au-delà de la lumièreAu-delà de la lumière de Daniel Mat

Editions : Scrinéo

473 pages

Paru le 24 Octobre 2019

Aperçu : Dans le futur, la réalité virtuelle a fait place aux rêves lucides partagés. Une version extrême de cette technologie, basée sur des expériences de mort imminente contrôlées, a donné naissance à la métamachie : un sport de combat opposant deux compétiteurs dans des arènes subconscientes, armés de leurs souvenirs manipulables à volonté.

À dix-sept ans, David redoute cette discipline dont l'étoile montante n'est autre que Théa, sa petite amie. Plus sa carrière progresse, plus elle s'éloigne de lui. Tout bascule le jour où elle ne se réveille pas à la fin d'un combat. Alors que l'organisation étouffe l'affaire, David se retrouve seul et sans réponses.

Lorsque l'opportunité de participer à un tournoi amateur s'offre à lui, il y voit une chance de mener l'enquête de l'intérieur. Mais ses propres souvenirs semblent se mettre en travers de son chemin.

Jusqu'où est-il prêt à aller pour découvrir la vérité ?

Mon commentaire général : Pas mal pour un premier !

Ma note : 6/10

La citation qui résume tout : « J’ai compris que la véritable liberté se trouvait au-delà de la lumière. » (p. 445)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

J’étais très intriguée par cette nouveauté de chez Scrinéo, maison d’édition dont j’aime beaucoup les publications. Il faut dire que le résumé est très mystérieux, on nous promet des combats spectaculaires, des secrets, des vérités inavouables

Au-delà de la lumière, c’est avant tout un concept : celui de la métamachie. Cette nouvelle technologie permet d’explorer l’univers des rêves ou des souvenirs, en plongeant le sujet dans un sommeil profond (la version hypnos) ou en état de mort imminente (la version thanatos, beaucoup plus dangereuse mais plus immersive). Un sport en a été tiré, opposant deux adversaires reliés à une station thanatos dans une arène créée par leurs souvenirs.

C’est aussi l’histoire de David, 17 ans, un jeune homme qui a vu sa copine Théa, athlète métamachiste très en vue, plonger dans le coma suite à un combat. Or impossible d’obtenir des réponses sur son état de santé. David ne voit qu’une seule issue à ce silence : infiltrer la ligue de la métamachie, en intégrant un tournoi amateur, dans lequel il va devoir affronter des adversaires bien plus entraînés que lui et surtout prêts à tout pour gagner. Pourtant, David va aller beaucoup plus loin qu’attendu, surtout dans sa quête de réponses, quitte à explorer les limites de la vie

Mais c’est également un environnement maîtrisé, bien que simple. L’auteur nous propose un monde redessiné où les populations ont subi des migrations suite au désastre écologique. Une ville tire son épingle du jeu : Mondor, cité des plus riches, où l’entrée ne se fait sur visa dûment contrôlé et où la population a accès aux soins médicaux les plus poussés, où la jeunesse éternelle est à portée de ceux qui peuvent se l’offrir.

J’ai aussi aimé la plume, très fluide et vraiment agréable.

Si le roman se lit très bien, il aurait à mon sens bénéficié de coupes drastiques dans le récit car les combats sont très détaillés mais suivent toujours plus ou moins le même schéma, ce qui rend l’issue plutôt facile à deviner et fait que je me suis parfois ennuyée. Les révélations finales sont très intéressantes et ouvrent des perspectives amenant à la réflexion. C’est dommage que ces concepts, tout comme le deuil, la dépression et les choix de vie, ne soient pas plus développés au profit des combats.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Ce roman m’a posé un autre problème : je n’ai pas bien compris le principe de la métamachie ou son intérêt.

Qu’on veuille exploiter les rêves partagés, c’est un concept que je conçois plutôt bien. Par contre, la technologie thanatos m’échappe complètement. Je ne comprends pas comment on peut maîtriser son esprit, ses souvenirs, en état de mort imminente… Du coup, j’ai froncé les sourcils pendant une bonne partie de ma lecture, puisque les combats occupent une majorité du récit, alors même que les choses les plus intéressantes ne s’y passent pas… J’aurais préféré qu’on développe la fin, le chemin de l’âme après la mort, les traitements de rajeunissement, ahurissants alors qu’à côté des populations entières meurent de faim, ou même les sentiments de David.

En fait, un autre de mes soucis, c’est que je ne me suis pas du tout attachée à David. Peut-être parce qu’il ne partage pas vraiment avec nous ses émotions. Evidemment il est davantage tourné vers sa quête de réponses, mais je n’ai pas expérimenté sa colère ou sa tristesse.

Tout cela fait que je ne me suis pas projetée dans le récit et que j’en suis restée une spectatrice pas entièrement convaincue.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Veux-tu découvrir la métamachie ?

Dis-le moi en commentaire.