long way downLong way down de Jason Reynolds

Editions : Milan

320 pages

Paru le 3 avril 2019

Aperçu : SOIXANTE SECONDES.

SEPT ÉTAGES.

TROIS LOIS.

Quand quelqu'un est tué dans le quartier de Will, il faut respecter les trois Lois :

1) Ne pas pleurer.

2) Ne pas balancer.

3) Se venger.

Et Shawn, le frère de Will, vient d'être assassiné.

 

 

Mon commentaire général : Vertigineux !

Ma note : 8/10

La citation qui résume tout : « La haine dans le quartier se transmet comme un t-shirt de marque.» (p. 33)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Auréolé de plusieurs prix littéraires, l’ovni Long way down arrive enfin en France. Pour le traduire, la maison d’édition a fait appel au slammeur Insa Sané, afin de transcrire au mieux la poésie du texte original. En effet, la grande originalité du récit est son écriture intégrale en vers. J’avoue que je ne suis pas très fan de poésie mais curieuse de découvrir ce roman qui a tant fait parler de lui, j’ai tenté l’aventure. Tant mieux pour moi.

C’est la force de ces mots choisis avec soin, arrangés en courts poèmes, qui est ici percutante parce que Jason Reynolds (et Insa Sané) parvient à introduire de la poésie dans le drame et la violence. L’histoire est celle de Will qui vient de perdre son frère, exécuté en pleine rue pour être juste allé dans le quartier ennemi du sien. Or dans leur univers, on vit sous la règle du « œil pour œil » : l’honneur veut que Will reste fort mais venge son frère. Pensant savoir qui a tué Shawn, Will emprunte l’arme de son grand-frère décédé et se dirige vers celui qu’il pense coupable. Sauf que ses fantômes le rattrapent dans l’ascenseur, mettant à mal sa conscience déjà bien ébranlée…

Long way down, comme son nom l’indique, est donc le récit de la descente en ascenseur de Will, sept étages pendant lesquels il réfléchit à son passé, à son présent et à ce que pourrait être son futur. C’est un peu une descente aux Enfers, un récit initiatique qui raconte la violence dans les quartiers, la mainmise des gangs et le courage des personnes qui essaient juste de survivre.

C’est aussi plein d’émotions brutes, de l’amour familial au deuil, d’interrogations sur les traditions, de remise en question de la vengeance. Durant la descente de ces sept étages, on prend un cours de sagesse.

Je regrette juste un manque de réalisme sur la fin, très ouverte, alors que le reste est clairement imprégné du vécu de l’auteur.

Pourtant, Long way down est un roman marquant, de ceux qu’on ne peut oublier.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

J’ai été très touchée par Will, perdu après la mort de son grand-frère et qui croit que la vengeance lui apportera la paix, en reportant le chagrin vers quelqu’un d’autre.

Pourtant, se venger ne ramènera pas Shawn et c’est ce qu’il va finir par comprendre lors de cette descente en ascenseur.

En revivant le destin de son père, son oncle et son amie d’enfance, on se rend compte que la violence appelle la violence, une mort en entraîne d’autres et que c’est sans fin. C’est dans les mains de Will que réside le pouvoir de briser cette chaîne du malheur.

C’est pourquoi j’ai été un peu déçue par cette fin si ouverte, qu’on ne sait finalement pas vraiment ce qu’à décidé Will. J’aurais aimé un poème final plus déterminant, plus chargé d’émotions, ayant valeur d’exemple pour les jeunes qui liront ce roman et qui pourraient être eux aussi tentés par la voie de la violence.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Monteras-tu à bord de l’ascenseur avec Will?

Dis-le moi en commentaire.