biotanistes

Biotanistes de Anne-Sophie Devriese

Editions : ActuSF

600 pages

Paru le 19 Mars 2021

Aperçu : Quelque part dans le futur.

La terre est sèche. Des grappes d’humains survivent dans les dernières oasis. Terminé les ruisseaux, terminé les animaux, terminé… la domination masculine. Parce qu’elles semblent être les seules à survivre à une maladie qui décime l’humanité, les femmes ont pris le pouvoir et les hommes sont relégués au rang de reproducteurs.

Rim, jeune sorcière élevée au convent, voit son premier saut dans le passé approcher avec impatience et fébrilité : et si elle n’atterrissait pas en zone utile et devait renoncer pour toujours à voyager dans le temps ? Et puis, qui est Alex, cette nouvelle venue qui la déroute tant, la pousse à reconsidérer ses certitudes ? Et si… Et si les hommes, en vérité, pouvaient survivre au fléau ?

Mon commentaire général : un contexte qui fait réfléchir…

Ma note : 6/10

La citation qui résume tout : « On fait gober tellement d’âneries aux gens sous couvert de sécurité ! » (Chap. XXV)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

C’est sans en avoir jamais entendu parler que j’ai ouvert Biotanistes, me disant qu’un roman SF aux accents féministes et post-apo ne pouvait que me plaire. En fait, cela aurait pu fonctionner car j’ai effectivement apprécié le parti pris de l’autrice, mais l’intrigue beaucoup moins.

Biotanistes est basé sur un concept simple : la domination féminine. Tous les concepts de notre société actuelle sont inversés. Ainsi ce sont les femmes qui protègent les hommes, perçus comme faibles (et qui subissent même le harcèlement de rue !). Au départ, cela peut prêter à sourire, mais cette inversion du rapport de forces entraîne forcément la réflexion du lecteur et met en évidence les problématiques contemporaines.

Dans ce futur, le réchauffement climatique est bien avancé. La planète n’est qu’une immense zone désertique. Il n’y a plus ni mers ni rivières. La plupart des animaux ont disparu, tout comme les cultures. Ce sont les Soeurs, « sorcières » capables de voyager dans le temps, qui rapportent méthodes de survie ou plus rarement des graines du passé. Cette capacité leur vient de leur résistance à la maladie qui ravage la population : le Fléau. Les hommes n’y survivent pas.

Nous suivons principalement Rim, une jeune « sorcière », à l’aube de son premier saut dans le temps.  Alors que son parrain est gravement blessé par un piège posé par les Nornes (les opposantes aux Soeurs qui militent pour l’isocratie, c’est-à-dire l’égalité des sexes), Rim commence à se demander si elle se trouve dans le camp des méchants ou des gentils. Surtout quand elle et son amie Alex se font malmener par une des leurs. Leur a-t-on vraiment dit la vérité ?

C’est en écrivant cette chronique que je mets enfin le doigt sur le grain de sable qui a perturbé ma lecture : je n’ai toujours pas compris l’enjeu pour les personnages, en tout cas pas pour tous. De là est né un sentiment de confusion qui m’a accompagné tout au long de ma lecture et qui ne s’est pas arrangé avec la présentation brouillonne de l’intrigue, rendue d’autant plus complexe par la multiplicité des personnages. Or, un roman, c’est une intrigue avant un univers, et si j’ai apprécié les notions de sexisme et d’écologie, je me suis ennuyée la plupart du temps.

De plus, la présentation est très longue. Les éléments présentés sur la quatrième de couverture n’interviennent qu’au premier tiers du récit, le début n’étant qu’une succession de scènes quotidiennes qui ont une incidence sur la relation de certains personnages, mais qui n’ont pas une réelle importance dans l’histoire. De fait, elles auraient pu être résumées en une phrase au moment où les conflits se dessinent.

Au final, Biotanistes ne m’a pas vraiment convaincue. J’ai trouvé le temps long et je me suis perdue dans les méandres du récit. La fin arrive avec son lot de révélations, toutes d’un coup, ouvrant des perspectives intéressantes à traiter, mais qu’il faudra imaginer.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Le sentiment qui demeure, au moment où j’écris cette chronique, c’est que je suis incapable de résumer ce livre. Certainement parce que l’enjeu, c’est à dire l’objectif du roman, n’est pas vraiment clair pour moi. Etait-ce de renverser les Soeurs ? Soigner le Fléau (non) ? Etablir l’égalité des sexes (non plus) ?

A vrai dire, je n’ai pas compris en quoi le prime saut de Rim était mis en avant dans le résumé alors qu’il n’est pas du tout au centre du récit. En fait, c’est plutôt l’attaque d’Ulysse qui lance la machine et la quête vers la vérité derrière le conte, pour moi le seul élément intéressant du roman.

De même que la fuite dans le passé avec Meriem n’apporte rien, si ce n’est l’apparition d’un triangle amoureux qui n’avait pas de raison d’être.

Bref, Biotanistes est un roman qui veut trop en faire, et qui ne peut pas tout traiter en un volume, aussi gros soit-il. 

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Qu’apprécies-tu dans un roman SF ?

Dis-le moi en commentaire.

 

Acheter ce livre en soutenant le blog et les libraires indépendants* :

 

les libraires

amazon

 

* lien affiliés (en savoir plus)