nos âmes tourmentéesNos âmes tourmentées de Morgane Moncomble

Editions : Hugo New Romance

476 pages

Paru le 10 Octobre 2019

Aperçu : Lorsqu'Azalea revient à Charleston, sa ville natale, ce n'est pas de gaîté de cœur. Elle a préféré partir quelques années auparavant pour échapper à des souvenirs pénibles et pour mettre le plus de distance possible entre elle et ceux qui lui ont fait du mal. Sa mère, avec qui elle n'avait plus aucun lien, vient de mourir lui laissant sa maison et une succession à régler. La voilà de nouveau dans la maison familiale, pour un temps qu'elle espère le plus bref possible.

Jusqu'à ce qu'elle fasse la connaissance d'Eden, son nouveau voisin. Il est charmant, amusant, différent des hommes qu'elle a rencontrés jusqu'alors. Il lui donne envie de changer, de bousculer le fragile équilibre qu'elle avait trouvé loin d'ici. Peut-être même de céder à son attirance. De vivre heureuse à nouveau tout simplement. Mais cela impliquerait de rester à Charleston. Est-elle capable de faire table rase du passé, d'oublier tout ce qui s'est passé ici ? Eden a ses propres fêlures mais il est prêt à l'aider.

Azalea a un long chemin à parcourir mais il pourrait la conduire vers l'amour et le bonheur.

Mon commentaire général : Poignant !

Ma note : 9/10

La citation qui résume tout : « Deux mois, c’est court. Mais il y a des rencontres qui changent une vie, des rencontres qui ne sont pas en mesure de vous sauver mais qui peuvent vous accompagner jusqu’au bout du chemin. Comme une lumière dans l’obscurité. » (p.447)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

J’avais très envie de lire le dernier opus de Morgane Moncomble, sans en avoir rien entendu, juste parce que j’avais beaucoup aimé sa plume dans Viens on s’aime.

Dire que j’ai pris une claque à la lecture serait un énorme euphémisme.

Le roman s’ouvre sur un avertissement de l’autrice qui me semble indispensable. Nos âmes tourmentées est un roman dur, dont la violence n’est pas montrée mais suggérée, psychologique plus que physique, puisqu’on voit les conséquences dévastatrices que peuvent toujours avoir des violences passées. Ceux qui évitent les sujets sensibles préfèreront donc laisser ce livre, en sachant qu’ils passeront à côté d’une magnifique romance.

En effet, c’est l’histoire d’Azalea et d’Eden. La jeune femme qui a fui Charleston quatre ans auparavant est revenue pour vendre la maison de sa mère qui vient de mourir. Elle s’est donné l’été pour y parvenir et puis elle repartira vivre sa vie à New York. Or son voisin Eden, charmant et charmeur, pourrait bien lui donner envie de s’attarder, si elle consent à s’ouvrir à lui et lui exposer ses blessures passées… L’amour peut-il tout guérir ?

Non seulement le roman est bien écrit, bourré d’humour, de réparties mémorables et d’émotions brutes, mais il porte aussi des messages féministes et body positive indispensables, sous la forme d’extraits de podcast en début de chapitres.

Mais ce qui fait l’impact de ce livre, c’est la romance, belle et crédible, parce qu’elle avance lentement, à mesure que deux personnes cassées par la vie acceptent de laisser entrer quelqu’un dans leurs secrets et dans leur cœur.

C’est pour moi un roman très mature pour une si jeune autrice, de ceux qu’on pourrait facilement comparer à un Colleen Hoover, par exemple, ce qui est pour moi un énorme compliment, étant donné l’amour que je porte à CoHo ! C’est un roman obsédant, qui fait éprouver des sentiments contradictoires à son lecteur, tellement on l’aime et on le déteste à la fois par sa beauté et sa violence entremêlées. Comme la vie en quelque sorte.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

L’addiction que m’a fait ressentir Nos âmes tourmentées vient aussi de la perfection de ses personnages. Ils semblent vrais et ça change tout.

Azalée est une battante, qui assume fièrement ce qu’elle est et sa sexualité, du moins en apparence. Car ce n’est qu’une façade pour dissimuler ses profondes blessures : viol, harcèlement, dépression l’ayant conduite au suicide. Tellement pour une si jeune personne, qu’on se demande comment elle fait pour tenir toujours debout.

Eden est son exact contraire. Si lui aussi a très mal commencé dans la vie, il a su rebondir et se construire une vie stable, surtout au bénéfice de Faith. Eden est pareil à un roc. Toujours droit, solide, une personne sur laquelle on peut compter. Et ses accès de colère sont un moyen de défense envers les gens qu’il aime. Pour moi, c’est un book boyfriend parfait. Il n’a jamais remis la parole d’Azalée en question, il l’a crue sur le champ, l’a toujours soutenue, même dans les moments extrêmement difficiles de la fin, alors qu’il aurait été facile pour lui de se cacher derrière l’excuse de protéger sa fille de tout cela.

Le seul reproche que je pourrais faire à ce roman est d’avoir voulu trop en mettre. Viol, harcèlement, dépression, suicide, maltraitance, bataille pour une garde d’enfant, parent démissionnaire, gestion d’un jeune enfant… En fait, on aborde tout un tas de sujet qui pourraient faire l’objet d’un roman à eux seuls, et donc forcément, il y a des notions survolées. La dépression d’Azalée survient d’un coup alors qu’elle n’avait pas eu d’épisodes avant cela. Le harcèlement n’est évoqué qu’une seule fois pendant la soirée des anciens élèves. La garde de Faith se décide soudainement sur la fin. L’impact du départ de Charlie n’est pas vraiment explicite chez la petite fille. L’épilepsie d’Eden est juste mentionnée mais je n’ai pas eu l’impression qu’il prenait plus de précautions que cela. Et puis, en fait, quand on y réfléchit bien, on pourrait se dire qu’ils n’ont vraiment pas eu de chance, Azalée et Eden, pour cumuler tout cela à eux seuls !

C’est la raison pour laquelle ce n’est pas un coup de cœur pour moi, mais c’est quand même du très très haut niveau.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Suivras-tu Azalée à Charleston ?

Dis-le moi en commentaire.