le dernier secret de cleopatre

Le dernier secret de Cléopâtre de Xavier Milan

Editions : Alphée

311 pages

Paru le 20 janvier 2011

Aperçu : Claire Delorme, jeune conservatrice au département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre, découvre un étrange papyrus. Celui-ci semble être le testament de Cléopâtre ! La reine légendaire entend léguer à son fils Césarion un secret extraordinaire lui permettant de regagner le trône d'Égypte, convoité par les Romains. La jeune femme s'envole pour l'Égypte, à la recherche du dernier secret de Cléopâtre mais elle n'est hélas pas la seule à s'y intéresser... Sillonnant l'Égypte, elle devra puiser dans son courage et son immense connaissance de la civilisation pharaonique pour élucider l'un des plus grands mystères de l'Antiquité. Quel est le formidable secret de Cléopâtre ? Existe-t-il toujours ? Claire parviendra-t-elle à déjouer les sinistres plans de ses ennemis ? Xavier Milan, dans un style enlevé, nous entraîne dans les plus beaux sites d'un pays enchanteur qui réserve encore bien des surprises...

Mon commentaire général : un périple bien facile dans les magnifiques paysages égyptiens…

Ma note : 5/10

La citation qui résume tout : « Voyons quel est ton secret et pourquoi tu as provoqué une telle bataille.» (p.27)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

J’adore les romans à énigme, surtout lorsqu’ils promettent une plongée dans la mythologie. Autant dire qu’un voyage en Egypte, sur les traces de la légendaire Cléopâtre, ne pouvait que retenir mon intérêt.

Nous nous envolons donc pour Le Caire en compagnie de Claire, conservatrice au Louvre. La jeune femme a mis la main sur un papyrus ancien, écrit par Cléopâtre elle-même et destiné à son fils Césarion. En jeu, la tombe d’Alexandre le Grand. Claire se lance à la recherche du tombeau en compagnie de son collègue et ami Guillaume. Mais un riche Egyptien est bien décidé à les empêcher d’arriver au bout de leur quête…

La promesse est belle… mais la réalisation ratée, la faute aux facilités de l’intrigue.

En effet, les difficultés n’en sont pas vraiment. De fait, c’est à se demander comment le fameux papyrus n’a pas été décrypté plus tôt !

Si le rythme est satisfaisant, la plume très simple n’a pas fait naître d’émotions en moi. Je n’ai pas tremblé pour les personnages, ni éprouvé d’empathie pour eux. 

Le seul bon point : l’auteur connaît son sujet et ça se voit. Des paysages égyptiens à l’histoire de la civilisation des pharaons, tout est maîtrisé.

C’est donc une lecture en demi-teinte, qui m’aura tout de même donné envie de voir les choses par moi-même. 

Cependant, si tu cherches un roman d'aventure sans prise de tête à lire au bord de la piscine, c'est une histoire qui s'y prête bien.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

En fait, au vu de la simplicité du code et des énigmes, il est étonnant que l’épée d’Alexandre n’ait pas été découverte plus tôt. Ou alors, c’est parce que Claire a BEAUCOUP de chance.

Tout d’abord, le papyrus est d’une simplicité enfantine à déchiffrer. Il ne faudra pas plus d’une journée à Claire et Guillaume pour y parvenir.

Ensuite, passage au Caire, où la tombe qu’ils doivent piller est miraculeusement intacte alors que toutes les autres ont été vidées de leur contenu.

A Siwa, l’anneau métallique a lui aussi résisté au passage du temps.

Dans le désert blanc, le rocher en forme de Sphinx se distingue toujours, malgré 2000 ans d’érosion.

A Louxor, le dromos vient justement d’être déblayé et la statue recherchée a elle-aussi résisté à la destruction.

La tombe de Tutu à Akhetaton n’est jamais visitée.

Et nos deux conservateurs ne mettent même pas une journée à résoudre toutes les énigmes de la pyramide.

Dans la réalité, la plupart des indices auraient disparu ou auraient été envoyés dans un musée à l’autre bout du monde…

Je passerai aussi sur la facilité de Claire à se faire aider des locaux (pour ses beaux yeux violets, évidemment) et sa résistance face aux tentatives d’assassinats et autres accidents/péripéties (une bombe, une panne d’essence, un abandon dans le désert, une avalanche, une morsure de serpent et un combat dans une tombe avec des hommes armés de pistolets).

Mon manque d’empathie envers les personnages a sûrement été appuyé par ces raccourcis. Pas besoin de trembler pour leur sort quand on est persuadé qu’ils vont bien s’en sortir.

J’aurais nettement préféré plus de rebondissements et de vrais obstacles qu’une amourette inutile et de la flânerie dans les rues et cafés égyptiens.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Aimes-tu l’époque pharaonique ?

Dis-le moi en commentaire.

 

Acheter ce livre en soutenant le blog et les libraires indépendants* :

 

les libraires

amazon

 

* lien affiliés (en savoir plus)