indécentIndécent de Colleen Hoover

Editions : J’ai lu

282 pages

Paru le 20 août 2014

Aperçu : Pour surmonter le brusque décès de son père, Layken, âgée de 18 ans, part s'installer avec sa mère et son frère dans le Michigan. Sa famille la considère comme un roc, mais en son for intérieur, elle est désespérée. Bientôt, une rencontre va tout changer : celle de Will, son voisin passionné de poésie, un être lumineux, patient et protecteur, qui partage beaucoup d'intérêts communs avec Lake, peut-être même trop... Après un premier rendez-vous exceptionnel, le quotidien reprend ses droits et amène avec lui un obstacle infranchissable. Les circonstances auront-elles raison de leur attirance hors du commun ?

 

 

 

Mon commentaire général : Pourquoi ne l’ai-je pas lu plus tôt ?

Ma note : 10/10

La citation qui résume tout : « C’est la vie. La vie est comme ça. Elle n’est pas facile. Elle est semée d’embûches. Tout le monde te le dira.» (p.188)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Il peut paraître étrange d’adorer une autrice et de ne pas avoir lu son premier roman. C’est chose faite maintenant et la seule question que je me pose après avoir refermé ce livre c’est : mais pourquoi n’ai-je pas lu ce livre plus tôt ?

On retrouve dans ce court roman qui se lit quasiment d’une traite tout ce qui fait de Colleen Hoover une grande autrice de romance. La plume, magnifique et poétique. Les personnages, à fleur de peau, d’une rare sensibilité. Les émotions, intenses.

Cette histoire, c’est celle de Layken, dite Lake, et Will. A la mort de son père, Layken, son petit frère et sa mère, déménagent à l’autre bout du pays, là où sa mère a grandi et vient de retrouver du travail. Dès le premier jour, Layken fait la connaissance de Will, son voisin de 21 ans, qui élève seul son petit frère à la suite du décès de ses parents. Leur attirance est immédiate, leurs sentiments, très forts, très vite. Mais leur amour est impossible. Et quand on se voit tous les jours, qu’on s’aime autant, il est difficile de ne pas succomber. Surtout quand la vie n’est pas tendre avec soi

L’histoire en soi n’a rien d’exceptionnel, il ne faut d’ailleurs pas s’attendre à des retournements de situation à chaque page et ce n’est pas le sujet du roman. Ici on parle de sentiments, de la difficulté de la vie, du malheur qui s’abat sur des gens bien, de courage. Et de poésie.

La poésie, le slam surtout, tiennent une grande importance dans ce roman. Pour moi qui ne connaissais rien à cet art, ce fut une très belle découverte.

Entre ces mots percutants et ces personnages si lumineux, Indécent est un roman magnifique, auquel le titre ne rend vraiment pas justice.

D’ailleurs, pour moi c’est un coup de cœur, un roman que je relirai à l’avenir.

 

coeur scintillant

Et si tu lis en VO, je te conseille A different Blue, d’Amy Harmon, une autre de mes autrices préférées, qui a écrit sur un des thèmes d’Indécent, avec tout autant de sensibilité.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

Je ne sais pas pourquoi, à la lecture du résumé, je m’attendais à ce que l’obstacle entre Lake et Will soit la maladie ou quelque chose dans ce genre (bien que ce sujet soit aussi traité dans Indécent). J’ai donc été surprise de découvrir Will en prof.

Cette relation prof/élève est donc un élément inattendu, et qui justifie parfaitement l’arrêt de la romance, même si les sentiments ne peuvent être assourdis aussi facilement.

J’ai juste regretté que les-dits sentiments soient aussi forts, au bout de quelques jours. Après tout, Lake se remet tout juste du décès de son père et Will a été malmené par l’amour dans le passé. Je veux bien accepter une forte attirance, mais tomber amoureux aussi rapidement avec ces circonstances, ça me parait un peu gros.

Pour moi qui n’aime pas le drame pour le drame, j’ai pourtant adoré ce roman qui cumule pourtant les évènements dramatiques. Will a perdu ses parents, Lake a perdu son père et sa mère est aussi sur le point de mourir. Ça fait beaucoup, et pourtant c’est ce qui rapproche ces personnages. L’assurance de pouvoir trouver une oreille attentive chez l’autre, parce qu’il a vécu la même chose.

Peut-être suis-je aussi plus indulgente parce que c’est Colleen Hoover !

En tout cas, après avoir vécu autant d’émotions en moins de 300 pages, je me jette de ce pas sur la suite de cette histoire, trop impatiente de découvrir ce que l’autrice a en réserve pour Lake et Will.

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Prêt à suivre Layken dans sa nouvelle vie ?

Dis-le moi en commentaire.