supremes_daytonSuprêmes de Arwen Elys Dayton

Editions : Michel Lafon

380 pages

Paru le 12 Mars 2020

Aperçu : Six époques.

Six histoires.

Six quêtes de perfection.

Depuis des décennies, l'homme cherche à déjouer les règles de la nature pour créer un être suprême. Toujours plus fort, toujours plus rapide, toujours plus beau. Le monde de demain regorge d'ambitions nouvelles et d'évolutions toujours plus performantes. Ce dont on peut rêver, on peut le devenir. Mais l'être suprême pourra-t-il un jour devenir l'être parfait ?

 

 

 

Mon commentaire général : Six histoires, six ambiances !

Ma note : 7/10

La citation qui résume tout : « on a eu la guerre du Génome, une sorte de conflit philosophique pour déterminer ce qu’on avait le droit de faire aux gens ou non. » (p.226)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Suprêmes est un roman à la forme originale : c’est en fait un recueil de six nouvelles de la même autrice, suivant un même fil rouge : l’amélioration de l’Homme par la science.

En changeant de personnages à chaque histoire, le récit fait un bond dans le temps, nous permettant de suivre l’évolution de l’humanité dans le futur.

Nous rencontrons ainsi des jumeaux dont l’une va devoir se sacrifier pour que l’autre puisse vivre grâce à une technologie de « fusion » des organes, une jeune fille moquée pour sa reconstruction totale suite à un accident, un révérend opposé aux modifications humaines, un garçon dont le choix de gènes avant la naissance n’a pas donné le résultat escompté, un adolescent qui a survécu à une cryogénisation en attendant de trouver un remède à son cancer et enfin des jeunes gens dont le patrimoine génétique a été sauvegardé dans sa pureté la plus élémentaire.

Toutes les histoires ne se valent pas, tant en longueur – certaines font quelques pages, d’autres une quarantaine – qu’en qualité. Je me suis clairement attachée à certains personnages (mention spéciale pour les parties 2 et 6), et d’autres m’ont paru trop étranges ou insupportables (parties 4 et 5).

De façon globale, j’ai apprécié le propos qui fait forcément réfléchir. Accepterais-tu des modifications de ton corps ? A n’importe prix ? Pour n’importe quel usage ? Te ferais-tu pousser des ailes ou greffer des nageoires ? Evidemment, comme ça, on a envie de dire non, mais si tout le monde le faisait autour de toi, te faisant passer pour un arriéré, oserais-tu faire évoluer ton génome ?

Outre cet axe de réflexion, l’autrice a aussi intégré des sujets très contemporains dans ses histoires, comme le racisme, l’homophobie, le harcèlement etc. qui permettront aux adolescents de se projeter. Le contexte géopolitique a même été travaillé, permettant d’ouvrir cet univers et ses possibles.

De par le format, il était impossible de développer davantage les histoires et les personnages, et c’est le reproche qu’on peut adresser à ce roman. Surtout si, comme moi, tu t’es attaché à certains protagonistes et que tu as envie d’en savoir plus sur eux.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

J’ai eu un gros coup de cœur pour Milla et le duo Chance/Dasterock des parties 2 et 6 respectivement.

Milla souffre de sa différence, bien qu’elle doive la vie à sa reconstruction. Elle a honte de son nouveau corps, et quand on combine ça avec les émotions du premier amour (premier rendez-vous-même), cela donne un cocktail détonnant. Evidemment, ce n’est pas une sainte, puisqu’elle n’a pas hésité à précipiter Gabriel sous un bus pour l’avoir jetée en pâture aux élèves du lycée, et c’est justement cette dualité que j’ai appréciée chez elle. Je regrette que l’histoire ait été si courte.

J’ai aussi été très touchée par la relation impossible entre Chance et Dasterock à cause de leur race. Ça rappelle un passé douloureux, que l’autrice a astucieusement réussi à replacer dans le futur.

J’ai aussi été émue par l’histoire de Kostya (partie 5), dénoncé par son père homophobe, mais comme je n’ai pas du tout apprécié Jake, j’ai eu du mal à suivre cette histoire. Pas autant que celle d’Alexios, vraiment trop bizarre pour moi.

C’est un roman qui pourra, à mon avis, plaire au plus grand nombre car il y en a pour tous les goûts. Et ça, c’est top !

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Succomberais-tu aux sirènes de la technologie ?

Dis-le moi en commentaire.