x ou yX ou Y de Séverine de La Croix

Editions : Editions du Rocher

283 pages

Paru le 23 Octobre 2019

Aperçu : "Je suis Camille mais depuis un an, quatre mois et vingt-et-un jours, je m'appelle Yann depuis que mon père ne sait plus lequel de nous deux est mort dans l'accident, son fils ou sa fille, Camille ou Yann "

Pour se protéger de son père devenu alcoolique depuis le drame, Camille a pris l'identité de son frère jumeau : Yann, son double, la moitié d'elle sans laquelle elle n'arrive plus a vivre, décédé dans l'accident avec leur mère inscrite dans un nouveau lycée, elle fait illusion.

Mais comment demeurer Yann quand Thomas fait irruption dans sa vie ? Et comment redevenir Camille alors que son père s'accroche à "son fils" pour ne pas sombrer ?

 

 

Mon commentaire général : Waouh !

Ma note : 9/10

La citation qui résume tout : « Il était une fois une princesse déguisée en prince qui était amoureuse d’un prince qui la prenait pour un prince. » (p.195)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

X ou Y est un livre d’une puissance émotionnelle rarement égalée sur lequel je suis tombée un peu par hasard et que je suis ravie d’avoir découvert.

Ce court roman se lit d’une traite, grâce à la plume très fluide d’une part, et aussi au sujet, grave mais touchant.

Nous suivons Camille qui s’apprête à entrer en 1ereS dans un nouveau lycée. Or ce n’est pas une rentrée ordinaire. Cela fait quasiment deux ans que la mère et le frère jumeau de Camille, Yann, se sont tués dans un accident de voiture. Depuis son père boit, et pour échapper à sa violence, Camille est devenue Yann. Tous les jours, la jeune fille se travestit en cachette et ce qui aurait pu rester anodin devient rapidement dramatique quand Camille tombe amoureuse de Thomas, son ami du lycée. Camille pourra-t-elle longtemps conserver son secret ?

On y parle évidemment de deuil, de la culpabilité du survivant, de regrets, de reconstruction, et aussi de dépendance ou d’une tristesse incommensurable. Le roman aborde aussi le sujet du premier amour et de l’amitié.

J’ai vraiment apprécié les émotions brutes véhiculées par le texte. On ne peut qu’être touché par Camille avec son désarroi, son courage et sa force. Ses amis sont aussi très attachants, chacun à leur manière, si bien que j’ai été happée par ce livre.

Je regrette tout de même une fin un peu expédiée et facile, même si l’espoir qu’elle apporte est bienvenu après toute cette tension dramatique.

Je ne connaissais pas l’autrice avant cette lecture. J’ai depuis découvert qu’elle avait aussi écrit pour les adultes et j’ai immédiatement ajouté ces romans à ma wish-list !

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Si le deuil ou l’alcoolisme sont largement abordés en littérature jeunesse, je n’avais jamais trouvé un texte qui présentait les évènements avec ce point de vue original.

Camille est à la fois elle-même et son frère, une façon pour elle à la fois d’échapper aux désirs déplacés de son père sous l’emprise de l’alcool mais c’est aussi une excuse pour ressusciter Yann. Camille a reconstitué son jumeau en elle-même, une dualité dans laquelle elle se dissout petit à petit, oubliant de vivre pour elle-même.

En tombant amoureuse de Thomas, la vérité se rappelle à elle. Elle ne peut pas être Yann et vivre sa propre vie, sous peine de passer à côté de ce qui compte, la forçant à laisser partir son frère. L’autrice a bien représenté la difficulté que cela revêt pour la jeune fille, qui ne sent plus vraiment fille mais pas garçon non plus.

J’ai beaucoup aimé la rencontre avec Thomas, attendrissante. Le cœur du garçon a compris dès la première seconde ce que son esprit ne concevait pas puisque dès le départ, il est en recherche de la compagnie de Yann/Camille, sans comprendre ce qui l’attire chez le nouveau. Thomas a dû se poser beaucoup de questions sur sa sexualité, puisqu’étant hétéro, il éprouve une affection sincère et forte pour un autre garçon. Cela n’est malheureusement pas vraiment explicité ici. Thomas aurait dû être en colère ou en vouloir à Camille de lui avoir fait éprouver cela, mixé avec le soulagement de ne pas s’être trompé. J’ai donc trouvé qu’il acceptait les mensonges de Camille trop facilement, tout comme tous les autres d’ailleurs.

Même pour le lycée, confronté à un cas d’enfant « en danger », Camille subissant un père démissionnaire et violent, la réaction n’est pas celle qu’on attendrait. Quand on sait toutes les répercussions que peut avoir une non-dénonciation auprès des services sociaux pour un établissement scolaire, on peut se poser des questions sur le bien-fondé de cette réaction.

De façon générale, après avoir éprouvé beaucoup d’émotions avec ce livre, j’ai trouvé la fin un peu facile au vu de tout ce qu’on a traversé avant. Le père qui soudain reconnaît son problème avec l’alcool, sans rechute, l’acceptation de l’identité de Camille par tous, cette conclusion si positive, c’est un peu trop optimiste par rapport au reste du roman qui semble vraiment crédible.

C’est mon seul reproche car c’est vraiment un livre hors du commun que je recommanderai largement autour de moi.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Camille ou Yann?

Dis-le moi en commentaire.