as dust dancesAs dust dances de Samantha Young

Editions : Create Space

446 pages

Paru le 16 Juillet 2018

Aperçu : Il était une fois, Skylar Finch était la chanteuse d’un groupe américain de pop-rock ultra-connu. Mais la célébrité la rendait malheureuse. C’est la tragédie qui a mit fin à ces années de mensonge, et Skylar a disparu de la surface de la Terre.

Dix-huit mois plus tard, elle dort dans une tente dans un cimetière de Glasgow, gagnant juste assez d’argent pour manger en chantant dans la rue. Elle a réussi à ne pas se faire reconnaître, mais pas à ne pas attirer l’attention d’un des cadres d’un label musical, jeune et ambitieux.

Killian O’Dea travaille chez Skyscraper Records, le label le plus prospère d’Ecosse. Elevé par son oncle qui possède le label, son enfance aurait complètement dépourvue d’affection s’il n’avait pas eu sa sœur. Killian est entièrement déterminé à rapporter au label plus de succès qu’il n’en a jamais connu, et la jeune SDF qui chante sur Buchanan Street va l’aider à y arriver. Sa musique lui parle d’une façon qu’il refuse d’analyser en profondeur. Tout ce qu’il sait, c’est que si elle arrive à toucher son âme ténébreuse, elle enflammera le cœur du reste du monde.

Skylar lui fait clairement comprendre qu’elle ne veut pas signer avec lui. Mais quand elle fait face à la dangereuse réalité d’une femme qui dort dans la rue, Skylar n’a que Killian vers qui se tourner. Une connexion indéniable nait entre eux mais Skylar ne veut pas de la carrière que Killian veut lui construire. Quand le passé de la jeune femme revient la hanter, Killian va se trouver face à une décision qui pourrait le détruire. Il devra soit libérer Skylar de ses machinations égoïstes et anéantir tout ce pour quoi il a travaillé, ou perdre la femme qui est parvenue à signifier pour lui plus que ce qu’il croyait possible… [traduction personnelle]

Mon commentaire général : Musique et Ecosse font bon ménage !

Ma note : 7/10

La citation qui résume tout : « Vous commenciez avec une âme pure, entière, et la vie lui donnait des coups. Elle la calcinait, la meurtrissait, et parfois la réduisait même en poussière. Mais il y avait toujours moyen de s’y accrocher et même de réparer les morceaux de nouvelles façons. D’ajouter des rustines de lumière à une contusion d’ombre, de recoudre une fissure avec un petit fil de joie. » (Chap. 28) [traduction personnelle]

Mon avis (garanti sans spoiler) :

C’est avec ce roman, acquis un peu par hasard, que je découvre la plume de Samantha Young dont j’avais déjà repéré la série Dublin Street sans trouver encore le temps de la lire.

Et je dois avouer que j’ai beaucoup aimé sa façon d’écrire, de nous plonger dans l’ambiance écossaise (que j’adore, même si je ne connais – pas encore ! – Glasgow), et de faire se dévoiler ses personnages, avec leurs qualités et leurs failles, profondément humains en tout cas.

As dust dances est le deuxième volet de la série Play On, et je n’ai pas lu le premier tome. Pourtant, cela ne m’a pas du tout dérangée dans ma lecture, je n’ai jamais eu l’impression de louper des bouts d’histoire, car ce roman est focalisé sur des personnages complètement différents.

C’est avant tout l’histoire de Skylar. La jeune femme a été célèbre, dans une autre vie, avant de tout perdre. Alors elle a disparu du radar, est partie seule avec son sac sur le dos, et a terminé à Glasgow, mendiant dans les rues pour survivre. Sa musique est tout ce qui lui reste, mais elle ne veut plus affronter les revers de la célébrité. Pourtant, sa seule porte de sortie va se matérialiser en Killian O’Dea, un jeune et très ambitieux cadre d’un label musical qui vient la voir chanter dans la rue. Quand elle se fait agresser, Skylar n’a pas d’autre choix qu’appeler Killian qui lui offre un choix douloureux : signer un contrat d’un album avec son label ou repartir dans la rue…

Pour moi, ce roman peut être décomposé en deux parties, assez inégales.

Dans la première, on découvre le quotidien très dur – et très bien écrit – de Skylar dans la rue, ses réticences à s’engager avec une industrie qui lui a déjà tout pris, le processus de création musicale (et j’aurais vraiment aimer pouvoir écouter ses chansons car les paroles sont très touchantes), l’animosité entre Skylar et Killian du fait du chantage qu’a osé le jeune homme, contrebalancé par l’attirance qu’ils éprouvent l’un pour l’autre.

Et puis ils finissent par succomber à leur désir… et la seconde moitié n’est qu’une succession de scènes de sexe et de péripéties téléphonées qui gâchent tout l’effet de la première partie. J’ai sincèrement cru au coup de cœur en début de lecture, j’ai été vraiment touchée par ce récit, jusqu’à ce que les choses deviennent trop faciles.

Néanmoins, j’ai vraiment apprécié la plume, et je vais faire remonter rapidement la série Dublin Street dans mes priorités car une jolie histoire en Ecosse ne peut que me plaire !

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Quand j’ai commencé mon ebook, je croyais lire une histoire sympa dans l’univers musical, de plus en Ecosse, et comme j’aime l’un et l’autre, je pensais passer un bon moment. Or j’ai été complètement embarquée par ce récit, très dur au départ, puisque Skylar est dans la rue, qu’elle se bat pour survivre sans rien, et on se doute que cela finira mal. Quand Killian apparait, il n’est pas vraiment sympathique, lui reproche son statut et finit par être son seul soutien quand elle se fait agresser.

J’ai aussi beaucoup aimé les moments passés dans l’appartement à composer. Pour moi qui aime aussi les relations torturées, j’ai été comblée. Skylar et Killian se plaisent, pourtant les difficultés sont importantes sur leur chemin. Ils sont tout d’abord liés par un contrat professionnel. Et puis Killian a clairement usé de chantage pour obliger Skylar à signer avec son label, ce qui crée forcément du ressentiment.

Ainsi, quand ils ont fini par craquer après la soirée au King’s Tut (haut lieu de la musique à Glasgow, qui donne une touche d’authenticité au récit), j’ai cru qu’ils allaient s’arrêter là, avec peut-être quelques scènes de passion supplémentaires parce qu’ils ne pouvaient pas s’en empêcher, mais en tout cas, qu’ils allaient s’en tenir à leur relation précédente, ce qui aurait apporté une tension appréciable au récit. Malheureusement, ils s’engagent dans une liaison secrète, qui ne peut que créer de la frustration, de la jalousie mal placée et des malentendus parfaitement prévisibles. Tout comme l’issue du séjour des anciens Tellurian était visible à des kilomètres à la ronde… C’est vraiment dommage que l’autrice ait cédé à la facilité dans cette seconde moitié de roman car le début était vraiment parfait.

Pourtant, je décèle chez cette autrice une capacité à me toucher, que j’espère bien explorer avec d’autres publications.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  As-tu déjà visité la scène musicale de Glasgow ?

Dis-le moi en commentaire.