la vie secrète de Bee

La vie secrète de Bee de Sara Wolf

Editions : Pocket Jeunesse

384 pages

Paru le 7 Mars 2019

Aperçu : Pour garder sa bourse d'études, Bee doit espionner son pire ennemi...

Bee a un but dans la vie : devenir psy pour soigner son père adoré. Elle ne laissera personne l'en empêcher, pas même les frères Blackthorn, qui règnent en maîtres sur le lycée. Ni Fitz, roi de la drague et du piratage informatique, ni Burn, l'impassible géant, ni même le mystérieux Wolf, qui a le pouvoir de faire renvoyer les élèves qui lui déplaisent en leur adressant un carton rouge.

Le jour où Bee en reçoit un, elle comprend que son avenir risque de lui échapper. Elle se résout alors à signer un pacte avec le diable : en échange du maintien de sa bourse, le père des Blackthorn lui demande d'espionner ses fils... 

Mon commentaire général : Encore un bon roman de Sara Wolf !

Ma note : 8/10

La citation qui résume tout : « Je crois que le plus important dans la vie, ce qui en vaut la peine, ça fait peur. Au début. » (p.243)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Quand j’ouvre un roman de Sara Wolf, je suis sûre de plusieurs choses : ce sera bien écrit, les personnages seront authentiques et les répliques mordantes.

La vie secrète de Bee ne déroge pas à ces règles.

Dès le début, la rencontre entre les protagonistes marque le ton.

Alors qu’elle vient d’arriver dans un lycée élitiste grâce à une bourse, BeatrixKristin, dite Bee, s’interpose entre son voisin de casier et les trois frères Blackthorne, qui font la loi. Bee ne sait pas qu’elle vient de mettre le pied dans un engrenage qui va la mener très loin. En effet, Wolf Blackthorne distribue les cartons rouges et malheur à celui ou celle qui osera le contrarier. Sauf que Bee est maintenant dans sa ligne de mire… et qu’il a le pouvoir de faire annuler sa bourse… C’est pourquoi quand le père des frères lui propose d’espionner ses fils pour lui en échange du maintien de sa bourse, Bee n’hésite pas vraiment. Après tout ce n’est pas méchant, non ? Même si en se rapprochant d’eux, elle commence à les apprécier de plus en plus, et à découvrir leurs secrets les plus profonds…

Comme dans les autres livres de l’autrice, j’ai apprécié le caractère des personnages. Bee n’a pas la langue dans sa poche, les Blackthorne ont tous un côté attachant mais distant, et les dialogues m’ont souvent fait éclater de rire… du moins au début.

Car comme dans tout roman signé Sara Wolf, il ne faut pas s’arrêter aux apparences, et les sujets traités sont plus graves qu’il n’y paraît. Le livre aborde le deuil, la maladie et ses conséquences sur les proches, l’identité, l’addiction et bien d’autres.

C’est un roman à la fois léger et grave, avec un cheminement parfois convenu et d’autre fois inattendu. Il m’a rire et réfléchir. Ce qui est sûr, c’est qu’il n’a pas fait long feu entre mes mains et qu’il me conforte dans le fait que j’aime la plume de Sara Wolf et que ses livres me touchent.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Il était évident dès le départ que Bee et Wolf allaient finir par tomber amoureux. Pourtant, ils ne sont pas autant le cliché de l’intello ronchon et du bad boy qu’on pourrait le croire.

Si Bee est aussi concentrée sur ses études, c’est parce qu’elle a un but : devenir une grande psychologue pour vaincre la dépression et sauver son père et sa famille. Elle a laissé tomber tous ses rêves dans ce seul objectif.

Quant à Wolf, cette distance qu’il met avec les autres provient de son expérience malheureuse avec Mark. Pas d’amis, pas de possibilité d’être blessé. 

De fait, les trois frères appliquent un peu cette politique. Burn oublie son chagrin dans l’adrénaline, Fitz dans le hacking et la drogue. Alors qu’ils pourraient faire front tous les trois contre leur père, ils se sont repliés dans leur coin.

C’est Bee qui les force à s’unir. Burn prend les choses en main quand les manigances de leur père éclatent au grand jour, Fitz arrête la drogue après la noyade et Wolf finit par s’ouvrir à quelqu’un.

Cependant, j’ai trouvé qu’ils lui accordaient trop rapidement leur pardon. Sachant que Burn n’a jamais pardonné à Kristin, je m’attendais à ce que ça prenne plusieurs mois, ce qui aurait beaucoup plus réaliste.

Pour autant, La vie secrète de Bee reste un bon roman, qui aborde des sujets importants comme la bisexualité, l’homophobie ou la dépression, de façon convaincante.

 

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Serais-tu un bon espion ?

Dis-le moi en commentaire.

 

Acheter ce livre en soutenant le blog et les libraires indépendants* :

 

les libraires

amazon 

 

 

* lien affiliés (en savoir plus)