the paper magicianThe paper magician, tome 1 de Charlie N. Holmberg

Editions : Amazon crossing

221 pages

Paru le 20 Septembre 2016

Aperçu : C'est le cœur brisé que Ceony Twill, 19 ans, débarque chez le magicien Emery Thane. Sortie major de sa promotion à l'école Tagis Praff, elle se voit contrainte d'embrasser la magie du papier, elle qui rêvait de travailler le métal. Or une fois qu’elle sera liée au papier, matériau qu’elle dédaigne, elle sait que c'est pour le restant de sa vie.

Dès le début de son apprentissage chez l'excentrique mais si charmant Emery, Ceony découvre un monde merveilleux qu'elle ne soupçonnait pas : animer des créatures de papier, donner vie à des récits grâce aux images qui les illustrent, prédire l'avenir… Mais son bonheur se ternit quand elle se trouve confrontée aux dangers de la magie interdite.

Une Exciseuse - pratiquant la magie noire liée à l'élément de chair - attaque le magicien et lui arrache le cœur avant de s'enfuir avec son précieux butin. Pour le sauver, Ceony devra affronter l'horrible sorcière assoiffée de sang et se lancer dans un périlleux périple qui la mènera dans les méandres du cœur de son mentor dont elle va découvrir les lourds secrets.

Mon commentaire général : La magie n'a pas totalement opéré sur moi...

Ma note : 6/10

La citation qui résume tout : « En tout état de cause, attendez-vous à connaître une grande aventure. » (p.30)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Avec un résumé aussi alléchant, mêlant magie originale, merveilleux et magie noire, The paper magician ne pouvait qu’atterrir dans ma PAL, il y a longtemps certes, mais j’ai fini par l’en sortir !

Je ressors pourtant de cette lecture un brin mitigée. J’ai bien retrouvé tous les éléments du résumé qui m’avaient attirée mais j’ai manqué de développement. On y reviendra.

The paper magician, c’est avant tout l’histoire de Ceony, 19 ans, brillamment diplômée de l’école de magie, qui doit à présent commencer son apprentissage auprès d’un magicien confirmé et par la même occasion s’unir à un matériau : papier, verre, métal ou caoutchouc. Ceony aurait préféré devenir Fondeuse (métal) mais on l’oriente vers le papier, qui manque cruellement de représentants car ce matériau, banal, et sa magie sont déconsidérés parmi la communauté. Ceony se plie pourtant à la volonté de son professeur et entre en apprentissage auprès d’Emery Thane, solitaire et excentrique, et pourtant si doué avec son élément. Ceony va apprendre petit à petit les mystères du papier, jusqu’à ce qu’une Exciseuse (magicienne liée au sang et à la chair) vienne littéralement voler le cœur de son tuteur. Désobéissant au conseil des magiciens, Ceony va partir à la recherche de l’Exciseuse, avec comme seuls outils des feuilles à plier et un petit chien de papier…

Le gros point fort de ce roman, c’est son univers et l’originalité de la magie imaginée par l’autrice, et d’ailleurs j’ai beaucoup aimé la phase purement d’apprentissage de Ceony, lorsqu’elle déconstruit petit à petit ses préjugés sur le papier pour en tirer des merveilles, montrant par là que la plus petite banalité peut se transformer en joyau si on sait en tirer profit.

L’autrice n’hésite pas non plus à aller assez loin avec la magie noire, avec des scènes plutôt sanglantes qui feront frissonner les plus allergiques à l’hémoglobine.

Ce qui m’a clairement manqué pour apprécier pleinement ce récit, c’est plus d’intensité dans la plume. L’écriture est assez froide, les sentiments des personnages pas vraiment retranscrits, ce qui fait qu’ils ne parviennent pas jusqu’au lecteur. Pourtant, il doit y en avoir des émotions ! Après tout, Ceony voit sa vie dirigée inéluctablement dans une direction qu’elle méprise, cohabite avec un tuteur complètement imprévisible, jusqu’à ce qu’il se fasse arracher le cœur devant ses yeux ! Il devrait y avoir de la colère, de la frustration, de la tristesse, de la peur… Et pourtant, je ne les ai pas ressenties.

Avec un roman aussi court, à peine plus de 200 pages, il n’aurait pas été vain de le rallonger d’une centaine de pages pour entrer dans ces détails qui n’en sont finalement pas. Même si j’ai adoré l’univers, je reste sur ma faim car je n’ai pas réussi à m’attacher à Ceony, un peu trop lisse parce que clairement sous-développée.

Je lirai tout de même probablement la suite, car j’ai bien envie de découvrir comment les magiciens des autres éléments manipulent leur support, et puisque le deuxième tome s’intitule The glass magician, j’ai bon espoir d’en savoir plus sur la magie du verre !

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Il y a d’autres aspects qui ont refroidi mon enthousiasme et dont je ne pouvais pas parler plus tôt afin de ne rien dévoiler de l’intrigue.

Tout d’abord, je n’ai pas bien compris cette histoire de se balader dans le cœur d’Emery. L’image était plaisante à imaginer, mais même si la représentation est jolie, le cœur n’a jamais été le siège des souvenirs et des émotions, surtout après que Ceony ait étudié un ouvrage d’anatomie ! Je n’ai même pas compris l’intérêt si ce n’est nous dévoiler le passé d’Emery et Lira, ce qui aurait pu être fait d’une autre manière. A vrai dire, je n’ai pas non plus saisi pourquoi Lira souhaitait emporter le cœur d’Emery. Pour en faire de la magie noire ? Se venger ?

D’ailleurs l’affrontement entre Ceony et Lira n’est pas plus crédible. Entre une Exciseuse puissante et expérimentée et une apprentie Plieuse certes douée mais manipulant la magie depuis un mois seulement, le combat aurait dû être bien plus compliqué.

Enfin, j’aimerais revenir sur la romance, sortie de nulle part. D’un coup, après avoir exploré l’esprit de son tuteur, Ceony se rend compte qu’elle l’aime. Il n’y a eu aucun signe avant-coureur d’aucune sorte, elle le méprisait presque ouvertement à son arrivée, le prend pour un lunatique, et d’un moment à l’autre, en découvrant son passé, elle l’aime… Je ne parviens pas à y croire d’une part, ni à le ressentir d’autre part, et on en revient à ce que je disais plus haut : encore des émotions sous-développées, qui nuisent à l’empathie du lecteur.

Vraiment dommage car avec un univers si bien pensé, les personnages auraient mérité plus de développement pour en faire un grand livre. Quelque part, je m’attendais à retrouver un peu du Cirque des rêves, un de mes plus gros coups de cœur, et j’ai forcément été déçue.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Maitriseras-tu la magie du pliage ?

Dis-le moi en commentaire.