catwomanCatwoman : Soulstealer de Sarah J. Maas

Editions : bayard

499 pages

Paru le 13 Mars 2019

Aperçu : A bientôt dix-huit ans, Selina Kyle vit dans les bas-fonds de Gotham City avec sa sœur gravement malade. Condamnée à rejoindre un gang pour survivre, elle enchaîne les délits jusqu’au jour où elle est recrutée par la mystérieuse et criminelle Ligue des Assassins. Après deux ans d’entraînement, Selina revient à Gotham sous la fausse identité d’une riche héritière. Elle se fait désormais appeler Catwoman. Avec l’aide de Poison Ivy et Harley Quinn, elle est bien décidée à semer le chaos dans la ville. Et ce n’est pas Batwing, son ennemi juré, qui l’en empêchera.

 

 

 

 

 

Mon commentaire général : Le chat sort les griffes !

Ma note : 7/10

La citation qui résume tout : « Les paroles d’une dame, les actes d’un voyou. » (p.238)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Sarah J. Maas est une autrice que j’aime beaucoup, notamment pour sa capacité à imaginer des personnages avec beaucoup d’aspérités, du relief qui les rend presque palpables. C’est pourquoi j’avais vraiment envie de découvrir sa façon de voir Catwoman, une des superhéroïnes que j’aime le plus.

Encore une fois la plume de l’autrice est très fluide, très agréable, et c’est avec beaucoup de plaisir que je me suis immergée à Gotham City, dans ses bas-fonds puis son élite. On suit en effet le parcours de Selina Kyle, ancienne championne de gymnastique qui élève seule sa petite sœur atteinte de mucoviscidose. Pour gagner de l’argent, Selina participe à des combats illégaux et des cambriolages avec le gang des Léopards. Pourtant, elle est un jour rattrapée par la police et n’a comme échappatoire qu’accepter l’offre d’une mystérieuse bienfaitrice qui souhaite la recruter pour une « école » à l’étranger. En fait, Selina vient d’intégrer la Ligue des Assassins. Deux ans plus tard, c’est sous une fausse identité que la jeune femme retrouve Gotham City, riche comme Crésus, des talents d’Assassins en prime. Celle qui endosse le costume noir de Catwoman la nuit pour perpétrer ses cambriolages de haut-vol, avec ses complices Poison Ivy et Harley Quinn, a non seulement la Ligue à ses trousses, mais aussi Batwing, le justicier de la ville. Mais que cache vraiment sa détermination à semer le chaos dans Gotham ?

C’est sous un angle novateur que Sarah J.Maas a choisi d’aborder le personnage archi-connu de Catwoman, et c’est tant mieux ! On découvre une jeune fille volontaire, un peu perdue mais très responsable, obligée de tremper dans la violence pour survivre. Et même en tant que membre de la Ligue, elle conserve une sensibilité tout à fait appréciable. Poison Ivy et Harley Quinn ont elles aussi bénéficié de ce traitement de faveur, ce qui en fait des personnages très complets, tout en nuances. Il n’y a que Batwing que j’ai trouvé un peu lisse face à ces demoiselles qui lui volent de loin la vedette.

J’ai globalement bien aimé ce roman, malgré un grand nombre de longueurs vers le milieu. Les filles enchainent les cambriolages, toujours plus risqués, à l’enjeu toujours plus important, mais au bout du troisième j’ai commencé à m’ennuyer. J’avais compris l’idée et j’attendais de comprendre quel était le but de tout cela… En fait, tout se dévoile sur la fin, avec une bonne montagne d’émotions, et j’ai refermé le roman avec le cœur tout serré, contente d’avoir passé ce moment à Gotham City.

Bon à savoir : ce roman s’inscrit d’ailleurs dans une série de quatre romans, reprenant chacun le destin d’un superhéros (de Wonder Woman à Batwan ou Superman), mais écrit par un auteur jeunesse réputé différent. Je trouve ce concept ultra-original et j’ai d’ailleurs craqué pour Wonder Woman (écrit par Leigh Bardugo, que j’adore). Mon périple aux côtés des superhéros est donc loin de s’achever ici !

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

En ce moment, j’enchaîne les romans qui font la part belle aux personnages féminins et clairement, dans Catwoman, les femmes sont celles qui mènent le jeu.

De Batwing au GCPD, tous sont dépassés par la témérité et la dextérité de ces trois demoiselles que rien ne semble pouvoir arrêter. Pourtant, même si elles sont ancrées dans un cycle de violence, elles conservent quand même leur sensibilité, ce qui les distingue clairement des tueuses sanguinaires de la Ligue. D’ailleurs c’est parce qu’elle a conservé sa part d’humanité que Selina n’a pas réussi à s’intégrer complètement à l’organisation.

C’est son amour pour Maggie qui la motive et donne un sens à sa vie, tout en donnant de la profondeur au personnage. En tant que lecteur, on ne peut s’empêcher de se demander ce qu’on ferait à sa place, si on avait accès à un moyen de guérir la personne qu’on aime le plus au monde. Serait-on capable de mettre une ville à feu et à sang ?

J’ai aussi beaucoup apprécié la façon dont l’autrice a intégré les deux romances dans le récit, sans en faire trop, mais sans les oublier pour autant. L’amour d’Ivy pour Harley est touchant, parce que presque à sens unique, Harley paraissant conditionnée par le Joker (dont la maigre apparition n’a pas eu l’effet qu’a eu le même personnage dans The Dark Knight, un de mes films de superhéros préféré). De même, le couple Holly/Luke ou Catwoman/Batwing fait un peu figure de Roméo et Juliette des temps modernes : opposés dans la vie, ils sont tout de même attirés l’un par l’autre, jusqu’à ce qu’un but plus grand ne les rassemble.

Voilà une façon de re-découvrir les superhéros à laquelle je ne m’attendais pas et qui est très agréable. J’avoue que parmi ceux qui ont été choisis dans la série, j’aurais bien aimé retrouver le Joker, pour moi le personnage le plus intéressant, parce que le plus complexe, mais j’aurais quand même beaucoup de plaisir à me plonger dans la jeunesse de Wonder Woman !

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ? Feras-tu tes armes à Gotham City ?

Dis-le moi en commentaire.