three dark crowns

Three dark crowns de Kendare Blake

Editions : Harper Teen

398 pages

Paru le 20 Septembre 2016

Aperçu : Sur l’île de Fennbirn, chaque génération voit naître des triplées : trois reines, toutes héritières légitimes de la couronne, qui possèdent chacune une magie convoitée.

Mirabella est une fière élémentaire, capable de déclencher des flammes vigoureuses et des tempêtes vicieuses d’un simple claquement de doigts.

Katharine est une empoisonneuse qui peut ingérer les poisons les plus mortels sans ressentir plus qu’un mal d’estomac.

On dit d’Arsinoe, la naturaliste, qu’elle a la capacité de faire éclore les roses les plus rouges et de contrôler le plus féroce des lions.

Mais devenir la reine couronnée n’est pas seulement une affaire de naissance royale. Chaque sœur doit se battre pour y parvenir. Et ce n’est pas juste pour perdre ou gagner… c’est une histoire de vie ou de mort.

La nuit où les triplées ont seize ans, le combat commence. La dernière reine vivante obtient la couronne. [traduction personnelle]

Mon commentaire général : c’était un peu long à se mettre en place...

Ma note : 8/10

La citation qui résume tout : « Nous sommes tous d’une double nature. Chaque don est à la fois ombre et lumière. » (p.90) [traduction personnelle]

Mon avis (garanti sans spoiler) :

De la fantasy, un combat à mort, de la magie et la plume de Kendare Blake, forcément je ne pouvais que m’intéresser à cette nouvelle série ! Sachant que j’avais adoré Fille des cauchemars, je n’ai pas beaucoup hésité quand j’ai eu l’occasion d’acquérir Three dark crowns.

Le roman se déroule sur l’île de Fennbirn, divisée en région selon la magie qui y règne majoritairement. Les naturalistes maîtrisent le vivant (plantes et animaux), les élémentaires contrôlent les 4 éléments (terre, feu, air et eau), les empoisonneurs résistent à n’importe quel poison, etc. L’autre particularité est que toute reine donne naissance à des triplées, chacune possédant un type de magie. Séparées dans leur enfance pour être élevées dans la région qui correspond à leur don, les jeunes reines doivent s’affronter à mort l’année qui suit leurs 16 ans. Celle qui survit deviendra reine jusqu’à ce qu’elle accouche de triplées, etc. Cette année, on dit que Mirabella, l’élémentaire est la plus forte. En effet, Katharine, l’empoisonneuse, et Arsinoe, la naturaliste, n’ont pas encore développé l’ensemble de leurs pouvoirs et l’avenir ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices pour ces deux dernières. Or, leurs chemins vont finir par se croiser avant la date prévue et des bouleversements dans l’ordre attendu sont à prévoir…

Three dark crowns, premier tome de cette trilogie, prend son temps pour sa mise en place. En alternant les chapitres selon le point de vue de chaque sœur, on s’immerge dans chacun des clans en comprenant les enjeux des uns et des autres. Si pour les trois sœurs, c’est la vie ou la mort, pour leur entourage, une victoire correspond à l’occasion d’investir le Conseil et donc de régner sur Fennbirn. Jusqu’à la moitié du roman, c’est donc une longue présentation des uns et des autres, sans qu’on comprenne vraiment pourquoi il faut y passer autant de temps.

Puis les chemins des uns et des autres commencent à se croiser, et on entrevoit les implications de ces nouvelles rencontres…

Le dernier quart se lit d’ailleurs à la vitesse de l’éclair, tant l’action et les révélations s’enchaînent, jusqu’à la conclusion, époustouflante !

Côté personnages, il faut avoir une bonne mémoire des noms et des caractéristiques. Les personnages sont très nombreux et il est difficile de s’intéresser à tous, surtout au début quand on ne comprend pas encore l’importance de tout le monde dans le récit. Clairement, j’ai mes favorites chez les trois sœurs, ou plutôt, disons qu’il y en a deux qui me touchent et une que j’ai détestée !

Concernant le niveau d’anglais, il m’a paru assez soutenu, notamment parce qu’il y a nombre de mots peu courants, comme les végétaux, que j’ai été obligée de chercher régulièrement. Je conseillerai donc cette série aux bons lecteurs en anglais.

En tout cas, avec la fin que nous a réservée l’autrice, il est certain que je lirai la suite !

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Si dès le départ, j’ai éprouvé énormément d’affection pour Katharine, Arsinoe est venue peu à peu la concurrencer dans mon cœur. C’est une battante et pourtant elle ne se pense pas à la hauteur de la tâche qui l’attend. J’ai apprécié qu’elle soit prête à franchir des limites discutables pour faire naître son don… même si ce n’était visiblement pas le bon ! Quelle surprise de découvrir la nature d’empoisonneuse d’Arsinoe ! Ce rebondissement qu’on ne pouvait pas deviner m’a enchantée. Cela expliquerait aussi que Katharine ne soit pas douée elle non plus, en tout cas pas pour ingérer les poisons. Sa facilité de communication avec les serpents serait-elle une preuve de son don de naturaliste ?

D’un côté cela ne me déplait pas de constater que mes deux chouchoutes ne sont pas les reines faiblardes décrétées par les partisans de Mirabella. Ou alors, c’est juste parce que je n’aime pas Mirabella. Je pense que globalement, j’ai du mal à me laisser dicter mon admiration. Si c’est elle qu’on me conseille d’apprécier, je vais plutôt aller m’intéresser aux autres, surtout que Mirabella est lisse comparée à ses sœurs. Elle n’a pas vraiment de caractère ni de signes particuliers. Et son triangle amoureux avec Joseph et Jules m’a particulièrement agacée.

Au départ, je ne comprenais pas pourquoi Jules et Joseph prenaient autant d’importance dans le récit alors qu’il ne se passait « rien » par ailleurs. Chacune des filles est dans son camp, attendant Beltane, alors que le résumé promet un combat sanglant, et on a Jules et Joseph qui batifolent joyeusement. Puis Mirabella et Joseph se rencontrent et on comprend que quelque chose vient de se déclencher. Là où Arsinoe n’avait d’autre objectif que de survivre contre ses sœurs, elle se découvre une raison supplémentaire de haïr Mirabella pour soutenir son amie Jules…

Et si le triangle amoureux m’agace toujours aussi profondément, surtout vu la façon dont il s’est produit (qui couche sur le champ avec un(e) inconnu(e) alors qu’une est en fuite et l’autre vient d’échapper à la noyade ?!!!), je commence à comprendre son importance.

Bref, alors que Three dark crowns m’ennuyait au départ, j’ai adoré les dernières pages et n’ai qu’une envie : me jeter sur la suite !

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Tu aimerais être naturaliste, élémentaire ou empoisonneur ?

Dis-le moi en commentaire.

 

Acheter ce livre en soutenant le blog* :

 

amazon

* lien affilié (en savoir plus)