Ami Lecteur, il s’agit de la chronique du deuxième tome de la série Mystic City. Si tu n’as pas lu le tome précédent, ça va forcément spoiler pour toi et ça serait dommage. Je te renvoie donc si besoin à mon billet sur Mystic City (tome 1).

 

toxic heartMystic City, tome 2 : Toxic Heart de Theo Lawrence

Editions : Corgi books

351 pages

Paru le 8 Avril 2014

Aperçu : Le destin les a réunis, le feu va les déchirer.

L’insurrection a commencé. Mystic City est au beau milieu de la révolution, menée par Hunter, mystique rebelle et grand amour d’Aria.

Pour sauver la ville, Aria doit trouver une arme puissante : le cœur d’un mystique mort. Mais ses ennemis sont également à sa recherche, et ils souhaitent de tout cœur assister à la chute d’Aria.

La rébellion détruira-t-elle la ville ? A moins qu’un cœur de renégat ne puisse les sauver tous ? [Traduction personnelle]

 

 

 

Mon commentaire général : Quel dommage…

Ma note : 4/10

La citation qui résume tout : « Eh bien, j’ai suivi ces lumières, d’accord, et elles m’ont guidée vers Hunter. L’amour. La rébellion et maintenant à la guerre. » (p.151) [Traduction personnelle]

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Mystic City, premier tome de cette trilogie, avait pour moi été un gros coup de cœur. J’avais succombé pour ce Roméo et Juliette du futur, bercé d’émotions brutes et de nouvelles technologies, sur fond d’exploitation humaine. J’étais même surprise que Toxic Heart n’ait pas été traduit en français et que le troisième tome n’existe qu’en audiobook et en VO.

J’aurais été prête à tout pour connaître la fin de l’histoire d’Aria et de Hunter, même à me lancer à l’écoute d’un audiobook en anglais (j’ai bien précisé que j’étais prête à tout) alors que j’ai une chance sur deux d’oublier le début de la phrase avant d’en avoir entendu la fin.

Après avoir lu Toxic Heart, je comprends mieux les choix de l’éditeur, et je peux tranquillement renoncer à l’audiobook.

Je suis affreusement déçue par ce deuxième tome, qui ne me donne pas du tout envie de savoir la fin !

Tout d’abord, d’un point de vue niveau de lecture, je n’ai pas trouvé l’anglais très complexe et je dirais donc que ce roman devrait être plutôt facile d’accès. La plume de Theo Lawrence est de plus agréable.

Par contre, je ne peux pas en dire autant de l’histoire. Il m’a fallu cinq jours pour venir à bout de ces trois cent pages, et pour moi qui lit très vite, c’est énorme. En plus, le récit m’a semblé assez creux : il ne se passe pas grand-chose et le peu d’action est malheureusement répétitive.

Mais surtout, là où je n’arrive pas à pardonner à l’auteur, c’est d’avoir complètement modifié les caractères des personnages. Il ne se passe que quinze jours entre la fin du tome 1 et le début du tome 2 et pourtant on a l’impression d’avoir affaire à des personnes totalement différentes tant ils n’ont rien à voir avec ceux qu’on a découvert dans le premier volet ! Hunter est un idiot égoïste, Aria devient une super-héroïne qui a réponse à tout, son frère, ancien toxicomane, est le nouveau visage des Aeries… Et j’en passe. On arrive même à nous caler dans tout cela un triangle amoureux dont on n’avait vraiment pas besoin !

Bref, je n’ai rien reconnu de ce qui m’a fait aimer Mystic City et je me dis que j’aurais dû rester sur ma bonne impression. Du coup, je m’arrête là.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Où sont passé les Aria et Hunter dont j’étais tombée sous le charme dans Mystic City ?

Ils ont dû absorber trop de Stic car ils sont méconnaissables.

Aria était touchante, attachante, on prenait partie pour elle qui luttait pour recouvrer la mémoire. On assistait à sa rechute amoureuse pour Hunter, et c’était magnifique. Ici, balayés les sentiments pour Hunter, elle devient tout d’un coup stratège, indépendante, et même si j’apprécie qu’un personnage féminin ouvre la marche et prenne de l’ampleur, je ne pense pas que ça doive se faire au détriment des émotions et en retournant sa veste à cent quatre-vingt degrés.

Mais Hunter est sans conteste celui qui passe du jour à la nuit. Il utilise l’image d’Aria sans lui demander son avis, n’est jamais là, et oublie complètement son humanité pour envisager une bombe à un sommet de paix… Tout cela ressemble surtout à une manœuvre de l’auteur pour nous le faire apparaitre moins sympathique à côté de Tuck et pouvoir mettre en place le triangle amoureux dont je me serais bien passée !

Si encore ces changements étaient contrebalancés par une intrigue solide ! Mais ce n’est pas le cas. On assiste à des répétions constantes du schéma où la famille Rose complote pour kidnapper Aria (sans succès), où celle-ci s’esquive pour se balader dans la ville, et où elle se dispute avec Hunter.

Je ne sais même pas ce que je pense du fait qu’elle devienne elle-même une mystique à la fin. C’est bien pour réveiller le lecteur et ça montre à la fois qu’on ne peut être crédible en soutenant une cause qu’en la subissant, ce qui ne me convainc pas que les habitants des Aeries puissent comprendre le cas des mystiques…

Bref, ça ressemble pour moi à un beau gâchis : avec une telle matière première, il y avait de quoi faire une trilogie inoubliable, qui se résumera pour moi à un seul livre dorénavant, le seul qui vaille la peine, c’est-à-dire le tome 1.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Retourneras-tu à Mystic City ?

Dis-le moi en commentaire.