le joyauLe Joyau d’Amy Ewing

Editions : Robert Laffont collection R

452 pages

Paru le 18 septembre 2014

Aperçu : Qui dit Joyau dit richesse. Qui dit Joyau dit beauté. Qui dit Joyau dit royauté. Mais pour les filles comme Violet, le Joyau est avant tout synonyme de servitude. Et pas n'importe quelle servitude : Violet est née et a grandi dans le Marais avant d'être formée dans l'optique de devenir Mère-Porteuse pour la royauté. En effet, au sein du Joyau, la seule chose qui prime sur l'opulence et le luxe, c'est la descendance...

Achetée par la Duchesse du Lac lors de l'Enchère des Mères-Porteuses, Violet est accueillie par une gifle. Désormais connue sous l'appellation #197, elle va rapidement découvrir la brutale réalité qui sous-tend l'étincelante façade du Joyau : cruauté, trahisons et violence sourde sont les méthodes de la royauté.

Violet doit accepter ce sinistre quotidien... et tâcher de rester en vie. Mais c'est alors que naît une romance interdite entre elle et un séduisant jeune homme, loué pour servir de compagnon à la nièce aigrie de la Duchesse. Bien que la présence de ce dernier vienne illuminer le sombre quotidien de Violet au cœur du Joyau, les conséquences de leur relation illicite vont dépasser ce qu'ils redoutaient...

Mon commentaire général : Bienvenue dans le Joyau !

Ma note : 7/10

La citation qui résume tout : « Le Joyau peut-être à la fois un paradis et un enfer. »

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Je dois bien avouer que même sans avoir lu le résumé, j’étais déjà irrésistiblement attirée par ce roman à la couverture magnifique. Montrez-moi une robe de princesse parsemée de brillants et ça y est, je redeviens une petite fille hystérique…

Néanmoins, l’histoire promettait une atmosphère plutôt sombre et cruelle, rien de tel pour parler à mon âme de lectrice adulte.

Si le côté princesse est bien présent tout au long, l’autre côté, le côté obscur s’exprime surtout au début, lorsque la romance n’a pas encore fait son apparition. J’ai bien aimé cet aspect dur, où les héros vivent des situations difficiles car je trouve que c’est en général plutôt révélateur de leur personnalité. Et comme j’aime les personnages complexes, j’ai plutôt tendance à me tourner vers ce genre de lectures.

J’ai donc bien aimé l’atmosphère du début, aussi noire que le Joyau (c’est-à-dire l’endroit où vivent les privilégiés de ce monde) est clinquant, et j’ai aussi aimé Violet, qui ose se rebeller malgré son jeune âge.

Puis la romance débarque et même si les pages ont continué de se tourner sans relâche (j’ai d’ailleurs lu ce livre en deux soirées, c’est assez révélateur de la qualité de l’écriture), mon enthousiasme s’est un peu relâché, tant les autres intrigues passent au second plan.

Ceci dit, avec la fin ahurissante que nous propose l’auteure, je suis bien contente d’avoir déjà la fin dans ma PAL !

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

J’aime que les romans young adult soient baignés dans un contexte noir et pesant comme je l’ai déjà évoqué. Ce qui lisent ce genre de littérature ne doivent pas être cantonnés aux amourettes gentillettes !

Ceci dit, côté romance, il manque clairement quelque chose pour en faire un très bon roman. Il manque de la retenue. Si Violet et Ash se plaisent au premier coup d’œil, ce qui parait acceptable, on bascule trop rapidement de l’attirance physique au mode « couple », sans jouer sur l’attente, le désir, la peur de l’interdit. C’est dommage car cela permettrait de rajouter une pression supplémentaire sur notre héroïne, qui a déjà beaucoup de choses à gérer entre les sautes d’humeur de la duchesse, les plans de Lucien, ses expérimentations médicales et son inquiétude pour Raven, mais justement, cela ajouterait au point de vue psychologique une tension qui rejaillirait sur le lecteur.

Outre l’atmosphère, ce contexte, j’ai aussi aimé les personnages que j’ai trouvé bien définis. Chacun possède une part d’ombre, même ceux qui apparaissent comme gentils, et les « méchants » ont aussi une part plus posée.

Je pense ainsi à la duchesse, qui a des moments très touchants, et à l’Electrice, qui parait naïve mais ne l’est pas tant que ça.

Chacun est beaucoup plus que ce qu’il parait, et j’aime découvrir petit à petit de nouveaux aspects de la personnalité des protagonistes au fur et à mesure des pages.

Pourtant, ce premier tome n’esquisse qu’à peine l’entourage de Violet et en refermant le livre, je ne suis pas certaine de les avoir tous cernés, Ash en tête, ce qui va bien évidemment m’inciter à me plonger dans le deuxième tome, La rose blanche.

En tout cas, j’espère que la suite me réserve davantage de moments qui me feront froid dans le dos, et un peu moins d’insta-love.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Veux-tu entrer dans le Joyau ?

Dis-le moi en commentaire.