the legacyThe legacy de Melissa Delport

Editions : Reach Publishers (pas de VF)

439 pages

Paru le 5 mars 2013

Aperçu : Un homme obsédé par le pouvoir.

Une femme prête à tout sacrifier pour l’arrêter.

Une guerre qui a bouleversé le monde.

« Eric Dane a isolé les richesses et les ressources qui restent, donnant à une poignée d’élus les plus grandes chances de survie et condamnant les autres à mourir de faim ! »

La Troisième Guerre Mondiale a duré douze jours et a presque éradiqué l’espèce humaine. En grandissant dans cette Amérique post-nucléaire, Rebecca Davis est restée parfaitement à l’écart du pouvoir despotique qui a mis la main sur ce qui était auparavant la plus puissante nation du monde. Quand la vérité lui est révélée et que Rebecca découvre que tout ce qu’on lui a appris est un mensonge, elle est déterminée à se battre pour la vie qu’elle n’a pas eu le droit de vivre.

Dans ce but, Rebecca doit traverser les frontières bien gardées et s’aventurer hors de la sûreté des Nouveaux Etats-Unis, dans les déserts stériles. C’est là qu’elle trouvera des alliés qu’elle n’aurait jamais imaginés.

Avec Rebecca, la Résistance a finalement trouvé l’arme suprême.

« On t’a donné cette vie, Rebecca, parce que tu es la seule assez forte pour la vivre. »

Une aventure pleine d’action et de frissons d’adrénaline qui vous captivera bien après avoir tourné la dernière page. [Traduction personnelle]

Mon commentaire général : Prévisible et c’est vraiment dommage…

Ma note : 5/10

La citation qui résume tout : « Je voulais vivre dans un monde où chaque voix comptait, où ma voix comptait. Je voulais vivre et aimer et avoir une famille si je le souhaitais. Je voulais marcher sous les étoiles et voyager et découvrir le peu que le monde avait encore à m’offrir. Je voulais vivre. Je voulais aimer. Je voulais me battre. » (Chap 5) [Traduction personnelle]

Mon avis (garanti sans spoiler) :

J’ai acquis The Legacy il y a longtemps et je ne l’ai pas lu tout de suite. J’ai dû l’idéaliser, n’en ayant entendu que des bons échos. Je m’attendais à un roman inoubliable, à la tension psychologique insupportable, à un duel entre une femme et son ennemi.

En fait, The Legacy, ce n’est rien de tout cela.

C’est un roman de science-fiction, sur fond apocalyptique (assez lointain), bourré d’action et de combats, qui parle aussi de manipulations génétiques. Pour l’aspect psychologique, on repassera. Pour les émotions aussi (enfin, sauf si tu apprécies les triangles amoureux et les romances impossibles).

Pour moi qui m’attendais à une sorte de huis-clos psychologique, où une femme sacrifie sa vie et son identité pour épouser son ennemi et espérer le détruire de l’intérieur, j’ai été très déçue.

C’est dommage parce que le matériel est là. Le fond post-apocalyptique est bien amené, l’hiver nucléaire, l’isolement, tout y est. Seulement, l’autrice a décidé de se détacher de cela pour n’en faire qu’un prétexte à la guerre de Rebecca contre Eric Dane, celui qu’elle a choisi d’épouser afin de le tuer. Là encore, on tient une super idée. Sauf que ce n’est pas bien exploité, ou en tout cas pas assez.

Les premiers chapitres sont pourtant passionnants. On suit Rebecca dans sa vie quotidienne, faite de mensonges, de comédie, de mission d’espionnage pour envoyer des informations à la Résistance. Et puis, on bascule soudain dans un remake de X-Men et j’ai eu l’impression de lire un récit que je connaissais déjà. D’ailleurs, j’ai pu deviner l’issue de tous les rebondissements, sans exception, parfois même avant qu’ils n’arrivent ! Par conséquent, je n’ai même pas eu d’effet de surprise.

Pour moi, ce fut long. Une succession de scènes d’action dont je connaissais déjà la conclusion, avec une héroïne type « Mary-Sue » qui sait tout faire mieux que tout le monde, et des romances inutiles.

Heureusement j’ai aimé la plume.

Tu l’auras compris : je ne lirai pas la suite de cette trilogie qui a pourtant reçu de très bonnes notes mais qui n’est visiblement pas pour moi !

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Sincèrement, à la lecture du résumé, je ne m’attendais pas à une guerre entre surhommes, et c’est finalement à ça que se résume le roman.

De plus, The Legacy n’avait pas besoin de ça. Il y avait déjà le contexte, avec ces terres laissées à l’abandon, qui sont à peine explorées (mais on rencontre quand même le zombie de service ! Que serait un roman post-apo sans son zombie ?), ces Nouveaux Etats-Unis où la liberté n’est qu’une façade, ce leader à la limite du despotisme.

L’autrice a décidé d’en faire une lutte entre le bien et le mal, les gentils mutants contre les méchants mutants, une course au nombre de dons alors qu’il y avait la possibilité d’en faire un roman d’anticipation psychologique, un récit qui fait froid aux yeux par sa véracité.

Je ne pensais pas non plus rencontrer en Rebecca la femme parfaite qui sait tout faire. Se battre, charmer, élaborer des stratégies, remettre en place un militaire haut-gradé… Elle en devient agaçante au final. On sait que quelle que soit la situation, Super Rebecca en viendra à bout.

Par contre, elle ne sait pas encore prédire l’avenir ou lever les faux-semblants, alors qu’ils sont parfaitement lisibles pour le lecteur. La fausse mort d’Aidan ? Etant donné que personne n’a récupéré le corps, ça tombait sous le sens. Tout comme celle de Reillis était annoncée par son joli discours sur l’amour. J’avais de la même façon deviné la naissance d’Alex. Et je ne parle pas non plus des pièges dans lesquels les personnages se précipitent sans réfléchir (la prison par exemple, alors qu’ils se sont fait avoir par le leurre « Jane » dix pages plus tôt…).

En résumé, je m’attendais à une lecture explosive et on peut dire que j’ai bondi, en effet, mais pas de plaisir.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Survivras-tu à la Troisième Guerre Mondiale ?

Dis-le moi en commentaire.