hurtHurt de Tabitha Suzuma

Editions : Random House (pas de traduction VF)

416 pages

Paru le 5 Septembre 2013

Aperçu : A dix-sept ans, Mathéo Walsh a tout pour lui. Il est champion de plongeon et l’espoir des Jeux Olympiques à venir. Il est beau garçon, bon élève et vit dans un des plus riches quartiers de Londres. Il a des amis fidèles et suscite l’envie autour de lui. Et plus important encore, il est profondément amoureux de sa petite amie, Lola. Il a toujours été stable et bien équilibré…

Jusqu’à un weekend. Un weekend dont il ne peut se souvenir. Tout ce qu’il sait, c’est qu’il en est revenu transformé. Quelqu’un qui ne sait plus s’amuser, qui ne veut plus passer de temps avec ses amis, qui n’aime plus plonger. Quelque chose de terrible s’est produit ce week-end – quelque chose de violent, sanglant et tordu. Il ne sait plus qui il est. Il ne se fait plus confiance avec les gens : il a seulement envie de faire mal, blesser et détruire. Lentement, il commence à recoller les souvenirs enfouis et fragmentés, et se retrouve confronté à la vision d’un monstre.

Tourmenté, Mathéo est face à la décision la plus bouleversante de sa vie. Garder son secret et soumettre ses proches à un danger terrible. Ou avouer et perdre Lola à jamais… [traduction personnelle]

Mon commentaire général : Bouleversant…

Ma note : 6/10

La citation qui résume tout : « Il est empli du désir noir et profond de tomber à genoux et pleurer. C’est comme s’il savait qu’il ne s’en remettra jamais. Il se sent essayer de retenir la personne qu’il était avant, s’accrochant à deux mains alors qu’il est éjecté du monde réel. Sa vie est finie… Sa vie vient juste de commencer. » (p.6) [traduction personnelle]

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Attention, ce roman contient des sujets très sensibles. Je ne peux malheureusement rien dévoiler de plus car le mystère est un des ressorts du roman mais un principe de précaution est à prendre si cela peut être problématique pour toi. Certaines scènes sont également très détaillées et peuvent choquer.

Tabitha Suzuma est une autrice qui aime écrire sur les sujets difficiles, les tabous les plus profonds et violents, et les restitue de façon poétique, avec une plume magnifique, comme pour contrebalancer la noirceur du thème avec la beauté de son écriture.

Hurt fait indéniablement partie de ce schéma.

On y rencontre Mathéo, un jeune londonien qui a un avenir glorieux devant lui. Il est champion de plongeon et un espoir de médaille aux prochains JO. Il vit dans une famille aisée. Il est populaire. Il vit une relation sérieuse avec Lola. Mathéo est heureux, jusqu’au jour où tout s’effondre. Le problème, c’est qu’il ne s’en souvient plus. Le jeune homme a mal. Très mal. Et seul son amour pour Lola lui permet de tenir le coup.

Hurt est un roman qui dérange, qui bouleverse, qui est très dur, tant pour le lecteur, qui assiste impuissant à la descente aux enfers de ce garçon qui avait tout pour lui, que pour les personnages, à qui rien n’est épargné.

Le problème, c’est que le récit est long. Les descriptions sont trop nombreuses. On peut comprendre que Mathéo ait besoin de s’émerveiller d’un coucher de soleil alors qu’il se sent mort intérieurement, mais une fois suffit. De la même façon, on nous répète incessamment que Mathéo aime Lola. C’est son crédo, il en a besoin pour vivre. Mais j’aurais préféré le ressentir, plutôt qu’on me le serine à longueur de pages.

Cela fait que j’ai lu en diagonale la plupart des paragraphes, en attendant les révélations. La chronologie du livre est ainsi faite qu’on sait qu’il s’est produit quelque chose, mais il faut attendre les ultimes pages pour tout comprendre.

Hurt est un roman qui aurait pu me faire verser toutes les larmes de mon corps car il n’embellit pas les choses et montre toutes les conséquences d’un traumatisme. Seulement, je me suis tellement ennuyée que j’ai plutôt accueilli la fin comme un soulagement. Pourtant, je sais que l’histoire de Mathéo vivra longtemps en moi.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Hurt est un roman qui porte incontestablement bien son nom. La douleur. Ou les douleurs, car elles sont multiples, ici. Celle d’avoir été attaqué dans son intégrité, physique et morale. La trahison d’un proche. Le silence qu’on s’impose quand on sait que parler fera changer le regard des autres et blessera les personnes que vous aimez le plus au monde. La culpabilité. La honte. Et finalement, le deuil.

Si le fait que Mathéo ait été violé se devine assez facilement, l’identité de son agresseur était pour moi un mystère. Je pensais, par exemple, à Perez, mais ne comprenais pas comment Mathéo pouvait revenir à l’entraînement si c’était le cas.

Après coup, l’évidence se fait. Mathéo n’est plus jamais en présence de Jerry alors qu’il le considérait comme un père de substitution. Et son obsession pour l’amour de Lola se comprend. Comment continuer à aimer la fille de son agresseur ?

Le suicide de Lola m’a également époustouflée. Et finalement, quand on se met à la place d’une jeune fille en état de choc, cela a du sens. Lola se sent coupable. Elle a mal, elle-aussi.

Avec une centaine de pages en moins, sans ses descriptions à rallonge, ses répétitions (de dialogue ou d’évènements), Hurt aurait pu être un roman percutant parce qu’il est juste et qu’il aborde un sujet dont on parle peu – et dont on devrait parler : le viol d’un jeune homme.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Lis-tu sur des sujets graves ?

Dis-le moi en commentaire.