le monde de charlieLe monde de Charlie de Stephen Chbosky

Editions : Le livre de poche

288 pages

Paru le 2 Septembre 2015

Aperçu : Au lycée, où il vient d'entrer, on trouve Charlie bizarre. Trop sensible, pas "raccord". Pour son prof de Lettres, c'est sans doute un prodige ; pour les autres c'est juste un "freak". En attendant, il reste en marge, jusqu'au jour où deux terminales, Patrick et la jolie Sam, le prennent sous leur aile. La musique, le sexe, les fêtes : le voilà entré dans la danse...et tout s'accélère.

 

 

 

 

 

Mon commentaire général : c’est moi qui ne suis pas raccord…

Ma note : 5/10

La citation qui résume tout : « Je ne sais pas si ça t’es déjà arrivé de te sentir comme ça. De vouloir dormir pendant mille ans. Ou juste de pas vouloir exister. Ou de pas te rendre compte que tu existes. » (p.113)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Le monde de Charlie, aussi publié sous le titre Pas raccord, est sorti sous sa première édition en 1999. Vingt ans après, ce roman est toujours considéré comme un livre culte, un coup de cœur pour des millions d’adolescents à travers le monde.

Si j’en doutais encore, je ne suis plus une adolescente… C’est peut-être pour cela que je n’ai pas vraiment apprécié ce roman.

J’ai tout de même aimé la narration, très originale, puisque c’est un roman épistolaire : Charlie, 15 ans, envoie des lettres dans lesquelles il raconte sa vie à un mystérieux destinataire. Le jeune homme est à l’écart, un peu bizarre, il n’a pas d’amis, et pourtant il va vivre son année de troisième en compagnie de deux terminales qui l’ont pris sous son aile, ce qui sera synonyme pour lui de sexe, drogue, alcool et rock and roll

A part ça, je n’ai pas réussi à m’attacher à Charlie, qui écrit de façon très distanciée, et c’était donc impossible pour moi de ressentir de l’empathie pour lui. Au-delà du message qu’il faut se droguer et boire pour être cool, le récit aborde plein de sujets graves, comme l’homosexualité, le viol, les abus en tout genre, mais tout cela reste très superficiel : on en parle une fois, et on n’en reparle plus jamais, comme si ce n’était rien.

Charlie est de plus un personnage assez complexe, à la fois très naïf et très intelligent, et la seule explication proposée pour justifier sa « différence » n’est pas très convaincante.

Au final, j’ai eu l’impression d’un beau fouillis, dans lequel l’auteur a voulu aborder tous les sujets, mais sans les traiter vraiment, car comment parler en profondeur de tout cela en moins de trois cent pages ?

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

J’ai déjà lu des romans dont les protagonistes souffraient de troubles mentaux plus ou moins incapacitants, et j’ai globalement apprécié d’entrer dans un esprit qui raisonne de manière différente, pour comprendre quelles sont les limites, les codes de ces personnes.

Avec Charlie, c’est plus compliqué, peut-être parce qu’aucun diagnostic n’est posé sur lui. On pourrait croire qu’il souffre de troubles autistiques, d’un syndrome d’Asperger peut-être, mais cela n’est jamais dit. Or si je ne renie pas le mal que peuvent causer des agressions sexuelles répétées dans la petite enfance, je ne pense pas que cela explique le décalage que vit Charlie. Il est beaucoup trop naïf pour un garçon de 15 ans, et à la fois formidablement intelligent. Il ne possède pas les codes de la société. Il est assez monomaniaque dans ces passions, capable de relire plusieurs fois d’affilée un même livre. Tout cela est assez symptomatique.

J’ai aussi été gênée par la promulgation que fait le roman de la drogue et de l’alcool. Charlie devient fréquentable, cool, à partir du moment où il suit Sam et Patrick dans des fêtes où tout le monde abuse de substances illicites. On s’amuse de l’avoir drogué sans son accord. Charlie se met à fumer. Je ne suis pas sûre que ce soit le bon exemple à proposer aux adolescents.

Je ne suis probablement qu’une vieille réac’, bien loin de mon adolescence, et de fait, je ne suis clairement pas le public cible de ce roman, ce qui explique peut-être pourquoi c’est moi qui me suis sentie « pas raccord » avec Le monde de Charlie, bien loin de mon monde à moi.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Veux-tu faire la connaissance de Charlie ?

Dis-le moi en commentaire.