sang-de-luneSang-de-lune de Charlotte Bousquet

Editions : Gulfstream collection Electrogène

312 pages

Paru le 25 Août 2016

Aperçu : Alta. Une cité où les femmes sont soumises à l'autorité des fils-du-soleil. Gia, comme toutes les sang-de-lune, doit docilement se plier aux règles édictées par le conseil des Sept, sous peine de réclusion, ou pire, de mort. Impossible d'échapper au joug de cette société où règne la terreur. Pourtant, le jour où sa petite sœur Arienn découvre la carte d'un monde inconnu, les deux jeunes filles se prennent à rêver à une possible liberté. Mais ce rêve est bientôt menacé par l'annonce du mariage de Gia. Le temps presse, elles doivent fuir. Or, pour atteindre ce monde mystérieux qui cristallise leurs espoirs, toutes deux doivent traverser les Régions Libres, un territoire effrayant où cohabitent hordes barbares et créatures monstrueuses, issues de la matière même de l'obscurité.

Mon commentaire général : Féministe et engagé !

Ma note : 7/10

La citation qui résume tout : « Ici, l’asservissement. Au-delà, la mort ou pire. » (p.40)

Mon avis (garanti sans spoiler) :

Avec Sang-de-lune, Charlotte Bousquet défend les valeurs qui lui sont chères : la place des femmes et la notion d’égalité.

L’histoire est celle de Gia, qui vit dans la cité d’Alta, où les femmes ne sont que les esclaves des hommes, thème qui rappelle terriblement La servante écarlate. Elles ne sont que bonnes à obéir, servir, porter des enfants (mâles de préférence) et se taire. Toute velléité de rébellion est sévèrement punie, parfois par le bannissement, l’enfermement ou plus souvent la mort.

Sur le point d’être mariée à un homme brutal, Gia prend la décision de fuir avec sa petite sœur, pour lui éviter aussi une punition due à son esprit trop vif. Or en dehors des murs d’Alta, vivent des créatures barbares, à peine des hommes, et d’autres sorts pires que la mort. Arriveront-elles à se mettre en sécurité ?

Aidée par la plume très agréable de l’autrice, j’ai tourné avec avidité les pages du début, celles qui présentent le fonctionnement d’Alta, et j’ai frissonné car tout cela paraît beaucoup trop réaliste. Cette première moitié m’a fait éprouver beaucoup d’émotions, ce qui fait que j’ai été déçue par la seconde qui se concentre davantage sur l’action et où les sentiments sont plus sourds.

La fin, un peu convenue, m’a aussi moins emballée, ce qui fait que j’ai refermé le livre moins enthousiaste qu’en l’ouvrant, mais j’ai tout de même apprécié ce voyage qui fait réfléchir sur les notions de liberté et d’égalité et qui montre, encore une fois, que les droits des femmes ne sont jamais acquis.

 

Et maintenant, passons à mes commentaires non censurés... Attention spoilers ! Si tu ne veux pas en savoir plus sur l'histoire, arrête-toi ici !

 

Mes commentaires non censurés :

A la lecture du résumé de quatrième de couverture, je pensais réellement que le récit allait davantage être centré sur le voyage des deux sœurs à travers les Régions Libres. Par conséquent, je ne m’attendais pas à perdre Arienn si tôt ni à voir évoluer Gia si longtemps avec les Noctes (ni même partir à l’assaut d’Alta avec une bande de 9 compagnons) … Si globalement j’aime justement qu’on ne me serve pas exactement ce que j’attendais, ici j’ai trouvé que la mort d’Arienn marquait un tournant dans les émotions.

La relation entre les deux sœurs est très touchante, je dirais même qu’Arienn est plus touchante que Gia, peut-être parce qu’elle n’est pas encore allée au bout de son conditionnement et qu’elle ressent encore beaucoup d’émotions par rapport à Gia qui est assez froide.

Ainsi, sans Arienn, la seconde moitié du roman est plus centrée sur la bataille contre Alta, la maladie des Noctes et beaucoup de combats… J’ai aussi trouvé un peu facile la découverte de la salle de Rovina.

Ce que je retiendrai de ce roman, c’est surtout cette ambiance affreuse du début, où les femmes n’ont pas d’autre choix que se soumettre, et l’idée que laissé à lui-même, l’homme succombe aux pires instincts de domination envers les femmes.

Un roman à mettre dans les mains de tous les adolescents, en espérant que ce livre de science-fiction ne soit jamais classé dans la section « contemporain ».

 

Et toi, Ami Lecteur, qu’en penses-tu ?  Prêt à découvrir l’horreur du quotidien à Alta ?

Dis-le moi en commentaire.

Acheter ce livre en soutenant le blog et les libraires indépendants* :

les libraires

amazon 

 

* lien affiliés (en savoir plus)