je peux très bien me passer de toiJe peux très bien me passer de toi de Marie Vareille

Editions : Charleston

339 pages

Paru le 8 Juin 2015

Aperçu : Chloé et Constance sont bonnes copines, bien qu’elles n’aient en commun que leurs vies sentimentales catastrophiques. Un soir, les deux jeunes femmes décident de prendre leur vie en main en concluant un pacte. Chloé, séductrice dans l’âme et Parisienne jusqu’au bout des ongles, devra s’exiler en pleine campagne avec l'interdiction d’approcher un homme pendant six mois. Constance, incorrigible romantique, s’engagera à coucher le premier soir avec un parfait inconnu. Des vignobles du Sauternais à Londres en passant par Paris, cet étrange pacte entraînera les deux amies bien plus loin que prévu…

 

 

 

 

 

Mon commentaire général : De la chick-lit comme on l’aime !

Ma note : 7/10

La citation qui résume tout : « Il faut qu’on se mette un bon coup de pied aux fesses toutes les deux. On devrait s’auto-motiver pour faire ce qu’on a à faire, au lieu de parler dans le vide. » (p. 61)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Je découvre la plume de Marie Vareille, autrice touche-à-tout, avec Je peux très bien me passer de toi et je comprends maintenant pourquoi ses lecteurs la suivent volontiers d’un style à l’autre.

C’est une plume fraiche et drôle, très agréable, ce qui rend la lecture très aisée. D’ailleurs j’ai lu ce roman d’une traite !

Je peux très bien me passer de toi est l’histoire de Chloé et Constance, deux amies qui se sont rencontrées dans un club de lecture. Même si elles sont amies, les jeunes femmes sont à l’opposé l’une de l’autre. Chloé est très sophistiquée, ne passe jamais une soirée seule et entretient une relation plus qu’ambigüe avec son ex et patron. Constance est romantique, maladroite et rêve du grand amour en regardant les adaptations de Jane Austen. Pour remédier à leurs situations sentimentales dramatiques, les copines se prennent en main. Chloé part s’isoler dans la famille de Constance, au beau milieu des vignobles, où elle doit fuir les hommes, terminer le roman qu’elle rêve d’écrire et prendre soin de sa grand-mère. Constance prend des cours de séduction et entreprend une transformation physique et professionnelle. Or l’amour ne réside jamais là où on l’attend

Outre la romance, il est surtout question de reprendre sa vie en main, de se sortir des impasses sentimentales ou professionnelles dans lesquelles on peut s’engluer. Sans jamais pointer du doigt, Marie Vareille met ses personnages face à leurs contradictions et les laisse faire leur chemin, parfois dans la douleur, pour atteindre leur idéal.

Si j’ai globalement aimé, je regrette toutefois une disproportion entre Chloé et Constance. On peut être romantique sans être gourde pour autant, et Constance m’a surtout fait penser à Bridget Jones pour son côté empotée. C’est sûr que sa vie nous prête à sourire mais elle passe souvent pour une idiote, que ce soit dans sa vie personnelle ou professionnelle, alors qu’elle a pourtant de la suite dans les idées… Pour moi qui ne suis pas une grande fan de Chloé, j’aurais préféré plus de Constance.

C’est tout de même un roman agréable, à lire quand on cherche une lecture sans prise de tête.

Et moi, je vais faire comme les autres, et ajouter les autres romans de Marie Vareille à ma wish-list !

 

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Avec les premiers chapitres, j’étais persuadée d’approcher le coup de cœur mais cette sensation s’est estompée au fur et à mesure de ma lecture. La faute à une différence de traitement trop importante entre Chloé et Constance, qui sont pourtant censées être toutes les deux les héroïnes de l’histoire alors que Chloé prend beaucoup plus de place.

Il est sympa de découvrir Constance via son journal intime, changement de narration qui permet de varier les styles dans le roman, mais cela limite forcément ses interventions, alors que Chloé a droit à des pages entières. Ses tribulations sont drôles pour la plupart mais l’accumulation de situations gênantes a fini par me mettre mal à l’aise : Constance est une jeune femme intelligente, recommandée par son boss pour un poste important (même si j’ai fini par me demander si le soutien de Hans était dû à une vraie compétence professionnelle ou une attirance refoulée), et même si elle est romantique, elle n’est pas idiote pour autant. Alors pourquoi la présenter comme une Bridget Jones ?

J’ai aimé la compassion de Constance, son ouverture aux autres, alors Chloé parait froide et dénuée de sentiments. Je ne suis pas sûre qu’elle aime Guillaume, elle déteste sûrement le fait d’avoir été plaquée et cherche à le reconquérir pour cette seule raison. Elle m’a semblée égoïste, tournée uniquement vers la satisfaction de ses propres désirs et je n’ai pas eu l’impression d’une grosse évolution dans le roman. Elle finit simplement par se rendre compte que Vincent est prêt lui aussi à l’idolâtrer.

On l’aura compris, je n’ai pas vraiment aimé le personnage de Chloé ! Et par conséquent regretté encore plus que Constance fasse presque figure de personnage secondaire.

Mais comme je l’ai dit, cela ne m’empêchera pas de lire les prochains romans de Marie Vareille dont j’ai apprécié la fraicheur et les références.

 

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Qui suivras-tu dans l’accomplissement de son pacte?

Dis-le moi en commentaire.