la fourmi qui revait de devenir libelluleLa fourmi qui rêvait de devenir libellule d'Elodie Faiderbe

Editions : Cyplog

356 pages

Paru le 25 Septembre 2020

Aperçu : En débarquant à New York pour effectuer un stage dans une entreprise japonaise de jeux vidéo, Chloé espère laisser derrière elle son passé pour se reconstruire et repartir de zéro. Mais une cacahuète tueuse et un coup de poêle (ou deux) plus tard rendront ce nouveau départ plus... explosif qu’elle ne l’imaginait.

Chloé n’a alors plus le choix, elle doit cohabiter avec le diable en personne, celui qu’elle espérait ne jamais recroiser un jour : son patron. Sombre et arrogant, Nao Nakamura l’énerve autant qu’il l’attire. Mais dans ce petit jeu de séduction, ces deux âmes malmenées par la vie pourraient trouver en l’autre bien plus qu’un simple colocataire…

De la haine à l’amour, il n’y a qu’un seul battement d’ailes.

Mon commentaire général : Des répliques mordantes !

Ma note : 8/10

La citation qui résume tout : « Si je veux aller de l’avant, je dois laisser les choses brisées derrière moi et me réparer. Morceau après morceau. »

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Avec un tel résumé et un titre si accrocheur, La fourmi qui rêvait de devenir libellule donne le ton : ce sera drôle et décalé. Un vent frais sur la romance new adult !

En fait, oui et non. Mais j’y reviendrai.

Ce roman est l’histoire de Chloé qui, à 23 ans, débarque à New York pour un stage de quatre mois dans une entreprise de jeux vidéo. Chloé a un passé douloureux. C’est pourquoi elle espère que le dépaysement lui permettra de panser ses blessures. Enfin, si elle parvient à se sortir dans l’inextricable piège dans lequel elle vient de se fourrer : à la recherche d’un appartement dans ses moyens, Chloé n’a pu refuser l’offre très généreuse d’un vieux Japonais à qui elle a porté secours. Il lui louera un formidable logement, bien loin des trous à rats qu’elle pourrait se payer, à condition qu’elle le partage avec son fils. Or ce dernier, Nao, n’est autre que le patron de Chloé et leurs deux caractères ne sont pas près de s’accorder. Sauf si leur haine se transforme en d’autres sentiments…

Le gros point fort de ce roman, c’est son duo de protagonistes aux caractères volcaniques et répliques acides. J’ai souvent ri. J’aimerais tellement avoir une telle repartie ! Si le passage de la haine à l’amour est un classique des romances, ici c’est fait intelligemment. Les choses mettent du temps (enfin, tout est relatif..) à changer, et si les personnages se supportent au départ, c’est parce qu’ils n’ont pas le choix, mais y mettent quand même de la bonne volonté.

Celleux qui apprécient la culture japonaise et geek devraient aussi y trouver leur bonheur. Les références sont nombreuses, Chloé étant une passionnée.

Par contre, j’ai trouvé que qu’il ne se passait pas tant de choses que cela. Certaines situations m’ont paru étranges. Les péripéties sont finalement assez prévisibles, pour peu qu’on ait déjà lu quelques romances de ce type. Au final, il n’y a rien de vraiment nouveau.

C’est tout de même une lecture agréable, qui m’a vraiment fait sourire, mais je n’ai pas eu de papillons dans le ventre. Par contre, ce n’est pas un one-shot. Il y aura forcément une suite, avec cette fin ouverte, et je serai au rendez-vous.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Je n’ai pas compris pourquoi Nao, qui rappelons-le est millionnaire, préférait cohabiter avec une femme qui l’a frappé avec une poêle, plutôt que de se payer une chambre dans un confortable hôtel jusqu’à son divorce. Ou alors, comme il est riche, il pourrait tout simplement acheter un nouvel appartement. D’autant que déontologiquement parlant, habiter avec son employée, ce n’est pas très règlementaire pour un chef d’entreprise, surtout un patron aussi à cheval avec les règles que lui…

Bref, je suis décontenancée.

Évidemment, sans cela, il n’y aurait pas de livre. Mais je suis toujours perturbée quand je ne comprends pas les raisons d’un personnage. Surtout que Nao a été conçu comme une personne sensée, il est intelligent…

Sinon, je suis heureuse qu’un roman aborde les conséquences d’un cancer de la thyroïde, avec justesse en plus, étant donné que l’autrice l’a vécu. C’est une maladie très handicapante, qui peut toucher des gens de tout âge, et c’est important d’en parler. Rien que pour ça, c’est un bon point !

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Aimes-tu les sushis ?

Dis-le moi en commentaire.

Acheter ce livre en soutenant le blog et les libraires indépendants* :

 

les libraires

amazon

 

* lien affiliés (en savoir plus)