cell7CELL.7, tome 1 : La mort vous regarde de Kerry Drewery

Editions : Hachette

380 pages

Paru le 28 Septembre 2016

Aperçu : En Grande-Bretagne, le système judiciaire a été radicalement réformé. C’est un jury populaire qui décide de la peine capitale. Sept jours, sept étapes, sept cellules, plusieurs millions de téléspectateurs qui ont le pouvoir de vie et de mort sur les prisonniers. Martha, seize ans, est surprise par la police, un revolver à la main. Elle revendique le meurtre de l’homme gisant à ses pieds. Comme l’exige la loi, Martha est envoyée dans le couloir de la mort, cellule 1. Chaque jour, elle se rapproche de la cellule 7, l’ultime étape avant son jugement. Chaque jour, elle réitère sa culpabilité, y compris à son avocate, pourtant persuadée du contraire.

La vie ? La mort ? à vous de juger !

 

 

 

Mon commentaire général : Un roman au sujet original, qu’on espère irréalisable !

Ma note : 6/10

La citation qui résume tout : « Sauf qu’à un moment, il faut choisir : regarder la machine prendre de la puissance, semer la destruction, ou faire un infime mouvement dans une autre direction, en priant pour dérégler l’ensemble ou attirer l’attention. » (p.92)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Quatre ans après sa sortie, j’ai enfin lu Cell.7 !

Ce roman repose sur une idée de génie : si les procès n’existaient plus et que la justice était rendue directement par le peuple sous forme de vote par SMS ? Ce mélange de science-fiction et de téléréalité en fait un livre à part.

Pour découvrir ce système particulier, nous suivons Martha, 16 ans, première adolescente à pénétrer dans le couloir de la mort. La jeune fille est accusée d’avoir tué Jackson Paige, une célébrité. Elle intègre donc la cellule 1, et pendant sept jours, les spectateurs pourront voter pour ou contre sa culpabilité. Si elle est coupable, elle sera exécutée au terme de la semaine. Sinon, elle sera libérée.

Mais existe-t-il une vraie justice quand les votes sont payants ? Que les médias sont corrompus et les preuves pas nécessaires ?

Outre le quotidien de Martha dans les différentes cellules, nous suivons aussi la conseillère juridique de Martha, qui pressent que la jeune fille n’est pas honnête, et ce qui se passe sur le studio de « Mort = justice », la chaîne affiliée au couloir de la mort. Ces différents points de vue sont indispensables pour comprendre tout ce qui se joue avec l’arrestation de Martha.

Le compte à rebours, sous forme du passage dans les cellules de 1 à 7, fait grimper la tension et relance le suspense. Cependant, j’aurais aimé en ressentir plus.

La plume reste descriptive, alors que les émotions sont pourtant bien présentes. Après tout, Martha se rapproche de la mort à chaque jour qui passe, et son entourage désespère. En tant que lectrice, je n’ai rien ressenti de tout cela, et c’est ce qui m’a maintenue à l’état de spectatrice.

De plus, l’autrice n’est pas allée assez loin dans son propos sur cette justice à deux vitesses et sur la corruption du système.

L’idée était bonne mais le roman manque de développement : dans les personnages, le contexte et l’intrigue qui reste simple.

En résumé, Cell.7 est un thriller SF jeunesse agréable mais qui peine à s’élever au niveau supérieur malgré un concept original.

 

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Cette dystopie repose sur un système vieux comme le monde : les pauvres contre les riches.

Les riches peuvent tout se permettre, puisqu’ils sont même à l’abri de la justice. Les pauvres paient les pots cassés.

Nous n’en saurons pas plus. Nous ne savons ni comment ce système s’est mis en place, ni comment, ni par qui. N’y-a-t-il pas eu d’opposition ? On a pourtant rétabli la peine de mort !

C’est pareil avec les personnages : tout reste vague. Je sais que Martha aime Isaac, Mme B., les biscuits à la crème. Et ça s’arrête là. Un peu court pour s’attacher à un personnage, non ? Pour Isaac, c’est encore pire…

Ceci est symptomatique de ce roman. L’idée de départ est grandiose, mais cela ne suffit pas. Le reste est superficiel. Le suspense est à peine présent, juste matérialisé par les cellules qui se succèdent.

Il y a aussi beaucoup de redites, notamment sur le plateau télé. Il aurait mieux valu utiliser cet espace pour creuser le contexte ou les caractères, de façon à ce que le lecteur ait de quoi de raccrocher.

De ce que j’en ai entendu dire, la suite est une sorte de recommencement, sauf que c’est Isaac qui est à la place de Martha. Je pense donc ne pas lire ce deuxième tome.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Coupable ou innocente ?

Dis-le moi en commentaire.