moxieMoxie de Jennifer Mathieu

Editions : Milan

336 pages

Paru le 6 Mars 2019

Aperçu : Moxie : désigne le caractère audacieux d’une personne prête à défendre ses convictions envers et contre tous.

Vivan Carter, 16 ans, en a marre. Marre que l’équipe de foot de son lycée se croie tout permis. Marre qu’on impose des règles vestimentaires aux filles, mais jamais aux garçons. Marre du sexisme dans les couloirs du bahut et des profs qui ferment les yeux. Plus que tout, Vivian en a marre qu’on lui dise qui elle doit être. Vivian Carter dit STOP.

Et si toutes les filles se rassemblaient pour qu’enfin sonne l’heure de la révolution ?

 

 

 

Mon commentaire général : Girl power !

Ma note : 10/10

La citation qui résume tout : « C’est ça, être féministe. […] Parce qu’en somme, ça veut dire des filles qui se soutiennent et qui veulent être traitées de façon égalitaire dans un monde qui n’arrête pas de leur répéter qu’elles sont inférieures. » (p.269)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Voilà un roman que je compte bien promouvoir le plus largement possible et que je garderai précieusement pour ma fille en espérant que quand elle sera en âge de le lire, les évènements racontés ici seront anecdotiques (mais bizarrement j’en doute).

Moxie est un roman de filles pour les filles qui en ont marre d’être traitées comme des sous-êtres humains à cause de leur sexe. Et en même temps, je pense qu’il ne ferait pas de mal aux garçons de le lire aussi car ils apprendraient pas mal de choses sur le quotidien des femmes

Moxie met en scène Vivian, 16 ans, qui vit dans une petite ville du Texas où l’équipe (masculine) de football du lycée est considérée en héros. D’ailleurs les joueurs ont le droit de tout faire : insulter les filles, les agresser, se conduire de façon inconvenante. De leur côté, ces demoiselles ont tout juste le droit de se taire et de ne pas déconcentrer les garçons (hum !). C’est pourquoi Vivian crée sur un coup de tête un fanzine nommé Moxie qu’elle dépose anonymement au lycée, sans savoir qu’elle va ainsi réveiller la révolte qui grondait insidieusement… Et le pouvoir venait du nombre ?

J’ai juste envie de te dire de lire ce roman, parce qu’il est indispensable. Parce qu’il montre que les filles valent autant que les garçons (pour ceux qui en doutent encore), qu’elles sont fortes, qu’elles peuvent riposter. Parce qu’il ne faut pas accepter les statu quo. Parce qu’il est bien écrit et que les personnages sont tous attachants et qu’on a envie de leur faire des gros câlins. Parce que les pages du fanzine qui sont dans le roman sont juste percutantes.

Parce qu’il a renforcé mes convictions personnelles et qu’il donne envie de se battre, encore et toujours.

Pour tout ça, même s’il y a quelques petits défauts, c’est un livre qui ne quittera jamais ma bibliothèque (sauf pour intégrer celle de ma fille) et c’est un coup de cœur/poing :

 

coeur scintillant

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Evidemment le roman ne parle pas que de féminisme mais aussi de la vie d’une jeune fille de 16 ans, entre son premier amour et sa mère qui refait sa vie, moments compliqués à gérer.

Moxie, le fanzine, est une façon pour Vivian de relâcher la colère qui l’habite. En déversant sa rage dans son magazine, elle met ses sentiments en faveur d’une cause plus grande qu’elle, pour le plus grand nombre, même si elle n’a pas elle-même été visée par les attaques des footballers ou les inspections vestimentaires. C’est un beau message pour les adolescent.e.s : il n’est pas nécessaire d’attendre qu’une cause vous touche personnellement pour s’y investir (comme Emma, par exemple).

J’ai de plus apprécié qu’à travers Seth, aussi compréhensif soit-il, l’autrice nous montre que les garçons/hommes ont du mal à se représenter ce que vivent les filles/femmes. Il faut le vivre pour le croire, je pense, tellement certains actes peuvent paraître odieux à une personne extérieure.

J’ai aussi bien aimé les références que Jennifer Mathieu propose pour aller plus loin (et il faut que j’aille écouter sa playlist !), même si les non-anglophones seront un peu limité.e.s.

En résumé, continuons le combat, parlons-en à nos amies, éduquons nos filles pour que jamais elles n’acceptent d’être traitées en inférieures.

Et n’oublie pas : « Les Moxie Girls contre-attaquent ! »

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Prêt.e à te battre ?

Dis-le moi en commentaire.