait pour vous.
Le Solu n’est pas un amincissant comme les autres.
Le Solu vous fera vraiment maigrir.
Vous ne pourrez plus vous passer de lui.
Je vous le garantis.
N’attendez plus : rejoignez-nous sur les rives de Fort Lauderdale, en Floride, pour un embarquement imminent !
Au plaisir de vous aider à mincir,


Timothy Almstead, président de Solu Corporation

Mon commentaire général : Bienvenue à bord d’une croisière mortelle !

Ma note : 8/10

La citation qui résume tout : « Je te l’avais dit, non, que cette croisière allait tout changer ? »

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Attention, une fois embarqué à bord de ce voyage, il est très difficile d’en ressortir !

C’est en effet un roman assez addictif, écrit dans un style très moderne (après tout ce sont deux adolescents qui « parlent »), qui se lit très facilement et très rapidement !

Ce qui est intéressant avec ce livre, outre sa couverture très représentative, c’est qu’au départ, tout comme les personnages, on ne s’attend pas du tout à ce qui va se produire par la suite. La croisière commence bien, avec ses starlettes et sa couverture médiatique, mais ce qui s’annonce comme un voyage paisible va rapidement se transformer en balade au bout de l’enfer… Mais je n’en dirai pas plus pour laisser le plaisir de la découverte.

Si j’ai beaucoup aimé le rythme du roman et des péripéties, j’ai trouvé la romance trop présente et pour le coup, trop rapide également. Si l’enchainement d’action ne me dérange pas lorsqu’il s’agit d’évènements précipités, cela me dérange davantage lorsqu’on évoque les sentiments.

L’idée de départ est en tout cas très bonne et plutôt bien exploitée, même si le final est un peu trop brusque. On peut se poser la question d’une suite avec cette fin ouverte, d’autant que les éléments sont là pour développer un « après ». Les messages sous-jacents sont également appréciables (l’acceptation de soi, tel qu’on est), surtout qu’ils sont destinés à un public adolescent, particulièrement fragilisé par ces considérations.

Une chouette découverte pour ma part !

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Si avec ces trainées de sang la couverture prévient effectivement le lecteur que la croisière va devenir mortelle, je ne m’attendais pas à ce que l’addiction des passagers devienne aussi violente et incontrôlée. Et c’est pour moi un bon point : j’aime être surprise et ne pas deviner à l’avance ce qui va se passer. Ainsi, je n’avais pas vraiment compris que l’altération de la formule était volontaire et destinée à remplir une fonction de purge de la population. Les motivations de M. Almstead m’ont tout de même parues un peu légères et rapidement expédiées.

 

Du fait, le roman fait passer un message appréciable : seuls ceux qui sont satisfaits de leur corps survivent. Il vaut mieux avoir quelques complexes et des petits bourrelets qu’une addiction dévastatrice au Solu. Acceptez-vous !

De fait, Tom montre le chemin : la nourriture ne remplace ni l’affection ni les amis. L’enfant star, forcé de s’exhiber par des producteurs et sa propre mère, a pris conscience de la valeur de son corps en en prenant soin. Il vit une vie saine et équilibrée, bien loin des autres célébrités que l’on croise sur le bateau.

De son côté, Lauren, jeune fille normale, est bien consciente de ses rondeurs mais elle les accepte parce qu’elles font partie d’elle.

Le gros souci, c’est justement la relation entre ces deux-là. Si leur attraction est immédiate, leurs sentiments se développent trop vite et prennent trop d’importance. Quand les gens sont en train de s’entretuer autour de vous, il parait inconcevable de s’émerveiller du contact de la main de son petit copain…On pourrait argumenter que dans un huis-clos et face à l’horreur, les relations prennent une dimension qu’elles n’auraient pas dans des circonstances normales. Je suis bien d’accord, et tous les rescapés des émissions type « Secret story » pourront le confirmer : le confinement change les relations entre les gens. Cependant, l’auteure aurait pu développer les choses plus subtilement dans son écriture, sans perdre en intensité, voire en gagner.

Si je me permets d’insister sur ce point, c’est que j’ai vraiment aimé ce roman que j’ai lu en une journée à peine, tellement j’étais prise dans l’engrenage du Solu. Je crois que sans cette romance omniprésente, j’aurais probablement eu un coup de cœur pour cette aventure hors des sentiers battus.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Souhaites-tu embarquer à bord de l’Extravagance ?

Dis-le moi en commentaire.