les sept maris d'evelyn hugo

Les sept maris d’Evelyn Hugo de Taylor Jenkins Reid

Editions : Milady

592 pages

Paru le 11 Septembre 2019

Aperçu : À l’aube de ses quatre-vingts ans, Evelyn Hugo, légende du cinéma, est enfin prête à dire la vérité sur sa vie aussi glamour que scandaleuse. Mais quand cette actrice, vieillissante et solitaire, décrète qu’elle fera ces révélations à Monique Grant, journaliste pour un obscur magazine, personne ne comprend son choix. La journaliste décide de saisir cette occasion pour lancer sa carrière. Elle écoute avec fascination l’histoire de cette actrice mariée sept fois. Une histoire d’ambition, d’amitié et d’amour défendu. À mesure qu’elle recueille les confidences d’Evelyn, la journaliste comprend que leurs destins sont étroitement liés…

Mon commentaire général : une grande fresque hollywoodienne !

Ma note : 8/10

La citation qui résume tout : « Cela m’a toujours fascinée, combien les choses peuvent être simultanément vraies et fausses, comment les gens peuvent être bons et mauvais tout à la fois, comment quelqu’un peut vous aimer avec un altruisme admirable tout en servant implacablement ses propres intérêts. » (p. 389)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Les sept maris d’Evelyn Hugo a fait beaucoup parler de lui lors de sa sortie française à cause de sa couverture qui atteint des sommets niveau white washing. Car en effet, si elle reste une star hollywoodienne, Evelyn Hugo n’en reste pas moins d’origine cubaine, et ce n’est pas vraiment ce qui ressort sur l’image.

Néanmoins, comme j’avais vraiment envie de découvrir ce roman, je suis passée outre et me suis embarquée pour ce voyage à la fois géographique et temporel, à la rencontre d’une star d’Hollywood.

L’histoire commence dans les années 50, lorsqu’Evelyne Herrera, alors âgée de 15 ans, quitte son New-York natal pour Hollywood en compagnie de son premier mari, épousé par opportunité. Evelyn est d’une beauté époustouflante et saura en jouer une fois parvenue à Hollywood pour devenir la plus grande star de tous les temps. Et si ses nombreux maris et liaisons font jaser, personne ne sait véritablement ce qui se passe en coulisses. Car Evelyn a su jouer de son intelligence et de ses capacités d’actrice pour tromper tout le monde pendant des décennies…

En fait, je suis allée un peu vite. Le roman ne se préoccupe pas que d’Evelyn. Nous suivons aussi la journaliste chargée d’écrire l’autobiographie d’Evelyn. Le livre est donc découpé à la fois entre passé (le récit qu’Evelyn fait de sa vie à Monique) et présent (la vie de Monique). Or, le présent m’est paru tellement fade à côté de la vie d’Evelyn que j’ai lu ces passages en diagonale. Je n’ai pas vraiment compris ce que ça apportait au récit…

A part Monique, tous les personnages évoqués par Evelyn sont très bien construits, tout en nuances. Il y a du bon et du mauvais en chacun d’eux, ce qui les rend authentiques. La plus complexe reste tout de même Evelyn, qu’on a toujours du mal à cerner à la fin du roman.

Le livre vise aussi à casser le mythe du glamour auquel on associe inévitablement Hollywood. Il montre les sacrifices, le travail, le renoncement que les acteurs et actrices vivent s’ils veulent accéder à la postérité. On nous parle également d’identité et d’affirmation de soi.

Si j’ai aimé la plume et les personnages, j’ai trouvé le temps long à partir du quatrième ou cinquième mari. Au bout d’un moment, on parvient à deviner facilement les rebondissements avant qu’ils n’arrivent puisque ça revient toujours au même.

La fin parvient tout de même à sauver ce manque de rythme par de très belles émotions qui auront réussi à m’arracher une petite larme.

En résumé, Les sept maris d’Evelyn Hugo est une grande fresque hollywoodienne qui dévoile les coulisses de l’industrie cinématographique en mettant en scène des personnages bien travaillés, mais qui aurait nécessité quelques coupes au montage.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

A vrai dire, je n’ai pas compris l’intérêt de faire intervenir Monique dans le récit. 

Effectivement, son destin est lié à celui d’Evelyn, qui a mis en scène la mort de son père, mais sa vie, en dehors des moments où elle récolte les confidences d’Evelyn n’a pas d’intérêt pour l’intrigue.

Ses problèmes conjugaux n’ont pas vraiment le temps d’être traités, tout comme sa relation avec sa mère ou les affaires de son père. Je m’attendais d’ailleurs à ce qu’elle découvre quelque chose dans ce carton, des photos ou des lettres qui l’aurait relié à Evelyn d’une façon ou d’une autre.

Par conséquent, Monique n’est qu’un témoin, au même niveau que le lecteur.

Pour un livre qui fait presque 600 pages, avec des longueurs au milieu (je ne me souviens pas de la moitié des maris), je trouve qu’on aurait largement pu se passer de ces moments qui ne font que couper la fluidité du récit.

D’autre part, la situation d’Evelyn et Celia, ainsi que celle d’Harry amènent une réflexion bienvenue. Malheureusement, je doute encore que toutes les stars osent assumer leur sexualité pour ne pas perdre des contrats et des fans. Le parcours d’Evelyn, qui s’étend sur 50 ans, nous montre cela : ce n’est qu’à la mort de tous les acteurs de son histoire qu’elle ose dévoiler qui elle est vraiment

En espérant que les prochaines années verront une évolution de la société par rapport à cela et que les jeunes acteurs osent s’affirmer tels qu’ils sont.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Quel est ton film préféré ?

Dis-le moi en commentaire.

 

Acheter ce livre en soutenant le blog et les libraires indépendants* :

 

les libraires

amazon

 

* lien affiliés (en savoir plus)