Ami Lecteur, il s’agit de la chronique du quatrième et dernier tome de la série Betty Angel. Si tu n’as pas lu les tomes précédents, ça va forcément spoiler pour toi et ça serait dommage. Je te renvoie donc si besoin à mon billet sur La mort me va si bien (tome 1) ou La mort dans ma peau (tome 2) ou La mort est ma raison de vivre (tome 3).

 

betty angel T4Betty Angel, tome 4 : La Mort va au diable de Louisa Méonis

Editions : Milady

256 pages

Paru le 9 octobre 2019

Aperçu : La guerre est déclarée. Le conflit entre le Paradis et l’Enfer n’a jamais été aussi explosif. Ce n’est déjà pas une bonne nouvelle en soi, mais vous ne savez pas la meilleure ? Je suis le Diable, maintenant. Oui, oui, Betty, la reine des Enfers, c’est moi ! Et Zeus n’a qu’une idée en tête : me détruire.

Pourtant, détruite je le suis déjà, à l’intérieur du moins. J’ai tout risqué pour l’amour de ma vie et j’ai tout perdu. J’ai le cœur en morceaux et un royaume en péril à ma charge… Même si Azraël semble enfin s’être libéré de l’influence de Zeus, je ne pourrai jamais lui pardonner les horreurs qu’il a commises. J’ai voulu croire que l’amour était plus fort que tout, j’ai eu tort. L’amour, c’est une plaie. Et celle-ci aura bien de mal à cicatriser…

 

Mon commentaire général : tout ça pour ça…

Ma note : 5/10

La citation qui résume tout : « C’est une fin drôlement décevante. Tout ça pour ça. » (p.242)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Ouvrir le dernier roman d’une série, surtout quand elle comporte quatre tomes, c’est toujours un moment à part, entre l’impatience et la tristesse.

Clairement, avec ce quatrième tome de la saga Betty Angel, c’est surtout la nécessité que ça se termine qui a dominé. Je n’ai pas aimé ce dernier volet qui est pour moi le moins bon de tous.

Nous retrouvons Betty juste après le drame qui s’est joué au Paradis. Azraël, manipulé par Zeus, a tué nombre d’anges, dont les parents de Betty. Après avoir combattu Zeus, et l’avoir mortellement blessée, Betty est ramenée en Enfer par Nathanaël, où elle va devoir apprendre son rôle de reine. Mais Zeus n’en a pas fini, et Betty va devoir maîtriser ses pouvoirs pour l’affronter. Or, quel meilleur professeur que son ancien Maître ?

Alors qu’il fait moins de 300 pages, j’ai trouvé ce livre très long et ennuyeux. Les reparties comiques sont bien le seul élément qui m’a fait tenir, plus le fait de vouloir savoir comment tout cela allait se terminer. En fait, Betty est plus préoccupée par ses amours que par la guerre avec Zeus. Tout n’est que prétexte à admirer les beaux mâles qui se pressent à ses pieds.

Je n’ai pas trouvé non plus l’intrigue naturelle. Le récit parait confus, troublé par des rebondissements qui sortent de nulle part. Clairement, les personnages subissent l’intrigue plus qu’ils ne la déterminent, et ça se sent.

Je ressors très déçue de cette lecture, qui douche mon enthousiasme pour cette série. J’avais adoré le comique des premiers tomes, et je n’ai retrouvé ici que des scènes de sexe sans intérêt. Dommage.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Nathanaël ou Azraël ? Azraël ou Nathanaël ?

Voici les deux questions qui occupent l’esprit de Betty durant tout ce tome. Elle est bien plus préoccupée par savoir lequel elle va mettre dans son lit, plutôt que de s’intéresser aux manigances de Zeus.

Elle tombe subitement amoureuse (ou folle de désir ?) pour Nathanaël, alors qu’elle n’a même pas fait le deuil de sa relation avec Azraël. Ce qui est bien pratique, puisque lorsque le premier meurt bien opportunément, elle n’a plus qu’à reprendre là où elle en était avec le deuxième !

Il me semble que lorsqu’on devient soudainement reine d’un royaume, qu’une guerre gronde à vos portes et qu’un traitre agit visiblement dans votre dos, vous avez plus important à faire que de vous rouler dans les draps avec un beau mâle ou de vous parer de jolies toilettes.

Je suis aussi irritée que Betty ne prenne aucune décision. Que ce soit concernant ses amants (le triangle amoureux se brise tout seul avec la mort de Nathanaël, Betty se contentant de celui qui reste), ou ses ennemis (Hadès réglant tout seul le problème de Zeus, sans que Betty n’ait à lever le petit doigt). L’intrigue aurait très bien pu se passer sans elle !

Au moins, on ne nous laisse pas avec des problèmes non résolus. Même avec cette conclusion décevante, l’histoire a un point final.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Passeras-tu une dernière fois la porte des Enfers ?

Dis-le moi en commentaire.