out-of-controlOut of control de David Lubar

Editions : Bayard

396 pages

Paru le 12 Juin 2019

Aperçu : Comment survivre au lycée ?

« Cliff, c’est mon prénom. Mais cela n’exclut pas les résonances métaphoriques. Il se trouve que mon prénom colle très bien avec cette histoire.

Mais oui : cliff ça veut dire la « falaise » en anglais, et ça t’évoque le vide, l’à-pic, le bord, le danger.

Voilà, tu y es. Je m’appelle Cliff. Cliff Sparks. Je suis au bord. À la limite. En équilibre. »

Il ne reste qu’une seule et courte année de lycée à Cliff pour trouver une petite amie, et pour… « devenir un homme ». Problème : il n’a jamais été doué avec les filles. Pire, ses dernières (très rares) tentatives d’approche de la gent féminine ont tourné à la catastrophe.

Cliff doit aussi trouver ce qu’il peut faire du reste de sa vie, mais ses perspectives sont très réduites. Car depuis que son père est au chômage, plus question d’aller à l’université, trop coûteuse. Et le lycéen n’a aucun doute : à la seconde où il sera majeur, on le mettra à la porte de la maison familiale.

Entre ses envies d’avenir et le monde sans pitié des adultes, difficile de suivre sa propre voie…

Mon commentaire général : original !

Ma note : 7/10

La citation qui résume tout : « Je vais te happer dans la spirale de mon récit. » (p.12)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Out of control est un roman assez original. Tout d’abord le protagoniste est un adolescent, Cliff, également notre narrateur, ce qui est plutôt rare en Young Adult. Un garçon décrit par un auteur, cela peut laisser envisager une bonne dose de réalisme.

Cliff nous raconte ici (en s’adressant directement au lecteur car nous lisons le roman qu’il dit écrire dans le premier chapitre. Il y a donc de fréquentes mentions à son public.) son année de terminale, entre choix d’orientation (limités car Cliff ne sait pas quoi faire de sa vie et n’a pas d’argent), recherche d’une petite amie (il a une expérience très limitée avec les filles) et gestion de ses parents (son père est au chômage et sa mère s’échine au travail). Le jeune homme n’est de plus pas très doué socialement, mais est plutôt talentueux dans les matières artistiques. C’est donc un adolescent banal, pas vraiment populaire, qui veut juste trouver sa place dans le monde.

La plume est très moderne, avec beaucoup de jeux de mots et une écriture qui reflète parfaitement l’état d’esprit du narrateur. Parfois les mots s’embrouillent quand il est confus, ce qui donne vraiment l’impression qu’il s’adresse à son lectorat.

Par contre, si j’ai aimé le début assez percutant et la narration atypique, j’ai eu du mal à comprendre où on voulait m’emmener. Il n’y a pas vraiment d’intrigue, pas d’enjeu autre qu’aller au bout de cette année de lycée, ce qui laisse une sensation de « vide ». Il faut un peu de matière pour faire un roman.

J’ai aussi eu des difficultés à m’attacher à Cliff. C’est un garçon assez secret, et comme il ne révèle pas tout au lecteur, je n’ai pas vraiment éprouvé d’empathie pour lui. Cela fait partie de l’intérêt du roman, pour conserver un plot twist final, mais quelque part, il m’a manqué quelque chose auquel me raccrocher pour aimer ce personnage.

C’est donc un roman qui se lit bien (une journée seulement pour moi), sur le quotidien d’un adolescent, sur ses pensées les plus intimes, que j’ai apprécié, sans plus.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Sans savoir la violence qu’il endure, Cliff est juste un type un peu bizarre, qui ne sait pas ce qu’il veut faire dans la vie, à part perdre sa virginité le plus rapidement possible, bien entendu.

Je ne sais pas si les adolescents pensent aussi souvent au sexe que Cliff, mais si c’est le cas, je préfère l’ignorer. J’ai par contre trouvé la romance carrément capillotractée. Patricia préfère ouvertement refuser un super concert que d’être vue avec Cliff, mais la plus belle fille de l’école, nouvelle certes donc pas encore au fait des mœurs du lycée, n’hésite pas une seconde à sortir avec lui. C’est peut-être parce qu’elle traîne quelques casseroles. Et je préfère éviter de commenter la scène où elle lui propose de coucher directement parce qu’il ne pense visiblement qu’à ça et qu’elle veut construire une vraie relation… Passons…

Le problème, c’est que son statut d’enfant battu explique son comportement. Inadapté socialement (peut-être plus que Jimby, pourtant déclaré retardé mental), capable d’encaisser les coups, acceptant sans broncher les souhaits délirants de son père… Tout cela peut être considéré comme de la passivité ou de la faiblesse de la part du lecteur, n’engendrant pas de sympathie, alors que tout s’explique à la fin. Malheureusement, la révélation est arrivée un peu tard pour moi. Je n’avais pas deviné (les allusions n’étaient pas si claires que ça) et si j’aime être surprise, je pense que savoir plus tôt aurait pu réviser mon jugement sur Cliff.

Bref, j’ai un peu l’impression d’être passée à côté de ce roman, probablement parce que mon adolescence est loin derrière moi et que j’attends davantage de maturité des personnages. Je reste pourtant persuadée que ce livre pourra plaire à un grand nombre de lecteurs, grâce à sa narration et à la bonne dose d’autodérision qu’il contient.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Veux-tu faire la connaissance de Cliff?

Dis-le moi en commentaire.