mes-meilleurs-vacances-ratéesMes meilleures vacances ratées de Morgan Matson

Editions : Milan

424 pages

Paru le 15 Mai 2019

Aperçu : Andie avait planifié un été parfait. Mais tous ses projets sont contrariés, et elle doit improviser en prenant un job d’été, au risque de bouleverser sa vie entière. Parce que la vie, c’est justement ce qui arrive quand on ne s’y attend pas.

Comme à son habitude, Andie a tout prévu dans les moindres détails. Son avenir ? Une école de médecine de haut niveau. Sa famille ? Éviter son père autant que possible (ce qui n’est pas si difficile étant donné qu’il est membre du Congrès et qu’il n’est jamais là). Ses amis ? Palmer, Bri et Toby – les plus géniaux du monde, qui aurait besoin de quelqu’un d’autre ? Les garçons ? Aucun ne mérite qu’on s’y attache plus de trois semaines. Mais c’était avant qu’un scandale politique éclabousse son père. Avant d’avoir à promener un nombre incalculable de chiens. Avant Clark et ces quelques mois qui pourraient bien changer sa vie. Parce que la vie, c’est précisément ce qui arrive quand on ne s’y attend pas.

Mon commentaire général : un roman d'été qui conviendra aux adolescents

Ma note : 6/10

La citation qui résume tout : « Pour la première fois de ta vie, cet été, tu n’as rien planifié justement. Tu te contentes de profiter de l’instant présent.» (p. 303)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Dans la catégorie des romans d’été, Mes meilleures vacances ratées est une lecture sans prise de tête, bien écrite, qui plaira sans doute au public adolescent qu’il vise.

Pour moi qui ne suis plus adolescente depuis longtemps, j’ai eu un peu plus de mal avec ce livre.

Mes meilleures vacances ratées raconte l’été d’Andie qui devait prendre des cours dans une prestigieuse école de médecine mais qui est recalée à cause d’un scandale qui éclabousse son père, membre du Congrès. Elle trouve un peu par hasard un job de promeneuse de chiens et fait ainsi la connaissance d’un charmant mais mystérieux jeune homme. Et si cet été était celui de la maturité ? Et si Andie tombait amoureuse et se rapprochait de son père ? Et si son groupe d’amies quittait aussi l’enfance ?

Mon souci avec ce roman, c’est que je me suis un peu ennuyée. Les péripéties sont assez convenues, on devine facilement ce qui va se passer, et les personnages, à part Clark, ne sont pas vraiment attachants. A vrai dire, j’ai trouvé Andie plutôt agaçante, voire égoïste, et je ne connais pas bien ses amies, qu’on aperçoit qu’à partir de la vision (parfois faussée) que s’en fait Andie. Du coup, difficile d’éprouver de l’empathie pour les uns ou les autres. C’est un livre assez long, plus de 400 pages, pour une histoire somme toute assez simple, dans laquelle je ne me suis pas reconnue.

En même temps, je ne suis clairement pas le cœur de cible. C’est un roman qui s’adresse clairement à la tranche d’âge des personnages pour le côté découverte de la maturité et des inconvénients de quitter le monde de l’enfance. Il est peut-être difficile pour moi de le juger à sa juste valeur, même si j’aime lire des romans young adult.

Il faut donc laisser sa chance à Mes meilleures vacances ratées, qui n’est pas mauvais du tout, mais juste pas pour moi.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Qu’est-ce qu’Andie est agaçante !

Habituée à obtenir tout ce qu’elle veut, elle pense que tout tourne autour d’elle. Son premier rendez-vous avec Clark en est assez symptomatique : elle n’accepte qu’un plan superficiel qui ne l’oblige pas à s’investir, mais à se donner en spectacle, comme elle a toujours appris à le faire.

Et même si sa relation avec le jeune écrivain, qui est lui touchant de par sa sensibilité à fleur de peau, lui permet de s’ouvrir davantage, elle n’en retient finalement pas les leçons car à la fin, elle repart directement dans ses travers. D’une part, elle rompt avec Clark pour ne pas gérer une difficulté qui n’existe que dans sa tête (le départ de Clark alors qu’il a envisagé de rester et qu’il suffisait d’aborder le sujet pour s’en convaincre). Puis elle fait imploser son groupe d’amies en mentant pour ne pas bousculer ses habitudes à quatre (et finit par se retrouver seule). De même, la seule raison pour laquelle elle refuse que son père s’engage à nouveau en politique, c’est pour qu’il reste près d’elle

En fait, Andie ne se demande jamais ce que veulent les autres, mais dirige tout pour que tout aille dans le sens qui l’arrange (et qui se produit à la fin). Au final, je ne sais pas si c’est vraiment un happy end. Son père quitte son job, Clark emménage dans le coin, ses amies se revoient sans grande conviction.

Je crois que j’aurais été plus touchée par l’histoire de Bri et Toby, tellement amies qu’elles en sont devenues fusionnelles et en ont oublié qui elles étaient. Voilà un récit qui aurait pu amener à des réflexions sur la quête d’identité ou la nécessité de faire ses propres choix.

Alors que l’histoire d’Andie est pour moi un condensé de superficialité et d’égoïsme, Andie ne pensant que pour et par son propre prisme.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Te verrais-tu en promeneur de chiens ?

Dis-le moi en commentaire.