24 heures

24 heures de Katja Lasan

Editions : Cyplog

219 pages

Paru le 7 Mai 2021

Aperçu : Passionnée de musique et de cinéma, Agathe aime partir à la découverte des artistes et partager ses rencontres sur son blog, de manière originale. 

Lorsqu’un célèbre guitariste pose ses valises dans son village, l’occasion est trop belle. Vingt-quatre heures dans son quotidien, c’est tout ce qu’elle lui demande.

 

 

 

 

Mon commentaire général : C’est rock’n’roll !

Ma note : 7/10

La citation qui résume tout : « Peu à peu, dans chacune de ces rencontres singulières, les masques, s’ils existaient, finissaient par tomber, les langues par se délier, les carapaces par se fissurer.»

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Après les Darkmoon, Katja Lasan nous fait partager dans 24 heures le quotidien du leader d’un autre groupe de légende : Evil’s On The Run.

Tu ne comprends pas de quoi je parle ?

C’est normal. J’ai encore oublié que ces personnages n’existaient pas vraiment, du moins pas en dehors de ces quelques pages que je viens de dévorer. Attention, si tu aimes le rock et les personnages torturés, tu vas faire comme moi : tu vas lire cette novella d’une traite, en une seule séance de lecture.

Je l’ai déjà dit dans mes chroniques de Sex, fun and rock’n’roll et Damien (mon chouchou <3), mais je vais le répéter parce que ça ne cesse de m’époustoufler : Katja Lasan a le don de rendre ses personnages tangibles. Dans 24 heures, ça se ressent peut-être davantage car j’ai reconnu les modèles derrière les personnages et je me suis retrouvée à hocher bêtement la tête quand Mr Hammond parlait de son groupe et de ses déboires comme si je voyais très bien de quoi il parlait, alors que le groupe en question n’existe même pas…

Mais je plaque mon accord avant d’avoir branché l’ampli.

24 heures, c’est l’histoire d’une rencontre : celle d’Agathe, jeune blogueuse passionnée de musique, et Ian Hammond, le plus grand guitariste du monde dont le groupe de rock a connu la gloire dans les années 80. Hammond est une légende qui a vécu le meilleur comme le pire, un talent incroyable brisé par les drames et la drogue. Agathe lui demande de le suivre pendant 24 heures, un seul jour pendant lequel elle deviendra son ombre. Hammond accepte, sans savoir que ces quelques heures vont avoir un impact inimaginable sur leurs vies…

La novella est un format que je lis peu. En général, je n’ai pas le temps de m’attacher aux personnages ou de plonger dans l’intrigue que c’est déjà fini. C’est pourquoi je me tourne plutôt vers celles qui complètent des séries. Or, 24 heures est un livre à part, dans lequel on notera quelques caméos des autres écrits de l’autrice - dont mon chouchou (voir plus haut) - mais qui se lit indépendamment. 

Il suffit pour cela d’être fan de rock, d’apprécier les personnages à fleur de peau et les histoires où les émotions sont brutes. Le format court s’adapte bien à l’intrigue qui tient sur une journée comme l’annonce clairement le titre.

Si je reste un peu sur ma faim en fermant cette novella, c’est que je n’ai pas complètement accroché avec Agathe, dont on ne sait pas grand chose, et que je suis perplexe devant la rapidité de certains développements.

Cependant, j’ai passé un excellent moment, bercée par la musique rock que j’aime, et je n’ai aucun doute sur le fait que je continuerai à lire les publications de Katja.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Quel est ton groupe préféré ?

Dis-le moi en commentaire.

 

Acheter ce livre en soutenant le blog et les libraires indépendants* :

les libraires

amazon

 

 

* lien affiliés (en savoir plus)