jolies mary

Jolies Mary de Gwendolyn Kiste

Editions : Le Chat Noir

133 pages

Paru le 6 avril 2022

Aperçu : Vous la trouverez au bord d'une route déserte, faisant du stop à minuit. Elle se fait appeler Rhee, mais tout le monde connaît son autre nom : Resurrection Mary. Et quand elle rentre chez elle à l'aube, dans un manoir décrépi au milieu de nulle part, elle n'est pas seule.

Dans le miroir ancien, Bloody Mary apparaît si vous prononcez son nom trois fois. Dehors, erre Mistress Mary dans son jardin de fleurs vénéneuses, une chansonnette qui a pris vie d'une sinistre manière. Et dans la cave, une autre comptine - Mary Mack - est obligée de fabriquer son propre cercueil jusqu'à la fin des temps. Enfin, ruminant dans son coin, il y a Mari Lwyd et son crâne de cheval.

Elles sont les Mary, l'incarnation des légendes urbaines et des peurs enfantines. Chaque matin, elles se réunissent autour de la table pour partager les cauchemars comme s'il s'agissait d'un bon vin, savourant la saveur de ceux qu'elles ont terrifiés. Jusqu'au jour où leur existence même est menacée...

Mon commentaire général : un court récit plein d’émotions et de frissons

Ma note : 5 ⭐️

La citation qui résume tout : « Nous sommes une maisonnée de Mary et les murs craquent sous le poids des mots de nos comptines et de nos légendes.» (p. 21)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Gwendolyn Kiste s’annonce comme la voix montante du roman fantastique horrifique et je veux bien le croire.

J’ai été intriguée par le résumé de ce court roman de la nouvelle collection des éditions Chat Noir, je n’en attendais pas plus qu’un bon divertissement... et j’ai complètement happée par cette histoire que j’ai lue d’une traite, incapable de poser mon livre.

Il est difficile de parler de l’histoire sans trop en dévoiler, mais imagine : et si les légendes urbaines, ces esprits mythiques, étaient réels ? La Dame blanche, par exemple. Si ces esprits dépendaient de la peur qu’ils inspirent aux vivants pour survivre ? Et s’ils avaient des sentiments ?

C’est intriguant, non ?

Je ne connaissais pas toutes les légendes évoquées ici, qui sont plutôt anglo-saxones, mais j’ai vraiment accroché avec ces femmes, condamnées à hanter les vivants et à répéter inlassablement les mêmes gestes.

C’est vraiment un roman à découvrir si tu aimes les mythes, les fantômes et l’horreur, que tu cherches une belle plume et des personnages féminins à la fois forts et émouvants. En plus, le livre est tout petit, ce qui peut clairement inciter même les plus réticents à s’y mettre.

Bref, une belle découverte !

 

Et toi, tu l’as lu ? Quelle légende urbaine te fait le plus peur ?

Dis-le moi en commentaire.