numéro 1Les joueurs du RU, tome 3 : Numéro 1 d’Amanda Bayle

Editions : Cyplog

354 pages

Paru le 25 Mars 2020

Aperçu : Le rugby, sa bouffée d’oxygène, son instant de répit.

Toute la vie de Claire tourne autour du rugby. Chaque dimanche, elle retrouve ses amis au bord du terrain et sur le pré. Beaucoup de supporters ne l’apprécient pas, mais elle s’en moque ! Elle vient assister au match pour oublier un peu son quotidien, sa vie sans saveur et son secret.

Un secret toujours plus lourd à porter.

Cependant, il en est un dont l’antipathie la touche : Benoît. Le numéro 1 de l’ESRU ne l’aime pas et ne s’en cache pas. S’il est surnommé Nounours par tous les membres de l’équipe, avec elle, il se comporte plutôt comme un grizzli : regards méprisants, visage fermé, réflexions acerbes…

Mais pourquoi ? Pourquoi la déteste-t-il à ce point ? Et pourquoi son attitude la tracasse-t-elle ? Peut-être parce qu’elle n’a jamais rien fait pour mériter son mépris. Peut-être parce qu’elle garde en mémoire le souvenir d’un instant beaucoup plus… intime entre eux.

Non, Claire, ne pense surtout pas à ça, c’est du passé, c’est enterré !

Peut-être pas si enterré que cela… Et s’il était le seul capable de la voir telle qu’elle est réellement ?

Mon commentaire général : Pourtant, j’aime le rugby…

Ma note : 5/10

La citation qui résume tout : « J’voulais juste que tu saches que t’es pas toute seule. Si tu tombes de ton fil, je serai en dessous pour te rattraper. » (Chap. 30)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

C’est plutôt original de commencer une série par le troisième tome. Comme on m’avait dit que les romans étaient, plus ou moins, indépendants, puisque centrés sur des personnages différents, je me suis lancée dans le jeu avec cette nouvelle parution d’Amanda Bayle dont j’avais beaucoup apprécié la sensibilité dans Juste nous deux.

Avec une plume agréable, sans fioritures, l’autrice nous amène à la rencontre de Claire et Benoît, alias Nounours. Claire est une jeune femme cachottière, prompte à dénicher les potins et les secrets des autres, pour éviter que quelqu’un ne vienne mettre le nez dans les siens. Quant à Benoît, il est prudent avec ses sentiments depuis qu’il a été odieusement trahi par son ex-femme. Claire et Benoît se détestent et n’ont qu’un seul point en commun : leur passion du rugby. Pourtant, le destin va leur jouer un mauvais tour, qui pourrait bien les amener à se considérer autrement que comme des ennemis…

C’est un roman qui met en scène des personnes normales, à qui il arrive des choses banales de la vie. Par conséquent, chacun pourra s’identifier à l’un ou l’autre ou se reconnaître dans une des situations présentées dans le livre.

Le milieu du rugby amateur est aussi très bien mis en avant, avec ses valeurs nobles de détermination, respect et combattivité. L’autrice apporte ces concepts avec beaucoup de pédagogie et je suis sûre que cela pourra éveiller des vocations ou simplement de la curiosité vis-à-vis de ce sport. Pour moi qui visionne un match de temps en temps, j’ai retrouvé dans le roman ce que j’apprécie dans ce jeu.

Malgré cela, je suis restée très en retrait de la romance, qui est, pourtant, au centre du roman. Je n’ai pas réussi à m’attacher à Claire, qui préfère vivre la vie des autres par procuration plutôt que de chercher à améliorer la sienne. Benoît n’est pas en reste, non plus : à force de répéter qu’il est ennuyeux, il a fini par le devenir pour moi aussi. J’ai trouvé que leur histoire manquait d’émotions et d’intensité. Même s’il s’agit d’une relation somme toute banale, mais comme ça pourrait l’être dans la vraie vie, il m’a manqué des moments qui font battre le cœur plus vite, qui donnent des papillons dans le ventre, qui mettent du piquant dans la rencontre de deux personnes. Pour cela, il n’y a pas besoin d’évènements extraordinaires, simplement de sentiments suffisamment forts, ce que je n’ai pas trouvé ici.

C’est dommage car j’avais justement relevé cette capacité chez Amanda Bayle pendant ma lecture de Juste nous deux et j’ai peiné à retrouver mon enthousiasme dans Numéro 1.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Je n’ai pas non plus noté de réelle évolution des personnages.

Si Claire a accepté d’avouer l’existence de Tania à ses amis, je n’ai pas l’impression, en refermant le livre, que sa dépendance aux miettes d’affection de sa mère soit réglée pour autant. Claire m’a fait l’effet d’un personnage un peu lisse. Malgré ses défauts – ou ce qu’on présente comme tel, être acro aux réseaux sociaux ou aimer les potins, elle n’a pas vraiment d’aspérités auxquelles se raccrocher. Ce n’est pas une héroïne qui marque par sa présence.

Benoît est également de la même trempe. Il est tellement taciturne qu’au final, je ne sais rien de lui. Et pourtant, il y a beaucoup de chapitres de son point de vue !

Ce qui fait que, lorsqu’ils se retrouvent, cela n’a pas créé d’étincelles pour moi. J’ai vécu leur histoire de loin, de façon assez superficielle, et en tout cas pas suffisamment fort pour m’attacher à eux.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Aimes-tu le rugby?

Dis-le moi en commentaire.