captiveCaptive, tome 1 : Les nuits de Shéhérazade de Renee Ahdieh

Editions : Hachette

426 pages

Paru le 30 Septembre 2015

Aperçu : Même consciente du terrible sort qui l’attend, Shéhérazade se porte volontaire pour épouser le jeune calife Khalid Ibn al-Rashid. Même si elle sait qu’elle est promise à la mort au lendemain de ses noces, elle est prête à tout pour venger son amie Shiva, l’une de ses récentes épousées. Pour cela, elle doit d’abord gagner du temps, en narrant des contes à rallonge au calife. Chaque jour est une menace de mort et la jeune fille échappe plusieurs fois à l’exécution. À l’extérieur, les proches de Shéhérazade préparent le sauvetage de la jeune fille. Shéhérazade n’oublie pas qu’elle doit mettre au point une stratégie pour tuer celui qui est désormais son époux. Mais c’est sans compter l’amour qu’elle se met peu à peu à éprouver pour Khalid…

Mon commentaire général : J’aurais voulu que ça dure mille et une nuits…

Ma note : 9/10

La citation qui résume tout : « Après tout, chaque histoire a une histoire qui lui est propre…» (p.126)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

J’adore les réécritures de contes. Par conséquent, je ne peux pas m’empêcher d’y succomber. Cela faisait longtemps que j’avais repéré cette réécriture du mythe de Shéhérazade et je suis bien contente d’y avoir finalement succombé.

Au départ, rien de nouveau si tu connais déjà l’histoire. Le calife d’une ville se marie chaque jour avec une nouvelle jeune fille et la fait exécuter à l’aube. Shéhérazade, une jeune fille courageuse, se porte volontaire dans l’espoir de faire cesser ce massacre inutile. Pour cela, elle commence à raconter une histoire au calife et ne la termine pas. Le roi décide alors de la laisser vivre un jour de plus, pour lui permettre de finir l’histoire le lendemain. A partir de là, et même un peu avant, Renee Ahdieh a complété le mythe. Le calife trompé laisse la place à un jeune roi torturé, qui n’a que faire de ses épouses, avant d’avoir croisé le regard fier et déterminé de celle qui s’est présentée pour mourir au petit matin. Khalid n’est pas stupide : il sait que Shéhérazade a une bonne raison de s’être portée volontaire et a bien l’intention de découvrir pourquoi. Quant à Shéhérazade, elle perd petit à petit le but de sa mission en découvrant que le calife n’est pas le monstre sanguinaire que le peuple imagine…

Durant deux soirées, j’ai été complètement embarquée au califat de Khorassan. Les descriptions sont somptueuses, dans le moindre détail des tenues. La plume est superbe. Le roman suit la trame globale du conte en l’enrichissant et en nous montrant tout ce qui se passe autour, et en finissant par se détacher de l’histoire originelle.

Les personnages sont aussi attachants, même si Shéhérazade perd un peu de son mordant au fur et à mesure du roman. J’ai aussi aimé les personnages secondaires, qui ont une vraie personnalité et dont la finalité n’est pas de valoriser le duo principal.

La romance est également bien dosée. On voit Shéhérazade et Khalid tomber peu à peu amoureux, en luttant contre les raisons qui les séparaient au départ.

Le seul problème est qu’il y a une suite et qu’elle n’a jamais été traduite en français. Tant pis, je vais donc passer à la VO car il me faut absolument savoir comment cela se termine !

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Je suis surprise de ne pas avoir découvert plus de vie au palais, en dehors de la chambre de Shéhérazade, la salle d’armes et les jardins. Déjà, on pourrait être surpris qu’une femme soit admise dans la salle d’armes avec les hommes, voire qu’elle puisse se balader aussi librement dans les couloirs. Habituellement, les femmes ont leurs propres quartiers et ne croisent jamais les hommes.

Ce qui m’amène à mon autre interrogation : je m’attendais à voir Shéhérazade se faire accepter dans un harem. La voir lutter pour faire reconnaître sa place d’épouse, alors qu’habituellement les jeunes mariées ne restent qu’un soir. Cela aurait donné des intrigues secondaires intéressantes et du piquant.

Car au final, Shéhérazade perd rapidement de vue son objectif. Parce que le calife est trop fort ? Parce qu’elle a besoin de comprendre pourquoi il tue ses épouses avant de l’assassiner ? Parce qu’il ne le fait visiblement pas de gaîté de cœur et qu’il y a une raison plus grande à cela ? Parce qu’il est beau ?

J’ai aussi aimé que l’autrice en profite pour ouvrir l’horizon et introduire cette malédiction, ainsi que les conflits et complots autour du roi. Cela promet une suite bien différente du conte, axée sur de la vengeance et des combats.

Il me la faut !

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Es-tu familier avec les contes des mille et une nuits ?

Dis-le moi en commentaire.

 

Acheter ce livre en soutenant le blog et les libraires indépendants* :

 

les libraires

amazon

 

* lien affiliés (en savoir plus)