cuits à pointCuits à point d’Élodie Serrano

Editions : ActuSF

283 pages

Paru le 21 Février 2020

Aperçu : Gauthier Guillet et Anna Cargali parcourent la France pour résoudre des mystères qui relèvent plus souvent d'arnaques que de véritables phénomènes surnaturels. Mais leur nouvelle affaire est d'un tout autre calibre : pourquoi la ville de Londres subit-elle une véritable canicule alors qu'on est en plein hiver et que le reste de l'Angleterre ploie sous la neige ? Se pourrait-il que cette fois des forces inexpliquées soient vraiment en jeu ?

 

 

 

 

 

Mon commentaire général : ça chauffe !

Ma note : 8/10

La citation qui résume tout : « Vous aviez raison, Anton, le surnaturel existe, de toute évidence, parce que rien d’humain n’aurait pu produire une telle abomination. » (p.116)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Encore une pépite dans la collection Bad Wolf, qui ne manque décidément pas de talents !

Je découvre Élodie Serrano, autrice prolifique si j’en crois sa bibliographie, avec Cuits à point et je ne crois pas beaucoup m’avancer en affirmant que je lirai d’autres de ses œuvres puisque j’ai beaucoup aimé.

Pour commencer, j’adore ce titre, Cuits à point, qui annonce déjà parfaitement la couleur : c’est drôle, et ça va chauffer pour nos héros.

En effet, nous suivons dans ce roman fantastique, à la petite touche steampunk, une équipe de « démystificateurs » qui enquêtent sur une énigme de poids : quelle est la cause de cette soudaine température estivale à Londres en plein février ? En bon « démystificateurs », certains sont là pour prouver la supercherie et démasquer le coupable : Gauthier, Français irascible, et Anna, pétillante Italienne. Mais d’autres, comme le flegmatique Anglais, Anton, et sa nièce, suivent des pistes hors de la logique scientifique. Que vont-ils trouver ?

C’est un roman enlevé, frais et malicieux, vraiment original, dans lequel on s’ennuie pas du tout. La plume est très agréable, si bien que j’ai enchainé les pages sans vraiment les voir défiler. J’ai vraiment apprécié voir les caractères s’opposer, même si on tombe parfois dans les clichés des nationalités. Cependant, j’ai eu l’impression que l’autrice utilisait justement ces stéréotypes pour s’en moquer.

J’ai passé un très bon moment de lecture, qui m’a donné envie de faire un petit tour à Londres moi-aussi, mais sans rencontrer les mêmes embuches que nos personnages si je peux l’éviter !

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Ce que j’ai préféré, c’est la première partie, basée sur l’enquête : personne n’est d’accord sur les pistes à suivre, ils se soupçonnent les uns, les autres, ils se jugent et se défient. C’est un régal pour le lecteur.

Le problème, c’est que cette phase est finalement assez courte comparée au reste du roman, qui comporte essentiellement la négociation avec le dragon.

L’équipe d’enquêteur tombe directement sur la bonne explication, grâce à la chance d’avoir identifié l’article du Times. Il m’a manqué des fausses pistes, de me faire balader, de me creuser la tête. En deux jours, tout est résolu ; le dragon est libéré.

Cette seconde moitié m’a ainsi parue plus longue, parce qu’on était davantage dans « l’action » au détriment de la réflexion, et l’alchimie (ou la non-alchimie…) entre les personnages s’exprimait moins.

Je pinaille parce que j’ai vraiment cru au coup de cœur en commençant ma lecture mais ça reste un très bon roman que je recommanderai largement.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Aimes-tu la chaleur ?

Dis-le moi en commentaire.