keleana T1Keleana, tome 1 : L’assassineuse de Sarah J. Maas

Editions : La Martinière

503 pages

Paru le 5 septembre 2013

Aperçu : Le royaume d’Adarlan, d’où toute magie a été bannie, est gouverné d’une main ferme par un roi tyrannique. Keleana, membre de la secte des Assassins et opposée au pouvoir du roi, est emprisonnée dans les mines de sel d’Endovier depuis plus d’un an. Pour gagner sa liberté, Keleana doit représenter le prince Dorian dans un tournoi à mort dont l’unique survivant devra servir le roi pendant 4 ans. Mais les concurrents, l’un après l’autre, sont éliminés de façon mystérieuse et Keleana sent son tour venir.

Manifestement, d’obscures forces magiques ressurgissent dans l’ombre de la cité et la jeune Assassineuse va devoir leur faire face… Heureusement, elle pourra compter sur l’aide de deux hommes : son entraîneur, le beau capitaine Chaol, et le prince Dorian en personne, qui sont tous deux tombés amoureux d’elle. Et dont les charmes ne la laissent pas indifférente…

Mon commentaire général : ça promet !

Ma note : 8/10

La citation qui résume tout : « Il n’existe pas de hasard. Il y a une raison à tout. Tu étais destinée à venir dans ce château, tout comme à devenir assassineuse, pour apprendre à survivre. » (p. 237)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Bien avant sa série phare Un palais d’épines et de roses, Sarah J. Maas avait imaginé l’histoire de Keleana, dans laquelle on retrouve des thèmes communs avec son autre saga fantasy.

Plus orientée jeunesse, Keleana n’en reste pas moins une bonne série, dont ce premier tome, L’assassineuse, pose les bases d’une aventure qui s’annonce trépidante !

En effet, ce roman m’a plutôt fait l’impression d’une introduction à des enjeux plus grands qui vont se jouer par la suite. Même si le récit s’étale sur plusieurs mois, on en sait finalement très peu sur l’univers, les personnages, voire l’intrigue générale.

L’assassineuse nous raconte ainsi comment Keleana, jeune tueuse à gage à la terrible réputation, est engagée par le prince Dorian comme concurrente d’un tournoi destiné à désigner le prochain champion du roi. Pour cela, elle est extraite des mines de sel, dans lesquelles elle servait comme esclave suite à sa capture un an plus tôt, avec le marché suivant : si elle remporte le tournoi, elle sera à la solde du roi pendant quatre ans avant de retrouver sa liberté. Sinon elle finira sa vie en esclavage. Or ni Dorian ni Chaol, le capitaine de la garde, ne font confiance à la jeune fille dont le seul nom suffit à faire trembler. Ils la surveillent de près et la maintiennent au château sous une fausse identité, avec la consigne de minimiser ses capacités pour ne pas être reconnue par les autres concurrents. Mais quand ses adversaires commencent à mourir un par un dans des circonstances mystérieuses et très violentes, Keleana est peut-être la seule à pouvoir arrêter le monstre qui est derrière tout cela

Si j’ai aimé la plume de Sarah J. Maas, toujours aussi fluide, je regrette que le roman ne soit au final pas plus orienté vers le tournoi que le quotidien de Keleana, pourtant très attachante, et ses tergiversations entre Dorian, le fougueux prince, et Chaol, le garde réservé. Les différentes épreuves du tournoi ne sont qu’une tâche de fond, rapidement évoquées, voire pas du tout, au profit des amours de la jeune fille et de l’intrigue touchant aux meurtres emprunts de magie noire.

Pourtant, malgré la fin facilement prévisible, on sent que la suite promet des évènements alléchants entre politique, magie et choix difficiles… En fait, L’assassineuse est surtout une façon de poser les bases, un premier pas dans cet univers qui devrait s’étendre petit à petit.

A noter : seuls les trois premiers tomes de la saga, qui en compte sept en VO, ont été traduits en français et le reste ne le sera pas. Je lirai bien évidemment la suite, quitte à passer si besoin aux romans en anglais.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

J’aime beaucoup la personnalité de Keleana. La jeune fille est à la fois très déterminée et fragile. Au fond elle reste une petite fille arrachée brutalement à son enfance pour être jetée dans une existence brutale. Au château, bien qu’elle reste une assassineuse capable de désarmer son adversaire d’une pichenette, elle est toujours en quête d’affection, de la part de Dorian ou Chaol mais aussi de Nehemia, qui se révèle une amie très précieuse.

Et puis il faut bien avouer que Keleana a la langue bien pendue, ce qui donne lieu à des répliques désopilantes !

Ce que je regrette, c’est que connaissant le talent de conteuse de Sarah J. Maas, l’intrigue m’a parue extrêmement simple et prévisible. Il était évident que Keleana finirait par remporter le tournoi coûte que coûte et que Cain était l’instigateur des meurtres des autres champions. Même si on essaie de nous entraîner vers de fausses pistes, avec Nehemia par exemple, le récit reste limpide pour le lecteur. De plus, Keleana m’a semblée plus préoccupée par ses hésitations amoureuses que par le tournoi.

A mon avis, c’est en tant que champion du roi, et aux travers des différentes missions qu’elle va maintenant devoir accomplir que Keleana va se révéler, et l’étendue de l’univers se dévoiler au lecteur. C’est pourquoi je considère ce tome davantage comme une introduction et que la suite m’attire intensément.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Suivras-tu Keleana dans ses combats?

Dis-le moi en commentaire.