tout ce que j'aurais dû savoirTout ce que j’aurais dû savoir de Claire LaZebnik

Editions : Pocket Jeunesse

320 pages

Paru le 18 Avril 2019

Aperçu : N'est pas Cupidon qui veut !

Chloé adore sa grande sœur, Ivy, qui est autiste, et elle a peur que ses problèmes de communication ne l'isolent totalement. Décidée à lui trouver un petit ami, elle sélectionne le candidat idéal : Ethan, qui fréquente la même école spécialisée qu'Ivy. Seule ombre au tableau : il est le frère de l'insupportable et arrogant David. Pour jouer les entremetteurs, Chloé et David vont devoir passer beaucoup de temps ensemble. Au fur et à mesure de leurs rencontres, Chloé comprend qu'elle avait tort sur toute la ligne : de la vie amoureuse de sa sœur (qu'elle aurait dû consulter avant toute chose) à David (qui pourrait bien être le seul à vraiment la comprendre).

Mon commentaire général : ça change !

Ma note : 7/10

La citation qui résume tout : « Le monde est cruel, immense et plein de préjugés. » (p.215)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Voilà un roman YA qui traite de sujets qui changent !

En attirant la lumière sur de jeunes adultes autistes, l’autrice nous fait entrer dans le quotidien des personnes neuroatypiques et de leur famille, avec beaucoup de sensibilité.

Nous suivons ainsi Chloé, lycéenne de 17 ans, qui s’est mis en tête de sociabiliser sa grande sœur Ivy, autiste, afin de ne pas la laisser seule quand elle partira à l’université dans quelques mois. Ainsi, elle la pousse à organiser un rendez-vous avec Ethan, un jeune homme qui fréquente la même école spécialisée qu’elle, dont Ivy parle beaucoup. Or Ethan est le frère de David qui va, lui, au même lycée que Chloé et qui ne l’aime pas vraiment. Pourtant, à force d’accompagner leurs frère et sœur à leurs sorties, Chloé et David sont obligés de se parler… et de se découvrir. Rapidement, ils se rendent compte que leurs préjugés l’un envers l’autre étaient faux, tout comme ceux qu’ils entretenaient vis-à-vis de leur famille…

J’ai lu ce roman presque d’une traite. La plume est fluide, l’intrigue sympathique et j’ai aimé plonger dans le quotidien d’Ivy et Ethan. Leur vie m’a semblée véridique, pour autant que je puisse juger étant donné que je ne vis pas avec des personnes neuroatypiques.

Le problème étant que Chloé est la narratrice et que je n’ai pas éprouvé beaucoup de sympathie pour elle. Elle m’a semblée superficielle ou égoïste, en tout cas très autocentrée. Et puis, je ne sais pas grand-chose d’elle. En fait, on parle beaucoup plus d’Ivy et de sa vie, que de Chloé. Peut-être parce que cette dernière s’efface devant sa grande sœur ?

Au final, ce roman ne m’a pas fait éprouver beaucoup d’émotions. On y parle d’amour, mais on ne le ressent pas. Pourtant, j’ai apprécié que le récit mette en avant inclusion et diversité. Tout ce que j’aurais dû savoir est donc un bon livre qui aurait pu aller encore plus loin.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Pour être précise, je n’ai apprécié ni Chloé, ni David (ni les amis de Chloé, mais on les voit trop peu pour qu’ils aient une vraie importance).

Comme je le disais, Chloé agit d’abord pour elle et finit par se rendre compte qu’elle en a oublié les désirs de sa sœur au passage. Sachant que Chloé est celle qui fait le plus attention à Ivy dans sa famille, ça en dit long sur la façon dont la jeune autiste est considérée par les siens

Pourtant, Ivy m’a touchée. Elle a ses propres rêves, ses désirs, son besoin d’émancipation, même si c’est compliqué pour elle.

Quant à David, je me suis demandé s’il n’était pas également neuroatypique. Il avait parfois des comportements identiques à ceux de son frère. Peut-être n’est-ce que du mimétisme…

Je n’ai pas non plus été transportée par l’histoire entre Chloé et David, qui m’a semblée un peu forcée. Je ne les ai pas vraiment sentis tomber amoureux.

Bref, c’est un roman qui a le mérité d’aborder des sujets intéressants, notamment pour les adolescents (la « normalité », l’orientation sexuelle, les familles recomposées…), mais qui ne va pas assez loin dans les émotions.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Aimes-tu le yaourt glacé ?

Dis-le moi en commentaire.

 

Acheter ce livre en soutenant le blog et les libraires indépendants* :

 

les libraires

amazon

 

* lien affiliés (en savoir plus)