le serment de l'orage

Le Serment de l’orage, tome 1 de Gabriel Katz

Editions : Bragelonne collection Big Bang

400 pages

Paru le 10 Avril 2019

Aperçu : « Ils étaient sept.

Sept chevaliers sous un ciel d’orage. »

Morgien et Cynon, deux jeunes chevaliers, la tête pleine de rêves de gloire et de hauts faits, n’ont qu’une hâte : prouver leur valeur. Ils n’hésitent pas un instant lorsque le seigneur Edwin de Gore leur propose d’entrer à son service dans les Hautes Terres. Des landes arides et occupées par une bande armée. Sans hommes ni moyens, les deux chevaliers devront faire face à l’adversité avec bravoure et honneur. Mais il plane en ces lieux une atmosphère sombre et malsaine. Alors que la demeure seigneuriale devient le théâtre de morts inexpliquées, une forteresse macabre apparaît à la faveur de la nuit. Les phénomènes inquiétants se multiplient, et bientôt, nul doute qu’une malédiction est à l’œuvre. Le Diable approche, et avec lui, la fin du royaume.

Mon commentaire général : de la fantasy moyenâgeuse conventionnelle…

Ma note : 7/10

La citation qui résume tout : « Hollow Grave, la tombe creuse. L’aventure était prometteuse, mais le nom sonnait comme une condamnation à mort. » (p. 47)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Ceux qui me suivent depuis un moment le savent : Gabriel Katz fait partie de mes auteurs préférés. J’adore particulièrement sa plume, souvent mordante et ironique, et son sens du rebondissement qui m’a déjà laissée époustouflée (et en colère, parfois).

Pourtant, avec Le Serment de l’orage, j’ai eu l’impression de lire une pâle copie d’un de ses romans. Je ne me suis pas attachée aux personnages, j’ai deviné les trahisons plusieurs pages avant qu’elles n’arrivent et je me suis même ennuyée… Est-ce parce que le roman est estampillé young adult ?

Les personnages principaux sont deux jeunes chevaliers, remarqués par un seigneur pendant leur premier tournoi. Il leur propose de l’accompagner sur ses terres nouvellement acquises dans les Hautes Terres, tout au Nord. L’opportunité semble trop belle pour ces jeunes hommes qui n’ont pas brillé autant qu’ils le souhaitaient pendant la manifestation. Mais ce qu’ils trouveront là-bas est totalement différent de ce qu’ils imaginaient : des ruines, des brigands, des envahisseurs et une malédiction séculaire…

Comme tout roman de Gabriel Katz, c’est très bien écrit. La plume est fluide, il y a des touches d’humour, des répliques mordantes et ça se lit très bien. Enfin, pour finir en 3 jours un roman de 400 pages qui m’a fréquemment ennuyée, on peut dire que la plume y a fortement contribué !

Si le récit se situe dans le pays d’Anglia, on reconnaît facilement le Royaume-Uni et ses paysages, notamment les landes du Nord (les Hautes Terres) qui ressemblent beaucoup aux terres écossaises chères à mon cœur… Le roman suit également la trame d’un livre de chevalerie moyenâgeuse, avec ses batailles, ses trahisons, etc. Pas vraiment de surprise de ce côté-là, même si l’aspect surnaturel apporte un petit plus qui aurait mérité d’être davantage creusé (mais peut-être est-ce prévu dans les tomes suivants ?).

Enfin, ce qui est rare avec un livre de cet auteur, je ne suis pas parvenue à m’attacher aux personnages. Ils n’ont pas su toucher mon cœur. Je les ai trouvés trop lisses et n’ai pas réussi à éprouver de l’empathie pour eux. Je ne parle même pas des deux personnages féminins dont je m’interroge encore sur la finalité. J’en suis à me demander si le roman passerait le test de Bechdel.

En résumé, c’est assez difficile pour moi à dire car j’adore Gabriel Katz, mais j’ai été déçue par Le Serment de l’orage, si bien que je ne pense pas lire la suite, pour tout avouer.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Le Serment de l’orage commençait pourtant bien avec cette scène d’ouverture mystérieuse et sanglante, dont on ne saura rien dans ce tome. On suppose bien que cela a à voir avec la tombe, l’épée et le personnage qui vient la réclamer, mais ça n’ira pas plus loin. Et c’est bien dommage.

Les passages les plus intéressants étaient ceux liés à cette légende/malédiction entre les accidents sur le chantier, le tunnel, la tombe, l’épée, la mort du prêtre…

Pour le reste, le récit était assez convenu comme la double trahison d’Alistair ou l’invasion d’Hollow Grave ratée qu’on pouvait deviner facilement si on a déjà lu nombre de romans de chevaliers moyenâgeux.

Bref, j’attendais d’être surprise et je crois que ce sont précisément les évènements reportés à la suite de la série qui auraient pu m’épater.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Aurais-tu voulu être chevalier ?

Dis-le moi en commentaire.

 

Acheter ce livre en soutenant le blog et les libraires indépendants* :

 

les libraires

amazon

 

* lien affiliés (en savoir plus)