victorian fantasy

Victorian fantasy, tome 1 : Dentelle & nécromancie de Georgia Caldera

Editions : J’ai Lu

541 pages

Paru le 10 septembre 2014

Aperçu : D’aussi loin que remontent ses souvenirs, Andraste vit dissimulée aux yeux du monde. Son univers restreint ressemble à s’y méprendre à une cage dorée, elle qui ne rêve que de s’envoler. Car, au Coven Coldfield – manoir de construction ancienne où résident toutes les femmes de la famille ayant la chance de posséder quelque pouvoir – aucune âme, à l’exception de sa dirigeante, leur très redoutée grand-mère, n’a le droit de choisir son destin. C’est alors qu’une invitation de la main même de la Reine lui est spécifiquement adressée et vient bousculer les plans de la matriarche. Malheureusement, une requête royale ne se refuse pas… à moins de souhaiter perdre la tête.

Mon commentaire général : Un bon univers magique mais une romance agaçante

Ma note : 2,5 ⭐️

La citation qui résume tout : « Votre destin n'est pas inscrit dans la pierre. Vous aussi avez droit à votre part de bonheur, comme tout un chacun.» (p. 186)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Avec Georgia Caldera, je suis pour l’instant passée du “mouais” (Les larmes rouges) au “Oui oui oui” (Nos chemins de travers). Victorian fantasy se classe selon moi dans le “bof”.

Si l’univers est intéressant et original dans sa mise en œuvre, l’intrigue et les personnages ne réussissent pas à s’élever au même niveau. Moi qui m’attendais à des machinations de cour au palais de la Reine Immortelle Victoria…

En fait, l’histoire, c’est surtout la romance d’Andraste et Thadeus, qui débute par une (improbable) bouillante rencontre dans une salle de bain. Et à partir de là, les deux font la girouette : “oui, je te veux” puis “non, je te déteste” (voire “non, je vais te tuer, tu m’as ensorcelé”). Sachant que je place les romances à la “Suis moi je te fuis, fuis moi je te suis” à peu près au même niveau que les triangles amoureux, tu auras compris mon agacement. Surtout que leurs comportements respectifs sont peu logiques : ils s’énervent pour des broutilles, passent leur temps à bouder quand ils ne se sautent pas dessus, se donnent en spectacle… Bref, c’est le genre de romance qui n’est pas pour moi.

Pourtant, l’autrice a un bon concept (dont je ne parlerai pas pour ne rien spoiler), mais il n’est pas assez développé. C’est vraiment dommage car il y avait possibilité d’en faire une intrigue palpitante, avec des pièges à la Cour, des complots, des protocoles, et une romance “ennemies to lovers” où Andraste et Thadeus auraient été forcés de collaborer pour sauver leurs peaux… J’aurais adoré lire ça.

Mais si tu aimes les romances qui vont vite, dans un univers magique, un peu steampunk, avec des personnages qui se déchirent, alors Victorian fantasy est le livre qu’il te faut.  

 

Et toi, tu l’as lu ? Tu aimes ce type de romans ?

Dis-le moi en commentaire.