level upLevel up : Les geeks aussi ont droit à l’amour de Cathy Yardley

Editions : PKJ collection Jeunes adultes

240 pages

Paru le 17 Janvier 2019

Aperçu : Les geeks aussi ont droit à l'amour !

Le rêve de Tessa est de travailler à la création de jeux vidéo mais, très introvertie, elle peine à se faire une place dans ce monde dominé par les hommes. Une opportunité se présente pourtant : elle a trois semaines pour créer un jeu s'inspirant de sa série préférée. Or, impossible d'y arriver seule ! Elle demande alors de l'aide à son coloc, le très intimidant Adam...

Quand un rapprochement s'opère entre eux, leur cohabitation et leur rivalité professionnelle deviennent un vrai challenge. Parviendront-ils à atteindre le niveau supérieur ?

Mon commentaire général : En tant que geekette, j’aime beaucoup !

Ma note : 9/10

La citation qui résume tout : « Peut-être que tu devrais te concentrer sur les gens, pas seulement sur la programmation. » (p.14)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Je n’ai que très peu entendu parler de Level up à sa sortie et ce sont les commentaires très positifs des autres blogueur.euses qui m’ont donné envie de m’y intéresser de plus près. Il faut dire aussi que la couverture, dessin peu conventionnel pour un livre New Adult, fait très jeunesse et même si elle illustre plutôt bien le propos (on comprend tout de suite qu’on à affaire à des geeks), elle ne m’a pas vraiment attirée.

Level up est donc un roman qui gagne à être lu.

Pour moi, ça aura été l’affaire d’une soirée : la plume est fluide, ça se lit tout seul, et j’ai adoré l’univers qui parlera à tous les geeks. Les personnages travaillent pour la plupart dans une entreprise de création de jeux vidéo, ils passent leur temps à y jouer ou à en parler ou bien à regarder des séries sur Netflix. J’ai de plus adoré plonger dans la création des jeux proprement dite, le développement de l’idée en jeu, même si je trouve que l’autrice n’a pas assez détaillé cet aspect. Comme le roman est assez court, on aurait sans problème pu développer davantage ces étapes qui sont finalement survolées.

L’autre point intéressant, c’est que le thème principal est la place des femmes dans cet univers très masculin des jeux vidéo. Tessa, l’héroïne, est une codeuse très douée mais on ne lui a jamais donné sa chance, peut-être parce qu’elle est une femme. Alors quand un job de codeur se libère, elle doit faire son maximum pour prouver ses capacités, non seulement en tant que codeuse, mais aussi en tant que membre d’une équipe. Je trouve que cette notion est très bien exposée : étant une femme, Tessa doit faire plus d’efforts, professionnellement ou socialement, pour s’intégrer dans la team des codeurs.

J’ai aussi beaucoup apprécié les personnages secondaires, même si les garçons m’ont paru un peu cliché et que les filles n’étaient pas assez développées. Encore une fois, je crois qu’il manque une centaine de pages à ce roman.

En fait, mon seul problème avec ce roman, c’est la romance, qui m’a semblée tirée par les cheveux. Tessa est la locataire d’Adam depuis un an, mais il faudra attendre que Tessa ait besoin de l’aide de son logeur pour le jeu vidéo et que les amis de celui-ci le défient de se trouver une copine pour qu’ils remarquent qu’ils se plaisent… ça parait tout simplement sortir de nulle part

Malgré cela, j’ai tout de même passé un très bon (et trop court !) moment de lecture avec Level up, qui aborde le sujet peu exploité de la place des femmes dans l’univers de la pop culture. Sache qu’un tome compagnon est paru en numérique (Hooked) et que d’autres sont disponibles en VO, qui se focalisent sur les personnages secondaires.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

En fait, j’ai aussi un autre problème avec ce roman. C’est le sujet des femmes et de leur carrière.

Sur ce point, Tessa et Casey s’opposent. Casey n’a pas hésité à tout quitter, et surtout Adam, pour poursuivre une carrière de journaliste à New York. En cela, elle est très décriée dans tout le livre. Présentée comme opportuniste, briseuse de cœur, pour finalement se faire virer et revenir la queue entre les jambes vers Adam, qu’elle n’aurait jamais dû quitter au départ…

Tessa réagit à l’inverse. Quand on lui propose un job en Californie, elle le refuse. On ne saura pas bien si c’est parce qu’elle a senti l’arnaque du poste en question ou parce qu’elle refusait de partir loin de Seattle, et donc d’Adam et de ses amies nouvellement trouvées. Il est tout à fait compréhensible qu’une jeune femme, présentée comme introvertie et timide au début du roman – bien que ça change très rapidement – refuse de s’éloigner d’un lieu où elle se sent bien. Je trouve juste dommageable qu’on oppose cette notion de faire carrière, surtout pour une femme, à celle du bonheur. De plus, cette idée est un peu en contradiction avec le message féministe du roman…

On peut privilégier sa carrière et être tout à fait heureuse, tout comme on peut privilégier une relation amoureuse. En fait, à chacun sa façon d’atteindre le bonheur, pourquoi les opposer ?

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Aimes-tu les jeux vidéo ?

Dis-le moi en commentaire.

Acheter ce livre en soutenant le blog et les libraires indépendants* :

 

les libraires

amazon

 

* lien affiliés (en savoir plus)