Ami Lecteur, il s’agit de la chronique du deuxième tome de la série The Folk of the air. Si tu n’as pas lu le tome précédent, ça va forcément spoiler pour toi et ça serait dommage. Je te renvoie donc si besoin à mon billet sur The Cruel Prince (tome 1).

 

the wicked kingThe Folk of the Air, tome 2 : The Cruel Prince de Holly Black

Editions : Hot Key Books

336 pages

Paru le 8 Janvier 2019

Aperçu : Tu dois être suffisamment forte pour frapper, frapper et frapper encore sans fatiguer.

La première leçon est de te rendre forte.

Après la stupéfiante révélation qu’Oak est l’héritier de Faerie, Jude doit protéger son petit frère. Pour ce faire, elle a lié à elle Cardan, le méchant roi, et s’est faite le pouvoir derrière le trône. Se frayer un chemin à travers les alliances politiques toujours mouvantes de Faerie serait déjà assez difficile si Cardan était facile à contrôler. Mais il fait tout ce qu’il peut pour l’humilier et saper son autorité, même si sa fascination pour elle demeure inchangée.

Quand il devient clair que quelqu’un proche d’elle est sur le point de la trahir, menaçant sa propre vie et celles de tout ses proches, Jude doit découvrir le traitre et se battre contre ses propres sentiments compliqués pour Cardan afin de maintenir le contrôle en tant que mortelle dans un monde féérique. [traduction personnelle]

Mon commentaire général : De mieux en mieux !

Ma note : 9/10

La citation qui résume tout : « Sénéchal. Maître espion. Faiseuse de roi. » (p.114) [traduction personnelle]

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Dans une trilogie, souvent le tome 2 est en demi-teinte, un roman de transition pour préparer le dernier volet.

Mais ici, ce n’est pas du tout le cas.

Il se passe énormément de choses, des trahisons, des retournements de situations, des secrets dévoilés, des stratégies, des déceptions mais de beaux moments aussi, si bien qu’on ne s’ennuie jamais ! L’histoire avance vraiment et nous permet même de découvrir d’autres endroits de cet univers féérique, qui n’a rien à voir avec le merveilleux.

Après avoir manœuvré pour placer Cardan sur le trône jusqu’à ce que son petit frère puisse assumer seul son rôle de Haut Roi, Jude est plus seule que jamais. Rejetée par sa famille qui pense qu’elle les a trahis, mise à l’écart par les Fés à cause de sa condition de mortelle et de la peur qu’elle leur inspire, détestée par Cardan qui est forcé de lui obéir, même si les sentiments que le roi a pour son sénéchal sont plus compliqués que ça à décrire, oscillant entre le désir et la haine… Jude n’est pas encore au fait de toutes les traditions de Faerie, et il n’est clairement pas facile pour elle de gouverner le royaume à la place de Cardan. Mais quand la Reine Orlagh remet en cause son alliance avec Elfhame et qu’il devient clair que des machinations dans l’ombre ont pour but d’attenter à Cardan, Jude va devoir se battre pour maintenir sur pieds le plan pour lequel elle a tout sacrifié.

Avec The wicked king, Holly Black affirme son talent pour mettre ses personnages dans des situations difficiles. On s’éloigne de plus en plus des gentilles petites fées des contes pour se retrouver plonger dans un univers fantasy où l’espoir n’est qu’une notion assez lointaine. Et j’adore !

Attention tout de même si tu comptes te lancer, l’anglais m’a paru assez difficile pour moi qui parle couramment cette langue donc à ne pas réserver pour un débutant en lecture VO.

Mais sinon je recommande à 200% cette série dont le tome 1 sera prochainement publié en français, et dont le tome 3 paraîtra en janvier prochain en anglais, et avec les évènements de la toute fin, je n’ai qu’une envie : trouver une machine à voyager dans le temps pour me transférer immédiatement au 7 janvier 2020 !

 

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Dans The Cruel Prince, on avait connu Jude petite mortelle apeurée, malmenée par les Faes. Dans The Wicked King, c’est elle qui prend le pouvoir dans l’ombre. Enchainant décisions politiques et missions d’espionnages, son rôle est de garantir la sécurité du royaume et de Cardan, même si celui-ci ne lui facilite pas la tâche. J’ai aimé l’évolution de la jeune fille, brillante et déterminée, n’hésitant pas à se salir les mains ou à passer des marchés avec les Faes. Elle ne baisse jamais les bras, se battant de toutes ses forces, quitte à se sacrifier au passage, pour garantir la sécurité de son plan à long terme. Le seul aspect qu’elle maîtrise mal, ce sont ses sentiments pour Cardan, bien plus forts qu’elle ne veut se l’admettre.

De son côté, le jeune roi m’a aussi surprise. L’être cruel et désintéressé du premier tome est bien loin et je n’ai pas compris en quoi c’était lui le vilain de l’histoire (« The Wicked king » selon le titre). Cardan est au contraire un leader en puissance quand il veut bien laisser tomber le masque du courtisan, sa démonstration finale en étant le parfait exemple. Quand il est capable de prendre ses propres décisions, Cardan est un roi Fae digne de sa lignée.

Reste à voir s’il pardonnera à Jude d’avoir tué un frère qui complotait contre lui et qu’il n’a jamais vraiment aimé ou si l’éloignement de la jeune fille n’est qu’une façon de la protéger de la guerre qui couve à Faerie, ce qui confirmerait la profondeur de ses sentiments…

Il faudra patienter pour le savoir… et la patience n’est pas la première de mes vertus !

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Sais-tu déjouer les manœuvres de Cour?

Dis-le moi en commentaire.