les sept morts d'evelyn hardcastleLes sept morts d’Evelyn Hardcastle de Stuart Turton

Editions : 10/18

600 pages

Paru le 11 Juin 2020

Aperçu : Ce soir à 11 heures, Evelyn Hardcastle va être assassinée.

Qui, dans cette luxueuse demeure anglaise, a intérêt à la tuer ?

Aiden Bishop a quelques heures pour trouver l’identité de l’assassin et empêcher le meurtre.

Tant qu’il n’est pas parvenu à ses fins, il est condamné à revivre sans cesse la même journée.

Celle de la mort d’Evelyn Hardcastle.

 

Mon commentaire général : C’était long…

Ma note : 6/10

La citation qui résume tout : « Si ce n’est pas l’enfer, le diable prend à coup sûr des notes. » (p.424)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Avec un résumé aussi alléchant, entre le jeu Cluedo et le film Un jour sans fin, Les sept morts d’Evelyn Hardcastle avait de quoi attirer mon attention, d’autant que les commentaires à son sujet étaient plus qu’enthousiastes.

Pourtant, je n’ai pas passé l’excellent moment de lecture que j’en attendais. Peut-être que mes attentes étaient trop élevées, à cause de ces bons avis, justement.

Tout commence lorsqu’un homme, sans aucun souvenir de la veille, se réveille dans le parc d’une propriété, en ayant la certitude qu’une femme nommée Anna a été assassinée. Recueilli par un de ses amis, il va finir par comprendre qu’il n’est pas celui que les autres croient. Son esprit habite le corps de l’homme, et il a une mission : découvrir qui a tué Evelyn Hardcastle, la fille des hôtes de la maison, pour pouvoir sortir du jeu. Il a 8 tentatives pour y parvenir et enfin s’échapper…

Il faut dire que si l’idée est bonne, la réalisation est confuse. Il m’a fallu atteindre la page 115 pour commencer à comprendre ce dont il s’agissait. Les personnages se mélangeaient dans mon esprit, et même après avoir terminé ce livre, je ne suis pas sûre de pouvoir les distinguer.

Et il y a beaucoup de longueurs. Sur 600 pages, cela se ressent énormément. Si bien que j’ai traîné mon livre plusieurs jours et que j’ai poussé un soupir de soulagement en tournant la dernière page. La conclusion m'a laissée bouche bée, surtout parce que je n'aime pas les fins ouvertes et qu'on ne sait finalement pas le but de tout cela.

Pourtant, je comprends ce qui a pu charmer les autres lecteurs. L’intrigue est bien ficelée. La plume est agréable. Et la mise en scène est originale dans la littérature.

Ce n’est juste pas un récit adapté à mon esprit très carré. Il m’a manqué des explications et certains faits me sont juste incompréhensibles.

Je ne doute pas que les amateurs de romans policiers un peu tordus y trouvent leur compte. Ce n’était simplement pas pour moi.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Je n’ai tout simplement pas saisi comment l’esprit d’Aiden pouvait habiter les corps de plusieurs hôtes en même temps. Je m’attendais à ce qu’il passe une journée dans chaque, de leur point de vue, afin de voir le déroulement sous tous les points de vue, mais pas à ce qu’il le vive à chaque fois.

De fait, cela m’est juste incompréhensible. Comment peut-on fragmenter un esprit en plusieurs morceaux ?

Je suis restée butée sur cet aspect durant toute ma lecture, sans comprendre comment c’était possible. J’ai sûrement lu certains passages en diagonale, tant j’étais concentrée sur cet aspect de ma réflexion.

Et c’est dommage, car ce récit ne manque pas de qualités. Il m’a fait penser aux livres d’Agatha Christie, où la résolution tient dans les détails et l’observation attentive.

L’intrigue était originale, puisqu’au final, deux fils rouges se croisaient.

On pourrait même dire trois puisque la rédemption d’Anna/Annabelle en fait partie. Et d’ailleurs, nous n’aurons jamais la réponse à cette interrogation : qu’advient-il d’Anna et d’Aiden à la sortie de Blackheath ? En sont-ils vraiment sortis ? Qu’est-ce qui les attend ?

J’ai terminé le roman frustrée de ne pas savoir ce qu’il en était, d’autant que c’est là l’enjeu principal du roman. La résolution du meurtre d’Evelyn n’est qu’un test, alors que le véritable objectif est de sortir du jeu.

J’ai comme l’impression de ne pas avoir fini le livre, tant cette réponse essentielle manque.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Veux-tu t’enfermer à Blackheath ?

Dis-le moi en commentaire.